Début août, le directeur de la communication, Patrick Lips, a annoncé à la presse locale que le champion 2015 avait encore deux postes vacants : un professeur de français et d'anglais et un coordinateur logistique pour les Arena Events. Ces postes occupés, les Buffalos allaient atteindre le cap des cent employés, footballeurs compris.

Le manager général Michel Louwagie le répète sans cesse : les Buffalos ne sont plus une petite équipe depuis leur déménagement en 2013 du stade Otten à l'arène actuelle. Ils sont devenus une entreprise de taille. Indépendamment du football, la Ghelamco Arena est le théâtre de 300 autres événements par an. L'usine doit donc tourner. La professionnalisation et la restructuration du club en font partie, même si elles s'accompagnent de maux de croissance.

Pour la première fois depuis l'entrée en fonction de Hein Vanhaezebrouck en 2014, l'équipe a complètement loupé son début de saison, avec un maigre deux sur quinze. Et justement après un été durant lequel le président Ivan De Witte avait pour la première fois parlé ouvertement de titre alors que son entraîneur préférait s'en tenir à la place un ou deux, suffisantes pour l'attractive Ligue des Champions, même s'il fallait en passer par un tour préliminaire en cas de deuxième place, un obstacle pas toujours évident comme Bruges l'a vécu contre les Turcs de Basaksehirspor.

Ces dernières semaines, Gand manque surtout d'âme et de stabilité. Il n'a préservé ses filets que lors du dernier match, contre Anderlecht et après une sérieuse discussion de groupe. Sinon, l'équipe a chaque fois galvaudé son avantage, à Saint-Trond, contre Malines et à l'Excel Mouscron. Dominer un adversaire et le surclasser grâce à la possession du ballon, se créer des occasions, marquer et prendre les trois points, ce sera la principale mission des Gantois dans les semaines et les mois à venir. Car la Gantoise se refuse à penser au scénario-catastrophe : louper les PO1.

LES RENFORTS Noë Dussenne

La quête d'un solide défenseur central droitier, pour remplacer Stefan Mitrovic, s'est avérée plus difficile que prévu. Car il y avait un critère incontournable : le joueur devait être belge. Finalement, Gand a loué Noë Dussenne (25 ans), propriété du club italien de Crotone, où le Hennuyer jouait fort peu. Les atouts de l'ancien international jeune ? Gabarit, expérience (89 matches en division un belge) et leadership. Il est également efficace sur les phases arrêtées.

Dylan Bronn

Le défenseur tunisien droitier de 22 ans été recommandé par l'ancien entraîneur Patrick Remy, qui a découvert l'international à Niort, en D2. Dylan Bronn a signé un parcours étonnant : il y a deux ans, il évoluait encore en amateurs, en division sept. Il a rejoint l'équipe réserve de Niort mais après un dépannage réussi, ce joueur donné d'une bonne passe est resté dans l'équipe de base. Il est polyvalent dans l'axe ou à l'arrière droit, souple, mobile et conscient de ses devoirs.

Deiver Machado

Le TGV de 23 ans veut devenir le meilleur Colombien du championnat, sur le flanc gauche. Il place la barre haut, surtout après les passages de José Izquierdo et Carlos Bacca au Club Bruges. Deiver Machado n'a pas été transféré par hasard pour près d'un million du grand club Millonarios de Bogota, pour lequel il a joué trois ans. Michel Louwagie a réglé le transfert en direct avec le CEO, qui a travaillé pour Benfica, au Portugal, et maîtrise parfaitement les méthodes européennes de transferts.

Roman Yaremchuk

La cellule de scouting a sorti cet attaquant ukrainien de 21 ans de son chapeau, après le départ de l'avant-centre Kalifa Coulibaly (26 ans). Roman Yaremchuk n'a pas réussi à s'imposer dans son pays, au Dynamo Kiev, où il était confronté à des ténors étrangers très onéreux comme Dieumerci Mbokani (ex-Standard et Anderlecht). L'avant d'1m91 est arrivé avec un retard de préparation mais il a déjà montré une bonne dose d'audace quand il est entré au jeu contre Anderlecht.

Mamadou Sylla

L'Espagnol d'origine sénégalaise n'a montré qu'il valait les 3,85 millions payés à Eupen qu'en déplacement à Mouscron. D'une belle passe à Brecht Dejaegere, qui s'était infiltré, et d'un superbe tir, l'ancien joueur de Barcelone, âgé de 23 ans, a révélé son potentiel. Mamadou Sylla doit devenir un pion crucial sur l'échiquier tactique de son entraîneur mais pour ce faire, il doit être mieux servi et retrouver son efficacité. La saison dernière, Sylla a inscrit douze buts en 35 matches de championnat pour le club des cantons de l'Est.

LES BUTEURS

Andrijasevic 1

Dejaegere 1

Gigot 1

Kalu 1

Sylla 1

OUT

Gershon (Maccabi Haïfa, Isr),

Kabangu (FC Eindhoven, Ned),

Rinne (Aalborg BK, Den),

Coulibaly (FC Nantes, Fra),

Taravel (Cercle Bruges),

Diedhiou (OHL),

Inbrum (Nk Maribor, Svn).

17.871

Depuis des années, les abonnements s'écoulent comme des petits pains, tant les supporters apprécient le confort de leur arène moderne. Elle ne compte que 20.000 places et a été comble lors des premiers matches à domicile, contre l'Antwerp, qui avait amené 944 supporters, et Anderlecht, avec 930 visiteurs. Au total, La Gantoise a écoulé 17.871 abonnements.

Début août, le directeur de la communication, Patrick Lips, a annoncé à la presse locale que le champion 2015 avait encore deux postes vacants : un professeur de français et d'anglais et un coordinateur logistique pour les Arena Events. Ces postes occupés, les Buffalos allaient atteindre le cap des cent employés, footballeurs compris. Le manager général Michel Louwagie le répète sans cesse : les Buffalos ne sont plus une petite équipe depuis leur déménagement en 2013 du stade Otten à l'arène actuelle. Ils sont devenus une entreprise de taille. Indépendamment du football, la Ghelamco Arena est le théâtre de 300 autres événements par an. L'usine doit donc tourner. La professionnalisation et la restructuration du club en font partie, même si elles s'accompagnent de maux de croissance. Pour la première fois depuis l'entrée en fonction de Hein Vanhaezebrouck en 2014, l'équipe a complètement loupé son début de saison, avec un maigre deux sur quinze. Et justement après un été durant lequel le président Ivan De Witte avait pour la première fois parlé ouvertement de titre alors que son entraîneur préférait s'en tenir à la place un ou deux, suffisantes pour l'attractive Ligue des Champions, même s'il fallait en passer par un tour préliminaire en cas de deuxième place, un obstacle pas toujours évident comme Bruges l'a vécu contre les Turcs de Basaksehirspor. Ces dernières semaines, Gand manque surtout d'âme et de stabilité. Il n'a préservé ses filets que lors du dernier match, contre Anderlecht et après une sérieuse discussion de groupe. Sinon, l'équipe a chaque fois galvaudé son avantage, à Saint-Trond, contre Malines et à l'Excel Mouscron. Dominer un adversaire et le surclasser grâce à la possession du ballon, se créer des occasions, marquer et prendre les trois points, ce sera la principale mission des Gantois dans les semaines et les mois à venir. Car la Gantoise se refuse à penser au scénario-catastrophe : louper les PO1. La quête d'un solide défenseur central droitier, pour remplacer Stefan Mitrovic, s'est avérée plus difficile que prévu. Car il y avait un critère incontournable : le joueur devait être belge. Finalement, Gand a loué Noë Dussenne (25 ans), propriété du club italien de Crotone, où le Hennuyer jouait fort peu. Les atouts de l'ancien international jeune ? Gabarit, expérience (89 matches en division un belge) et leadership. Il est également efficace sur les phases arrêtées. Le défenseur tunisien droitier de 22 ans été recommandé par l'ancien entraîneur Patrick Remy, qui a découvert l'international à Niort, en D2. Dylan Bronn a signé un parcours étonnant : il y a deux ans, il évoluait encore en amateurs, en division sept. Il a rejoint l'équipe réserve de Niort mais après un dépannage réussi, ce joueur donné d'une bonne passe est resté dans l'équipe de base. Il est polyvalent dans l'axe ou à l'arrière droit, souple, mobile et conscient de ses devoirs. Le TGV de 23 ans veut devenir le meilleur Colombien du championnat, sur le flanc gauche. Il place la barre haut, surtout après les passages de José Izquierdo et Carlos Bacca au Club Bruges. Deiver Machado n'a pas été transféré par hasard pour près d'un million du grand club Millonarios de Bogota, pour lequel il a joué trois ans. Michel Louwagie a réglé le transfert en direct avec le CEO, qui a travaillé pour Benfica, au Portugal, et maîtrise parfaitement les méthodes européennes de transferts. La cellule de scouting a sorti cet attaquant ukrainien de 21 ans de son chapeau, après le départ de l'avant-centre Kalifa Coulibaly (26 ans). Roman Yaremchuk n'a pas réussi à s'imposer dans son pays, au Dynamo Kiev, où il était confronté à des ténors étrangers très onéreux comme Dieumerci Mbokani (ex-Standard et Anderlecht). L'avant d'1m91 est arrivé avec un retard de préparation mais il a déjà montré une bonne dose d'audace quand il est entré au jeu contre Anderlecht. L'Espagnol d'origine sénégalaise n'a montré qu'il valait les 3,85 millions payés à Eupen qu'en déplacement à Mouscron. D'une belle passe à Brecht Dejaegere, qui s'était infiltré, et d'un superbe tir, l'ancien joueur de Barcelone, âgé de 23 ans, a révélé son potentiel. Mamadou Sylla doit devenir un pion crucial sur l'échiquier tactique de son entraîneur mais pour ce faire, il doit être mieux servi et retrouver son efficacité. La saison dernière, Sylla a inscrit douze buts en 35 matches de championnat pour le club des cantons de l'Est.Andrijasevic 1 Dejaegere 1 Gigot 1 Kalu 1 Sylla 1 Gershon (Maccabi Haïfa, Isr), Kabangu (FC Eindhoven, Ned), Rinne (Aalborg BK, Den), Coulibaly (FC Nantes, Fra), Taravel (Cercle Bruges), Diedhiou (OHL), Inbrum (Nk Maribor, Svn).Depuis des années, les abonnements s'écoulent comme des petits pains, tant les supporters apprécient le confort de leur arène moderne. Elle ne compte que 20.000 places et a été comble lors des premiers matches à domicile, contre l'Antwerp, qui avait amené 944 supporters, et Anderlecht, avec 930 visiteurs. Au total, La Gantoise a écoulé 17.871 abonnements.