Flash-back sur le mercredi 13 novembre 2001. Un froid frigorifiant à La Gantoise pour un match des Espoirs belges qui reçoivent la Suède. Au centre de l'attaque jaune et bleue, un joueur grand de taille nous impressionne : physique, technique, créativité, audace. Et ce, même s'il ne termine pas le match car remplacé. Les Belges ont gagné 2-0 et, à la mi-temps, Roger Henrotay, agent à l'époque du joueur qui nous a tapé dans l'£il fait la fine bouche : " Oui, il n'est pas mauvais mais il a encore beaucoup de choses à apprendre. D'ailleurs, à l'Ajax il ne joue pas... "
...

Flash-back sur le mercredi 13 novembre 2001. Un froid frigorifiant à La Gantoise pour un match des Espoirs belges qui reçoivent la Suède. Au centre de l'attaque jaune et bleue, un joueur grand de taille nous impressionne : physique, technique, créativité, audace. Et ce, même s'il ne termine pas le match car remplacé. Les Belges ont gagné 2-0 et, à la mi-temps, Roger Henrotay, agent à l'époque du joueur qui nous a tapé dans l'£il fait la fine bouche : " Oui, il n'est pas mauvais mais il a encore beaucoup de choses à apprendre. D'ailleurs, à l'Ajax il ne joue pas... " Le gars en question, c'était Zlatan Ibrahimovic. Il venait d'avoir 20 ans et étrennait sa première saison à Amsterdam en provenance de Malmö. Co Adriaanse ne l'alignait jamais. Mais huit jours après le match des -21 à Gand, il était viré et remplacé par Ronald Koeman. Ibra devenait vite titulaire et l'Ajax remportait le titre hollandais quelques mois plus tard. Tom De Sutter mesure 1,92m. Comme Ibra. Mais la ressemblance ne s'arrête pas là : ils jouent à la même place et possèdent le même mélange étonnant de puissance et de finesse. A 23 ans, De Sutter a évidemment un peu (... c'est un euphémisme) de retard sur le Suédois, mais il a perdu quasi toute son année dernière du fait d'une opération aux ligaments croisés du genou. Le voici maintenant à pied d'£uvre dans un club qui attend énormément de lui et, sans doute, pas à tort. De Sutter a déjà démontré en D1 avec le Cercle Bruges qu'il avait un joli niveau qui va sans doute augmenter à la vitesse grand V. Il est fort, vif, a un bon tir et un bon jeu de tête mais est également très adroit dans les combinaisons au ras du sol, une des marques de fabrique indélébile de la maison mauve. Son accident au genou ?, la belle affaire. Pär Zetterberg avait subi le même inconvénient avant de devenir le grand médian qu'on a connu. Zet subissait d'ailleurs une seconde fois cet avatar par la suite. Bref, le genou de Tom, c'est de l'histoire ancienne et ça ne va pas le ralentir. Lors d'une chouette conversation avec Roger Vanden Stock à l'automne dernier, le président mauve nous avait assuré qu'il n'attendait pas que Nicolas Frutos ait " d'éventuels problèmes insurmontables pour travailler sur un super transfert ". C'était De Sutter. Et à condition que Frutos soit en forme, RVDS va vite avoir une attaque du tonnerre... ou un problème de luxe. Tous les tacticiens diront que Frutos et De Sutter peuvent très bien jouer ensemble. La seule chose qui les en empêcherait est le 4-3-3 en vogue chez le champion d'automne. Mais trêve de supputations, on a hâte de voir De Sutter s'intégrer au onze mauve. D'ailleurs, mis à part Ibrahimovic, le grand Tom nous fait penser -physiquement- à une idole anderlechtoise, Paul Van Himst. Le meilleur joueur belge du siècle avait le même look. A son époque, avec dix centimètres et dix kilos en moins que De Sutter, Van Himst était considéré comme un joueur athlétique. Il avait aussi la même bonne tête blonde et la même obligation de devoir beaucoup s'entraîner pour donner du rendement à son gabarit. Ibra, Van Himst,... RVDS va sûrement faire en sorte que De Sutter ne lise pas cette page. N'empêche, c'est le type même de joueur à qui on peut fixer des objectifs élevés. Parce qu'il a les moyens de les atteindre et - c'est lui-même qui le dit - besoin d'être parfois secoué. Or, à Anderlecht, ce ne seront pas les défis qui manqueront. PAR JOHN BAETE