Pas de Tom Boonen ni de Stijn Devolder, tenant du titre, au Tour de Belgique : l'organisateur Rob Discart ( Golazo) a appris ces mauvaises nouvelles début mai. Il souhaitait en discuter avec Patrick Lefevere, le manager de Quick-Step, mais celui-ci a tenu bon. " Nous voulons que nos coureurs soient en pleine forme au départ du Tour de France. Tom et Stijn vont se préparer autrement. " La participation de Boonen est une autre paire de manches, comme on l'a appris depuis...

Pas de Tom Boonen ni de Stijn Devolder, tenant du titre, au Tour de Belgique : l'organisateur Rob Discart ( Golazo) a appris ces mauvaises nouvelles début mai. Il souhaitait en discuter avec Patrick Lefevere, le manager de Quick-Step, mais celui-ci a tenu bon. " Nous voulons que nos coureurs soient en pleine forme au départ du Tour de France. Tom et Stijn vont se préparer autrement. " La participation de Boonen est une autre paire de manches, comme on l'a appris depuis. Même sans les deux ténors de Quick-Step, le Tempo-Team Tour de Belgique, comme s'appelle la 79e édition de l'épreuve, peut compter sur quelques noms prestigieux. Ainsi, de ce mercredi à dimanche, sillonneront les routes belges le champion national Jurgen Roelandts (Silence-Lotto), son pendant italien Filippo Simeoni (Ceramica Flaminia), Serguei Ivanov (RUS, Katusha), vainqueur de l'Amstel Gold Race, ses coéquipiers Robbie McEwen (AUS) et Gert Steegmans, qui espèrent une victoire d'étape. De ce point de vue, ils ne manqueront pas de concurrence. Parmi les principaux candidats à une étape, il y a notamment Roelandts, Wouter Weylandt (Quick-Step), Graeme Brown (AUS, Rabobank) et Kenny van Hummel (NED, Skil-Shimano). Ce dernier a déjà fait étalage de sa forme en s'imposant à trois reprises en l'espace d'une semaine. Weylandt et surtout Brown ont déjà remporté des succès cette saison, et le maillot tricolore espère que ce sera enfin pour cette semaine. Roelandts obtiendra sans doute sa première chance aujourd'hui dans une étape de 185 kilomètres avec départ et arrivée à Tervuren. Ce passage constitue un hommage que rend la commune à l'homme qui a remporté son premier Tour de France il y a quarante ans et qui était alors citoyen de Tervuren, Eddy Merckx. Jeudi et vendredi, avec des arrivées à Knokke-Heist et Tamise, les sprinters peuvent rêver d'une victoire d'étape. Ils ne sont pas les seuls concernés : en principe, c'est un tour à la carte. Les candidats à la victoire finale attendront sans doute le week-end avant de se montrer. Samedi, l'étape-reine avec arrivée et départ à Fléron fait passer le peloton sur quelques côtes célèbres des classiques wallonnes, comme La Redoute, Wanne, la Haute Levée et Rosier. Le classement final ne sera déterminé que dimanche dans le contre-la-montre de 16,7 kilomètres à Herzele. L'année dernière, Sergeui Ivanov est monté sur la troisième marche du podium. Il terminera sans doute très près des meilleurs. Côté belge, on suivra plutôt Silence-Lotto, qui aligne Greg Van Avermaet, deuxième de la dernière édition, et Johan Vansummeren. Quick-Step délègue Sébastien Rosseleer et Dominique Cornu. Le comportement de jeunes loups comme Jan Bakelants et Ben Hermans (Topsport Vlaanderen) durant leur première saison professionnelle sera aussi intéressant. PAR ROEL VANDEN BROECK