Après que Van Meir, entraîneur ad intérim, eut sauvé le Lierse, le classant devant le Beerschot (à trois points) et le Cercle Bruges, lanterne rouge, le président Samy a envoyé un signal fort. Il a mis un terme à l'import de joueurs de son pays natal et la liste des départs est d'ailleurs impressionnante : Elgabas, Shebeta, Okka, Ashour, Aboumosalam, Essam. Samy, qui a souvent adressé des répliques salées à ses supporters, a joué la corde sentimentale en engageant des figures populaires : Menzo au poste d'entraîneur, Radzinski comme directeur sportif et Grootaers comme responsable de la communication. Pourtant, le Lierse reste un point de transit pour les joueurs et le calme peut très vite se muer en tourmente.
...

Après que Van Meir, entraîneur ad intérim, eut sauvé le Lierse, le classant devant le Beerschot (à trois points) et le Cercle Bruges, lanterne rouge, le président Samy a envoyé un signal fort. Il a mis un terme à l'import de joueurs de son pays natal et la liste des départs est d'ailleurs impressionnante : Elgabas, Shebeta, Okka, Ashour, Aboumosalam, Essam. Samy, qui a souvent adressé des répliques salées à ses supporters, a joué la corde sentimentale en engageant des figures populaires : Menzo au poste d'entraîneur, Radzinski comme directeur sportif et Grootaers comme responsable de la communication. Pourtant, le Lierse reste un point de transit pour les joueurs et le calme peut très vite se muer en tourmente. Sels, le gardien titulaire, a été placé sous pression. Pendant les PO2, le produit du cru s'est déjà retrouvé sur le banc, ne voulant pas prolonger son contrat, qui arrive à échéance dans un an. La direction est dure : tant que Sels ne marque pas son accord, il doit entretenir sa condition de son côté. C'est regrettable car le portier est très professionnel. Goris, étudié sous toutes ses coutures, a été jugé trop léger et le Lierse doit chercher un autre gardien en toute hâte. Le quatuor défensif avait besoin de sang frais car Lambot - un joueur axial, en défense ou dans l'entrejeu - a déjà dû dépanner à l'arrière droit pendant le tour final. L'international estonien Jääger, recalé lors d'un premier test en février, a cette fois reçu une évaluation positive. Il ne dégage pas beaucoup d'assurance, faute de rythme, et, comme De Jonghe de l'autre côté, il joue trop souvent latéralement, quand il ne remet pas le ballon derrière. C'est un problème car Menzo exige que ses arrières latéraux confèrent de la profondeur au jeu. À gauche, Farag, qui possède en outre une bonne technique de frappe, constitue une alternative. Pour l'axe, le Lierse loue le Gantois Corstjens, un gaucher rapide, qui doit pallier le manque de mobilité de Frans, Saïdi et/ou Swinkels. Le trio s'appuie de toute façon sur son physique. Pour faire circuler le ballon haut dans le jeu, il faut toute l'expérience de Ghaly et la créativité de Losada. Wils a été le pare-chocs parfait la saison passée mais il doit maintenant confirmer. Hairemans a été particulièrement motivé dans les matches amicaux. Bourabia n'a pas encore trouvé sa meilleure forme, notamment à cause du ramadan. Normalement, il s'infiltre et marque aisément. Quant à Annab et à Sa Carvalho, ils risquent de devoir patienter. En pointe, il n'y a que Hazurov, qui a raté une partie de la préparation à cause d'une blessure aux abdominaux. Le Bulgare ne sera jamais un vrai finisseur. Si le Lierse procède avec trois avants, il possède un atout en Menga, imprévisible et rapide à droite mais peu opportuniste. L'explosif Wanderson est une alternative. De l'autre côté, Farssi est chevronné et il mise surtout sur les combinaisons. Le droitier Vercauteren possède une belle technique de frappe et est vif. Yasser, lui, aura besoin d'un temps d'adaptation après six mois à Turnhout, en D3. Menzo se refuse à considérer la préparation comme un baromètre mais il a dû être effaré des limites de son noyau, large mais peu doué. Le Lierse continue à chercher des footballeurs qui apportent une plus-value et sont en mesure de renverser le cours d'un match. Cette clef semble entre les mains de Losada et de Menga - capricieux. L'objectif est de presser haut mais la qualité de l'exécution est une autre paire de manches. On saura rapidement, après les premiers matches contre Zulte Waregem et le Standard, quels sont vraiment les points faibles de l'équipe.PAR FRÉDÉRIC VANHEULE