Telenet Ostende et Okapi Aalstar s'affrontent en finale de l'Ethias League. L'affiche est belle, compte tenu de la rivalité qui oppose les deux clubs depuis plusieurs années. Tout a commencé par la brutalité avec laquelle la formation côtière a transféré les trois piliers d'Aalstar en 2009 : Matt Lojeski, Stéphane Pelle et Trevor Huffman. Aalstar a toujours prétendu que les joueurs avaient été contactés avant les play-offs.
...

Telenet Ostende et Okapi Aalstar s'affrontent en finale de l'Ethias League. L'affiche est belle, compte tenu de la rivalité qui oppose les deux clubs depuis plusieurs années. Tout a commencé par la brutalité avec laquelle la formation côtière a transféré les trois piliers d'Aalstar en 2009 : Matt Lojeski, Stéphane Pelle et Trevor Huffman. Aalstar a toujours prétendu que les joueurs avaient été contactés avant les play-offs. Depuis, les deux clubs entretiennent des relations difficiles, encore pimentées par le renouveau sportif d'Okapi, qui est redevenu une grande équipe après son retour parmi l'élite, en 2007. Les duels entre les deux clubs se décident sur des détails ou des décisions arbitrales, comme lors de la fameuse partie du 24 janvier, quand le juge a annulé un point buzz de John Tofi (Aalstar). Le club a déposé plainte auprès de la Fédération, en vain. Depuis leur remontée, les Oignons ont remporté un trophée, la Coupe de Belgique, en 2012. En soi, c'est une performance car le budget du club est limité et l'entraîneur Brad Dean doit laisser partir ses meilleurs joueurs chaque année. C'est donc un peu David contre Goliath, l'outsider contre le grandissime favori. Les fanatiques supporters d'Aalstar aiment d'ailleurs à jouer de l'image. Cette saison, l'équipe de Dean a longtemps joué en dessous de son niveau. C'était lié à la blessure du distributeur Derek Raivio, le meilleur joueur de l'équipe, et à un noyau trop étroit. Aalstar a achevé le championnat régulier à la cinquième place et a donc dû entrer en lice en quarts de finale des play-offs. Il a dû disputer trois matches pour se défaire de Liège (2-1). En demi-finales, il a été opposé à Mons, deuxième du championnat régulier. Aalstar a une fois de plus dû donner le meilleur de lui-même mais il a éliminé Mons de la course au titre après cinq matches palpitants (3-2). Un Ostende frais et omnipuissant l'attend en finale. Ostende a survolé le championnat : leader, il n'a pas concédé la moindre défaite à domicile, il a enlevé la Coupe et signé un joli parcours européen, atteignant la deuxième phase par groupes de l'Eurocup. Il n'a pas gaspillé d'énergie en demi-finale face aux Antwerp Giants : 3-0. Ostende est donc confiant. Son meilleur buteur, Ryan Thompson, ne s'en est pas caché : " Mons et Aalstar se sont épuisés en demi-finale. Nous savons que notre concurrent ne nous fera pas de cadeau. Nous allons disputer des duels rudes, à la limite de l'acceptable. " Thompson sait de quoi il parle : il a joué à Aalstar. La finale se dispute selon le best of five (le premier à gagner trois matches est champion), au rythme d'un match tous les deux jours. Demain, on en est à la troisième journée et on jouera encore samedi et lundi si c'est nécessaire. Ostende a l'avantage du terrain, il est plus frais, plus talentueux et en championnat, il a gagné trois de ses quatre matches contre Okapi. Dimanche, il a souligné sa suprématie dès le premier match en s'imposant 86-68 à la Sleuyter Arena. Aalstar a craqué dans le dernier quart. Le voir sacré champion tiendrait donc du miracle tandis qu'Ostende vise son troisième titre d'affilée. PAR MATTHIAS STOCKMANS