Le GB - ne dites plus GBA - a un tout autre visage qu'il y a 12 mois. Seuls 13 joueurs sont restés. L'année dernière, l'équipe avait une configuration très internationale, avec 11 étrangers sur 23 joueurs. Le nouveau Beerschot est très flamand. Sur les 29 joueurs du noyau, il n'y a plus que six étrangers. Il ne reste qu'un seul Ajacide, Daniel Cruz. Le Germinal Beerschot est resté jeune : comme l'année dernière, la moyenne d'âge est de 22,7 ans. Pour la première fois, quatre jeunes du cru sont intégrés dès le début.
...

Le GB - ne dites plus GBA - a un tout autre visage qu'il y a 12 mois. Seuls 13 joueurs sont restés. L'année dernière, l'équipe avait une configuration très internationale, avec 11 étrangers sur 23 joueurs. Le nouveau Beerschot est très flamand. Sur les 29 joueurs du noyau, il n'y a plus que six étrangers. Il ne reste qu'un seul Ajacide, Daniel Cruz. Le Germinal Beerschot est resté jeune : comme l'année dernière, la moyenne d'âge est de 22,7 ans. Pour la première fois, quatre jeunes du cru sont intégrés dès le début. L'entraîneur, Marc Brijs, est nouveau en D1. Il n'a jamais travaillé ni joué au-delà de la D3. Il s'appuie sur le 4-4-2 mais veut des joueurs qui savent changer de système. Il aime les longues séances. Le médecin du club, Chris Goossens, peut enfin développer le programme d'entraînement dont il rêve depuis des années. Entraîneur, direction et staff médical sont sur la même longueur d'ondes : on travaillera dur au Kiel, cette année. Les résultats montreront si ça permet de compenser le départ du meilleur buteur du club, Paul Kpaka. Il a marqué 43 des 117 buts de l'équipe en deux ans. Carl Hoefkens est l'organisateur, chargé de remplacer Aaron Mokoena. Hoefkens dirige bien les autres et est fort dans les duels. A ses côtés, Boldiszar Bodor semble être le premier choix. Kurt Van Dooren, jugé trop léger au Lierse et repêché par Brijs à Berchem, en D3, semble un rien trop court pour une place de titulaire. Bodor est aussi convaincant à l'arrière gauche mais à ce poste, Pieter-Jan Monteyne, qui n'a encore que 20 ans, devrait être sûr de sa place, malgré une dernière saison moins bonne. A l'arrière droit, on devrait retrouver Wim De Decker, renvoyé de La Gantoise, qui est en concurrence avec Bart Van Zundert, un produit du cru prêté l'année passé à Geel en D2. Dans le but, Luciano da Silva retrouve sa place au détriment de Bram Verbist. La rapidité avec laquelle le club pourra aligner Daniel Cruz est vitale. A moins que Philip Haagdoren, qui reste sur une saison fade, ne soit re-titularisé, c'est le Colombien qui devra alimenter les attaquants. Brijs veut le déplacer du flanc gauche vers l'axe. L'année dernière, c'était le gros problème du Germinal, puisque Petter Rudi n'avait pas convaincu, suite au départ de Marc Degryse. Si Cruz joue dans l'axe, Dirk Huysmans pourra refaire ses preuves à gauche. Fode Camara, renvoyé dans le noyau B la saison passée, reçoit une nouvelle chance aussi. A droite, Steve Cooreman, le nouveau capitaine, est épargné par les blessures, pour la première fois depuis son arrivée au Kiel. Il déborde d'énergie et devrait se profiler comme un des piliers de cette nouvelle équipe. Dans l'axe, Bert Dhont et Tim Reigel se disputent une place. Quant au jeune Agyeman Dickson, il doit enfin prouver qu'il mérite d'être surnommé l' Edgar Davids du Germinal. C'est là que le bât blesse. La saison passée, Kpaka et Kwame Quansah ont marqué 28 des 49 buts. Kristof Snelders avait été écarté par Franky Van der Elst, qui trouvait Quansah et Kpaka plus complémentaires. Snelders doit être associé à Koen Schockaert mais leur préparation a soulevé des doutes, malgré la confiance de Brijs en Schockaert, qui n'a jamais été titulaire en cinq ans. On ignore comment Robby Van de Weyer va revenir de sa grave blessure. Le club a donc élargi son choix en enrôlant un avant brésilien, Victor de Oliveira. Marc Brijs souhaite devenir champion de la colonne de droite. Reste à voir si l'enthousiasme et le labeur suffiront. C'est possible si l'entraîneur parvient à mettre en place un système au sein duquel tout le monde peut marquer facilement mais le manque de puissance offensive risque de compliquer le début d'exercice. Il n'est pas évident de former une équipe à partir de ce noyau. Le Germinal Beerschot a beaucoup de joueurs similaires. D'un autre côté, ça permet à l'entraîneur d'exploiter la concurrence. Le Kiel accueillerait avec bonheur une dixième place. n