Nous le rencontrons le vendredi 13 juin à l'Hôtel Van der Valk à Oostkamp, où il séjourne jusqu'à ce qu'il trouve un appartement à son goût à Bruges. Son amie est toujours en Allemagne. Richard Sukuta-Pasu, Richie en abrégé, arrive au rendez-vous accompagné de son père. " Il joue un rôle important dans ma carrière ", explique- t-il, installé en terrasse. " Il a également joué. Au Congo. "
...

Nous le rencontrons le vendredi 13 juin à l'Hôtel Van der Valk à Oostkamp, où il séjourne jusqu'à ce qu'il trouve un appartement à son goût à Bruges. Son amie est toujours en Allemagne. Richard Sukuta-Pasu, Richie en abrégé, arrive au rendez-vous accompagné de son père. " Il joue un rôle important dans ma carrière ", explique- t-il, installé en terrasse. " Il a également joué. Au Congo. " Les parents de Richie ont grandi au Congo belge. Après l'indépendance, dans les années 60, l'instabilité et le chaos ont envahi le pays et ils se sont réfugiés à Wuppertal, en Allemagne. C'est là qu'est né Richie, qui s'est rapidement affilié au Grün-Weiss. " J'avais environ six ans et j'allais à pied à l'entraînement. Cela ne me faisait qu'une demi-heure de marche. Quatre ans plus tard, le Bayer Leverkusen m'a transféré. Le trajet en voiture prenait une demi-heure. Mon père a arrêté de travailler pour pouvoir me conduire et veiller sur moi. Ma mère a été la première femme africaine à prendre le bus à Wuppertal. Mes parents ont toujours fait ce qu'ils ont pu pour leurs enfants. Mon père m'entraînait. J'ai été à la peine à mes débuts à Wuppertal comme à Leverkusen mais j'ai toujours voulu progresser. Mon travail a porté ses fruits car à partir de onze ans, j'ai gagné tout ce qui était possible. On m'a systématiquement avancé d'une catégorie d'âge, aussi. " Il est devenu un des grands talents du football allemand. Le Bayer Leverkusen lui a offert un contrat professionnel à seize ans et il a été le meilleur buteur de l'Allemagne au Mondial U17 de Corée du Sud. " L'équipe a terminé troisième et j'ai obtenu la même place à l'élection du meilleur joueur du tournoi, derrière mon coéquipier Toni Kroos et l'Espagnol Bojan Krkic. Au classement des buteurs, j'ai précédé André Ayew (Ghana) et Bojan Krkic. Toni Kroos et moi jouions toujours ensemble en équipe nationale, lui au dix, moi au neuf. " Deux ans plus tard, en 2008, Richard Sukuta-Pasu reçoit la médaille de bronze Fritz Walter, qui récompense les meilleurs jeunes footballeurs d'Allemagne. Seuls les actuels internationaux A Sebastian Rudy (Hoffenheim) et Toni Kroos (Bayern) le précèdent. Cette année-là, l'Allemagne est championne d'Europe en Tchéquie. Richie marque en demi-finale puis en finale. Il effectue ensuite ses débuts en U21, en équipe B puis en équipe première du Bayer Leverkusen. " Mais il est très difficile pour un jeune joueur d'y éclore. C'est un grand club, très riche, qui peut acheter autant d'avants qu'il le veut. J'ai inscrit mon premier but en équipe première dans un match amical contre Galatasaray mais j'avais Stefan Kiessling pour concurrent et je ne suis pas parvenu à gagner mes galons de titulaire. Après trois ans, j'ai préféré m'en aller. " Il a alors été loué au FC Sankt-Pauli. " J'avais 19 ans et c'est là que j'ai marqué mon premier but en Bundesliga. Nous avons gagné notre premier match, contre le SC Fribourg, sur le score de 3-1, avec un but et deux assists de ma part, mais la semaine suivante, je me suis blessé à la cheville et j'ai été sur la touche six mois. L'année suivante, Kaiserslautern m'a transféré de Leverkusen pour deux millions mais l'équipe a connu une saison très difficile. Vivre cette expérience ne m'a sans doute pas faut de tort car jusque-là, tout avait coulé de source. Kaiserslautern a été rétrogradé et m'a loué au Sturm Graz, en Autriche. J'ai marqué quinze buts, nous nous sommes qualifiés pour l'Europa League grâce à notre quatrième place et Graz a voulu m'acheter mais Kaiserslautern était trop gourmand. J'ai compris qu'il fallait fixer contractuellement le montant de mon transfert. Finalement, j'ai été loué un an au VfL Bochum, en deuxième Bundesliga. Il espérait remonter et il n'était pas trop loin de ma famille. J'ai joué en pointe et inscrit six buts, tous importants pour le maintien. " Le mois dernier, l'attaquant de 24 ans a paraphé un contrat de trois ans au Cercle Bruges. " Mon contrat à Kaiserslautern expirait dans un an. Soit je le prolongeais soit je partais. " Il affirme ne pas connaître le montant de son transfert au Cercle et son père ne souhaite pas s'étendre sur la question. " Parlons plutôt de sa carrière. " " J'ai décidé d'en entamer un nouveau chapitre ici ", poursuit Richard. " Je ne suis plus le gamin qui gagnait tous les trophées possibles. Je deviens adulte et je veux repartir de zéro au Cercle, pour relancer ma carrière. C'est le bon moment. Tout est allé trop vite pour moi. J'ai toujours joué dans des catégories d'âge supérieures. En espoirs nationaux, j'ai joué avec Manuel Neuer, Mats Hummels, Mesut Özil, Thomas Müller et Benedikt Höwedes. Ils ont tous deux ou trois ans de plus que moi, ce que beaucoup de gens oublient. " Avant de signer au Cercle, il s'est renseigné auprès de Wilson Kamavuaka. " Il est également né en Allemagne et il est de ma génération. La saison passée, il était à Malines. Il m'a dit que je ne regretterais pas de rejoindre le championnat de Belgique. Finalement, c'est partout pareil : il faut travailler. Les résultats finissent pas suivre. Je ne suis pas d'un naturel négatif. Ma musique m'apporte de l'équilibre. J'ai vu beaucoup de choses, j'ai gagné des prix mais je n'ai pas changé. Outre l'allemand, je parle français et anglais. Donc, le néerlandais ne me posera pas de problème. Et puis le football est universel. Le changement n'est pas très grand. " Il a confié ses intérêts au grand bureau de management allemand Sports Total, sis à Cologne, il y a huit ans. " J'ai été son premier joueur. C'est avec moi qu'il a démarré. Ensuite, il a représenté Toni Kroos, Mario Götze et Marco Reus, pour ne citer qu'eux, et il est devenu le principal bureau allemand. On peut dire qu'il a grandi grâce à moi ! " Il sourit. Richard Sukuta-Pasu mesure 1m90. L'avant peut également jouer à d'autres postes. " Depuis que je suis passé pro, j'ai joué à peu près partout. Au centre avec un ou deux attaquants, sur le flanc droit ou le gauche et au numéro dix mais c'est toujours le neuf que je préfère. " PAR CHRISTIAN VANDENABEELE - PHOTOS BELGAIMAGE" Tout est allé beaucoup trop vite pour moi. "