Après s'être qualifié difficilement aux dépens d'Alost, Louvain jouera ce soir la demi-finale aller de la Coupe de Belgique à Charleroi. Olivier Battochio connaît bien la Coupole, puisqu'il a joué durant deux ans à Gilly, l'équipe-filiale des Spirous. "C'est là que j'ai appris le plus", affirme-t-il. "On avait des entraînements communs avec Charleroi et on se mettait dans la peau des prochains adversaires des Spirous. Parfois, c'était fastidieux car il nous arrivait de jouer durant une heu...

Après s'être qualifié difficilement aux dépens d'Alost, Louvain jouera ce soir la demi-finale aller de la Coupe de Belgique à Charleroi. Olivier Battochio connaît bien la Coupole, puisqu'il a joué durant deux ans à Gilly, l'équipe-filiale des Spirous. "C'est là que j'ai appris le plus", affirme-t-il. "On avait des entraînements communs avec Charleroi et on se mettait dans la peau des prochains adversaires des Spirous. Parfois, c'était fastidieux car il nous arrivait de jouer durant une heure et demie en défense, mais d'un autre côté, cela nous permettait de côtoyer régulièrement les meilleurs joueurs belges, ce qui constitue toujours un excellent apprentissage. Gilly est une équipe de D2 mais bénéficie de tout l'encadrement professionnel des Spirous. C'est très intéressant pour les jeunes. En outre, pendant les deux années que j'ai passées là, nous avons réalisé d'excellents résultats. A deux reprises, nous avons terminé dans le sillage immédiat des montants: derrière Vilvorde et Ypres en 97-98, et derrière... Louvain en 98-99". L'objectif principal de Gilly est de former des jeunes au profit des Spirous. Pourtant, on constate que bien peu de joueurs franchissent le pas de la D2 vers la D1. "Passer sans transition de Gilly à Charleroi est difficile", explique Olivier Battochio. La différence de niveau est trop grande. Après avoir fait son apprentissage à Gilly, il est préférable de partir faire ses armes ailleurs pour revenir éventuellement plus tard à Charleroi, après avoir joué quelques saisons dans un autre club de D1 de moindre envergure. Le cas de Bernard Thiry est particulier. A 28 ans, il a accepté de jouer un rôle ingrat chez les Spirous car il avait envie de connaître l'expérience de l'Euroligue et qu'en outre, son emploi à la Ville de Charleroi lui permettait de bénéficier de certaines facilités". L'une des possibilités, pour un jeune qui souhaite se faire les dents en D1 après avoir été formé à Gilly, est précisément d'émigrer à Louvain. Il existe des accords entre les deux clubs. "Ces accords concernent surtout le sponsoring", précise Olivier Battochio. "Il y a certes le cas de Sébastien Buja, qui avait été prêté à Louvain, mais en principe l'objectif n'est pas d'échanger des joueurs. Pour ma part, je n'ai pas fait l'objet d'un prêt. J'ai simplement été repéré par l'ancien coach louvaniste Paul Rowe, qui m'a téléphoné au lendemain du match entre Louvain et Gilly pour m'expliquer qu'il me suivait depuis un certain temps et qu'il ne lui déplairait pas de m'avoir sous ses ordres. Comme mon objectif était d'arriver en D1, j'ai tenté le coup".