Celtic Glasgow - Standard, c'était le match de gala pour les Liégeois, leur gros rendez-vous amical de l'été. Verdict : 4-1 pour les Écossais. Une douche. On se rassure en sachant que les gars du Celtic ont pris ce match plus au sérieux que les Rouches, que Michel Preud'homme en a profité pour faire l'un ou l'autre essai tactique, notamment en posant une défense à trois. Ce qui ne rassure pas, par contre, c'est le parcours un peu poussif de l'équipe lors des dernières semaines. Il y a aussi eu une défaite contre Nancy, et même un revers face au Beerschot.
...

Celtic Glasgow - Standard, c'était le match de gala pour les Liégeois, leur gros rendez-vous amical de l'été. Verdict : 4-1 pour les Écossais. Une douche. On se rassure en sachant que les gars du Celtic ont pris ce match plus au sérieux que les Rouches, que Michel Preud'homme en a profité pour faire l'un ou l'autre essai tactique, notamment en posant une défense à trois. Ce qui ne rassure pas, par contre, c'est le parcours un peu poussif de l'équipe lors des dernières semaines. Il y a aussi eu une défaite contre Nancy, et même un revers face au Beerschot. Les supporters et le grand public vont très vite réclamer une progression. Parce que l'équipe qui a survolé la Coupe et les play-offs est restée intacte. Et puis, oui, Ricardo Sa Pinto a mis la barre très haut avant de se faire dégager. Il a fallu la présence d' Ochoa à la Coupe du Monde pour qu'on revoie Gillet dans le but. Et une fois encore, il a épaté le staff par son professionnalisme et son niveau. À 39 ans, il reste un excellent plan B. Le même staff est sous le charme du jeune Bodart : efficacité, mentalité top. On pensait que s'il faisait un bon parcours perso au Mondial, Ochoa serait peut-être vendu. Mais il est toujours là et paraît parti pour rester. Le duo Michel Preud'homme - Emilio Ferrera s'oriente vers une défense à quatre, fort semblable à celle de la saison dernière. À droite, il y a Cavanda, si bon en deuxième partie de saison que le Standard a finalement levé l'option. Fai est son back-up désigné. Dans l'axe, Luyindama et Laifis ont les faveurs du duo de T1. Pour les maintenir en éveil, un routinier ( Kosanovic) et un jeune loup ( Vanheusden) qui est finalement resté après avoir menacé de quitter le club, vu son très faible temps de jeu en 2017-2018. À gauche, Pocognoli fait son retour dans l'équipe de base, après avoir subi la loi de Fai lors des derniers mois. Son principal concurrent est le jeune Miangue, Fai étant plus destiné à l'autre côté. Mais Miangue n'est pas encore prêt pour les grands travaux. Là aussi, une ligne de quatre semble s'être dégagée de la préparation. Deux solutions pour le côté droit : Mpoku, qui a impressionné le staff durant l'été, et Carcela. Si Mpoku a la préférence, Carcela passe automatiquement derrière l'attaquant de pointe, comme c'était le cas avec Sa Pinto. À gauche, on a le meilleur joueur des play-offs, Edmilson. Reste à s'assurer que ces deux magiciens ne réactiveront pas leurs envies de départ / d'augmentation salariale. Ils ont tous les deux fait la tête au moment de reprendre les entraînements. Dans l'axe, cinq joueurs sont susceptibles d'être alignés. Mais Agbo n'est pas sûr d'y être, Bastien doit encore s'acclimater, Bokadi enchaîne les périodes de rechute et de retour en forme après sa grave blessure de la saison dernière. Donc, pour le moment, la paire Cimirot - Marin n'est pas vraiment menacée. Il y a plusieurs possibilités en zone offensive. Si Carcela reste sur la droite de l'entrejeu, Preud'homme peut mettre Cop et Emond sur la même ligne. S'il choisit de positionner une pointe et un attaquant en retrait, celui-ci peut être Carcela mais aussi Bastien, qui jouait dans ce rôle à Anderlecht avant d'être descendu d'un cran lors de ses deux saisons à Vérone. À la base, Bastien est un offensif. C'est l'Italie qui l'a transformé. Et dans le cas où il n'y a qu'un seul homme en pointe, Emond part avec une longueur d'avance sur Cop, vu son niveau complètement retrouvé la saison dernière. Le retour de Michel Preud'homme charrie des attentes énormes à Liège. On ne s'inquiéterait pas que l'équipe ne soit pas directement performante en championnat, après tout le Standard version Sa Pinto a encore prouvé qu'il n'était pas indispensable d'être bon dès les mois d'août, septembre, octobre. Plus embêtant cette année : les préliminaires de Ligue des Champions, c'est déjà demain. Il faut donc être prêt tout de suite.