Le 4 juillet, le Tour de France débute à Monaco par un contre-la-montre de quinze kilomètres. Neuf étapes plates, une de moyenne montagne, sept de haute montagne, trois arrivées en côte, deux contre-la-montre individuels et un par équipes : cette épreuve de 3.445 kilomètres va à nouveau dominer l'actualité en juillet.
...

Le 4 juillet, le Tour de France débute à Monaco par un contre-la-montre de quinze kilomètres. Neuf étapes plates, une de moyenne montagne, sept de haute montagne, trois arrivées en côte, deux contre-la-montre individuels et un par équipes : cette épreuve de 3.445 kilomètres va à nouveau dominer l'actualité en juillet. Pour la troisième année d'affilée, à l'avant-veille du plus grand événement cycliste mondial, nous éditons notre guide, désormais ancré dans la tradition. Toutes les étapes y sont décrites. Le schéma temporel, les graphiques, le parcours, la tactique, les héros du jour et les implications éventuelles au classement, chaque étape est décortiquée sur deux pages. Chacune est assortie d'une anecdote, parfois nostalgique, parfois plus actuelle. Ce dossier de 43 pages forme la trame du magazine. A côté de cela, il y a les interviews et reportages classiques. Nous avons ainsi interrogé trois des acteurs principaux. Nous nous sommes rendus en Espagne pour un entretien exclusif avec Alberto Contador, le grand favori, qui évoque notamment sa relation avec Lance Armstrong et dit : " Si Armstrong est plus fort, je roulerai à son service. " Il y a une interview détaillée d' Andy Schleck, un des outsiders, qui attend le Tour avec confiance de son Luxembourg natal. Pendant un jour, nous avons suivi Mark Cavendish, le Britannique supersonique, à Londres. Il a désormais rang de star. Il ne faut pas oublier un témoignage particulier sur Carlos Sastre, le tenant de l'épreuve, dont on parle peu mais que son coéquipier belge Serge Pauwels connaît très bien : " Avec son humour froid, Sastre détend l'atmosphère dans le groupe. " Nous nous intéressons aussi aux Belges, bien sûr, à ce que Stijn Devolder attend de cette édition : le double vainqueur du Tour des Flandres préfère une victoire d'étape à une place dans le top cinq et affirme avoir tiré les leçons de ses erreurs. Nous nous sommes rendus en Campine, plus exactement à Morkhoven, où se trouvent les racines de Jurgen van den Broek, qui va découvrir le Tour. Marc Sergeant, le manager sportif de Silence-Lotto, s'est longuement épanché dans nos colonnes et il joue à nouveau la carte Cadel Evans. Quant à Maxime Monfort, le meilleur belge la saison passée, il se voit un jour dans le top 10 même si, pour lui, seul le podium compte. Le spécial Tour offre une part d'histoire belge du cyclisme avec un retour sur le mémorable Tour de 1969 gagné par Eddy Merckx. Nous n'oublions pas le coureur dont on parle sans doute le plus, Lance Armstrong . Enfin, Jean-Paul Van Poppel, qui a remporté neuf étapes du Tour, passe les sprinters en revue. PAR Loes Geuens