Le Club et le Cercle ont joué dans des stades différents jusqu'en 1975. Ils se situaient dans la même rue, Torhoutse Steenweg. Quand les joueurs du Club devaient se produire au Cercle, ils se réunissaient dans leur stade, s'y changeaient puis allaient à pied au stade voisin, au milieu des supporters. En chaussures de football. Le trajet représentait exactement 800 mètres. L'arbitre, en l'occurrence Vital Loraux, n'a sorti son mètre-ruban qu'une seule fois pour mesurer les crampons. Et a failli les interdire.

Le derby est l'objet de nombreux récits fantastiques. L'un d'eux s'est déroulé un matin, le 18 décembre 2006. La veille, le Cercle s'était imposée 1-0 sur un but du Brugeois Frederik Boi. La nuit avait été longue au café De Vuurmolen. Vers six heures trente, un chauffeur de bus a vu Boi monter, à l'arrêt de la Grand-place. Supporter du Cercle, il l'a enlacé. Des passagers se rendaient à leur travail mais ça n'a pas empêché le chauffeur d'effectuer un petit détour avant de déposer Boi au coin de sa rue.

Le Cercle n'a remporté que 31 des 150 derbies disputés, le Club s'en est adjugé 89. La victoire 10-0 des Blauw enZwart le 27 janvier 1991 est restée dans les mémoires. Georges Leekens, l'entraîneur du Club, avait rappelé son arrière gauche Vital Borkelmans à 6-0. Il avait tellement épuisé son adversaire direct, Bert Lamaire, que celui-ci avait dû vomir. Leekens souhaitait limiter la casse pour son ancienne équipe et avait remplacé d'autres joueurs mais leurs remplaçants, poussés par le public, avaient mis les gaz. Suite à ce succès historique, des autocollants ludiques avaient fait le tour de la Venise du Nord. Outre la date, dix ballons, ils comportaient cette légende : Ik was d'erby.

Cette ambiance typique s'est quelque peu érodée quand les voisins ont dû partager le même stade mais les histoires et les polémiques n'ont pas disparu. Un secrétaire du Cercle qui refuse de se servir d'un bic bleu, le speaker Eric Van Maldeghem qui annonce, en 2005, le but de Bosko Balaban en disant " 0-1, grâce à une faute de main manifeste " et échappe de peu à une interdiction de stade, Tomislav Butina que ses voisins, supporters du Cercle, empêchent de fermer l'oeil la nuit précédant le derby... avant d'ensuite boire le champagne avec lui...

Le Club et le Cercle ont joué dans des stades différents jusqu'en 1975. Ils se situaient dans la même rue, Torhoutse Steenweg. Quand les joueurs du Club devaient se produire au Cercle, ils se réunissaient dans leur stade, s'y changeaient puis allaient à pied au stade voisin, au milieu des supporters. En chaussures de football. Le trajet représentait exactement 800 mètres. L'arbitre, en l'occurrence Vital Loraux, n'a sorti son mètre-ruban qu'une seule fois pour mesurer les crampons. Et a failli les interdire. Le derby est l'objet de nombreux récits fantastiques. L'un d'eux s'est déroulé un matin, le 18 décembre 2006. La veille, le Cercle s'était imposée 1-0 sur un but du Brugeois Frederik Boi. La nuit avait été longue au café De Vuurmolen. Vers six heures trente, un chauffeur de bus a vu Boi monter, à l'arrêt de la Grand-place. Supporter du Cercle, il l'a enlacé. Des passagers se rendaient à leur travail mais ça n'a pas empêché le chauffeur d'effectuer un petit détour avant de déposer Boi au coin de sa rue. Le Cercle n'a remporté que 31 des 150 derbies disputés, le Club s'en est adjugé 89. La victoire 10-0 des Blauw enZwart le 27 janvier 1991 est restée dans les mémoires. Georges Leekens, l'entraîneur du Club, avait rappelé son arrière gauche Vital Borkelmans à 6-0. Il avait tellement épuisé son adversaire direct, Bert Lamaire, que celui-ci avait dû vomir. Leekens souhaitait limiter la casse pour son ancienne équipe et avait remplacé d'autres joueurs mais leurs remplaçants, poussés par le public, avaient mis les gaz. Suite à ce succès historique, des autocollants ludiques avaient fait le tour de la Venise du Nord. Outre la date, dix ballons, ils comportaient cette légende : Ik was d'erby. Cette ambiance typique s'est quelque peu érodée quand les voisins ont dû partager le même stade mais les histoires et les polémiques n'ont pas disparu. Un secrétaire du Cercle qui refuse de se servir d'un bic bleu, le speaker Eric Van Maldeghem qui annonce, en 2005, le but de Bosko Balaban en disant " 0-1, grâce à une faute de main manifeste " et échappe de peu à une interdiction de stade, Tomislav Butina que ses voisins, supporters du Cercle, empêchent de fermer l'oeil la nuit précédant le derby... avant d'ensuite boire le champagne avec lui...