Juste avant de monter sur le Central d'Indian Wells pour la demi-finale face à notre compatriote, Martina Hingis lance : "A part elle, je ne vois pas beaucoup d'autres joueuses entrer dans le Top 10 dans les prochains mois". Beau compliment. La Suissesse ne tarit pas d'éloges quant au talent de Kim Clijsters : "Chaque fois que je l'ai rencontrée, j'ai trouvé qu'elle progressait, qu'elle assimilait l'expérience au fur et à mesure des rencontres. Je m'attends donc à un match difficile".
...

Juste avant de monter sur le Central d'Indian Wells pour la demi-finale face à notre compatriote, Martina Hingis lance : "A part elle, je ne vois pas beaucoup d'autres joueuses entrer dans le Top 10 dans les prochains mois". Beau compliment. La Suissesse ne tarit pas d'éloges quant au talent de Kim Clijsters : "Chaque fois que je l'ai rencontrée, j'ai trouvé qu'elle progressait, qu'elle assimilait l'expérience au fur et à mesure des rencontres. Je m'attends donc à un match difficile". Hingis ne pensait sans doute pas que cette difficulté allait déboucher sur une défaite face à la 19e joueuse mondiale. Pourtant, c'est bel et bien Kim qui se hissa en finale, suite à un match parfait face à l'une de ses idoles. "Je suis très excitée", confiait la Limbourgeoise après la partie. "Il s'agit sans aucun doute du meilleur tournoi de ma carrière, de ma plus belle performance. J'ai joué un excellent match, surtout dans les premier et troisième sets". Dans la première manche, elle s'imposa en effet par 6-2 avant de connaître un léger passage à vide dans la deuxième. "Au début de ce deuxième set, j'ai reculé de manière imperceptible. Au lieu d'être à l'intérieur du terrain, je me suis placée quelques mètres derrière la ligne de fond. Je me suis donc montrée moins agressive que lors du set initial". Hingis en profita pour mener 5-0. "A ce moment, je me suis dit que je ne devais pas penser au score, mais simplement me concentrer sur mon jeu. J'ai alors commencé à revenir dans le terrain. En fait, je devais préparer le troisième set". Cette tactique allait se révéler payante puisque, après s'être inclinée 6-2 dans la deuxième manche, notre jeune championne reprit le contrôle des opérations. A 1-1, elle s'envola littéralement vers la victoire. "Dès le début de cette manche, je me suis sentie en pleine confiance et mon jeu s'est encore mieux placé qu'au début du match. De plus, le fait d'avoir réussi à faire le break dès l'entame du troisième set lui a fait perdre un peu de confiance". Si tant est que Clijsters s'imposa sur un cinglant 6-1 dans cette manche, devenant ainsi la deuxième joueuse belge après Dominique Monami-Van Roost à réussir à battre la n° 1 mondiale. "Quand vous êtes sur le terrain", précise pourtant la Belge, "vous ne pensez pas que vous jouez contre la meilleure joueuse du monde. Pour ma part, que je sois en face de la numéro 1 ou de la numéro 120, je tente de donner le maximum. Ce n'est qu'après le match que je réalise ce qui s'est passé, contre qui j'ai gagné. Et là, il est évident que lorsque l'on vient de réussir une performance de ce niveau, l'excitation atteint son comble. D'autant que tout le monde vous arrête dans les allées du stade pour vous féliciter d'avoir battu la première joueuse mondiale. De toutes façons, ce que je veux, c'est gagner le tournoi".Pour ce faire, Kim Clijsters dut défier Serena Williams, laquelle avait bénéficié du forfait de sa soeur Venus quelques minutes avant leur demi-finale. Désistement qui fit grand bruit et qui fâcha considérablement le public américain. A tel point qu'au cours de la finale, il prit fait et cause pour la joueuse belge! "C'est la première fois que je joue devant un public qui m'est autant hostile", se plaindra à juste titre Serena Williams. Quant à Kim, cela lui a bien plu: "J'aimais bien cette ambiance. Plus il y a de bruit et plus j'apprécie jouer au tennis. J'étais évidemment un peu surprise de constater que la grande majorité des spectateurs était acquise à ma cause mais je savais que les gens n'avaient pas apprécié le retrait de Venus. Moi, je ne m'en suis pas préoccupée. Je préfère me concentrer sur mon match que commencer à penser aux problèmes des autres joueuses". Sans doute exaspérée par l'attitude du public, Serena apparut particulièrement nerveuse au début de la finale. Ce dont profita notre compatriote qui s'isola à 3-0. Serena revint alors dans la partie pour mener 4-3 avant que Clijsters ne réagisse pour s'imposer dans ce premier set par 6-4. Dans le deuxième, la Limbourgeoise se montra encore très agressive et bénéficia même d'une balle de 5-3 qui, si elle avait été concrétisée, lui aurait sans doute ouvert les portes de la victoire. Hélas, la fatigue commença à se faire sentir, Williams prenant alors définitivement le contrôle des opérations pour égaliser à une manche partout, avant de remporter le match par 4-6, 6-4, 6-2. "La succession de matches de longue durée pendant la semaine explique sans doute mon coup de fatigue à la fin du deuxième set. A ce moment, Serena a commencé à commettre nettement moins d'erreurs qu'en début de match. Je pense d'ailleurs que le fait qu'elle n'ait pas dû jouer la demi lui a conféré un avantage certain. Elle était plus fraîche que moi en commençant le match. Mais bon, je ne suis pas trop déçue. Je pense en effet avoir réussi un très bon tournoi".C'est le moins que l'on puisse dire puisque, avant d'avoir pris la mesure d'Hingis, Kim avait su gérer le stress particulier qui apparaît lorsque deux joueuses du même pays se rencontrent. Au troisième tour, elle prit en effet la mesure de Justine Henin en trois sets. "C'est toujours un peu spécial de jouer contre une compatriote. Mais j'aime assez bien ce genre d'atmosphère". Preuve supplémentaire que Clijsters est tout à fait apte à rester calme devant de tels défis, comme le souligne Martina Hingis: "La grande différence entre la Clijsters que j'ai rencontrée à trois reprises avant ce tournoi, et celle qui m'a battue aujourd'hui, est le fait qu'elle a nettement mieux joué les points importants. Manifestement, elle n'a pas eu peur de gagner. Souvent, les joueuses de son âge sont effrayées lorsqu'elles arrivent près du but. Kim, elle, ne s'est pas démontée". Serena Williams, nouvelle lauréate d'Indian Wells, semble être d'accord avec la Suissesse. "C'est vraiment une très bonne joueuse. C'est la troisième fois que je joue contre elle et, chaque fois, elle me crée beaucoup de problèmes". Une fois de plus, Kim Clijsters a démontré qu'à l'aube de ses dix-huit ans, qu'elle fêtera le 8 juin prochain, elle était une candidate plus que sérieuse pour le Top 5 mondial. Le mot de la fin est de Dominique Monami-Van Roost sur la RTBF: "Battre Hingis en demi-finale d'un tournoi d'une telle importance est un exploit qui prouve que Kim peut faire partie des meilleures joueuses mondiales dans quelques années ou même quelques mois". Bernard Ashed