ANALYSE: CHRIS JANSSENS

Le premier tour a été bon, le deuxième pas. Nous avons encore gagné quelques matches, notamment en Coupe contre Zulte Waregem.
...

Le premier tour a été bon, le deuxième pas. Nous avons encore gagné quelques matches, notamment en Coupe contre Zulte Waregem. Nous espérions terminer entre la cinquième et la huitième place mais il faut rester franc. A la trêve, nous étions quatrièmes et nous rêvions d'un podium mais nous avons sombré. C'est décevant. L'entraîneur a fait ce qu'il pouvait avec les moyens du bord. Kolar a disputé quelques bons matches. Non, pas la seule. Quelqu'un qui marque dix buts et délivre des assists fait tourner l'équipe mais nous avons été victimes de nombreuses blessures. Je n'avais encore jamais connu ça. Sept à huit gars à l'infirmerie, c'est beaucoup pour Westerlo. J'ai même dû jouer en attaque à la fin, faute de mieux ! Les premiers matches se sont bien passés. Sans Jaja, Utaka, qui a souffert de l'épaule, a subi un contrecoup. Cela n'allait pas en déplacement, nous n'avons plus eu d'équipe pendant quatre ou cinq semaines, nous ne parvenions pas à garder le ballon ni à marquer et nous avons commis des bourdes derrière, à cause de la pression. Ronny Gaspercic a joué une saison banale. Au premier tour, la stabilité de la défense l'a aidé. Ensuite, il lui a été plus difficile de préserver ses filets. Bon jeu de position mais plus très athlétique. Le jeune talent Jonathan Ruttens a joué un seul match. Sûre au premier tour, elle a ensuite commis des gaffes. Bonne sur les hauts ballons mais victime des blessures de pions comme Evens, Elejiko et Wagemakers. Delen a dépanné à l'arrière gauche, Scasny à droite et Beloufa n'a guère joué. Le jeune Steven Vandenbegrh a effectué ses débuts. Janssens a été le moteur de la deuxième ligne et aussi de la défense, par obligation. Mennes, Ntuka et Delen ont accumulé les blessures, Van Imschoot s'est acquitté de sa mission de surveillance. Kolar a bien remplacé Delen derrière l'attaque. Modubi et Boy Boy sont trop légers. Coelho a offert buts et assists. Son départ en hiver a considérablement affaibli l'équipe. Ni Utaka, De Wilde, Van Arwegen, (blessés) ni Vangeel ou Owoeri n'ont trouvé aisément le chemin du but. C'est encore Utaka qui a apporté le plus grâce à son abattage. Westerlo- Beveren 4-1. Le match résume le premier tour : Westerlo marque facilement et a une bonne défense. Westerlo- Mouscron 0-5. Un jour sans. Beveren-Westerlo 4-1. Le symbole du second tour : Westerlo marque difficilement et sa défense vacille. Westerlo- Club Bruges 0-0. Un haut fait. H erman Helleputte a été complimenté quand il a pris le relais de son ami Jan Ceulemans. Ses entraînements étaient plus tactiques, on les arrêtait pour mettre des choses au point. L'équipe était consciente de la classe de Coelho, autour duquel l'entraîneur avait formé son onze. Quand Coelho est parti, on a découvert la misère campinoise : un manque manifeste de sens du but. Au lieu de procéder par de rapides percées vie l'axe médian, Westerlo a dû construire le jeu et l'entraîneur, confronté à de multiples blessures, n'a pas trouvé d'équilibre. Le manager Herman Wijnants l'a critiqué quand Westerlo a été battu à domicile par Gand, n'obtenant que neuf points sur 45. Un tir puissant du gauche, une bonne vista et un jeu de positon à l'avenant, de l'abattage. Le Brésilien loué à Feyenoord a été la principale arme de Westerlo. Il est parti au bout d'une demi-saison mais est quand même le meilleur réalisateur de l'équipe avec dix buts. Arrivé de Feyenoord pour résoudre les problèmes offensifs, il a irrité par son dédain. Il n'a pas non plus le sens du but escompté, ne l'a pas compensé par plus d'engagement et semble limité tactiquement. Westerlo attendait mieux d'un joueur de Feyenoord. Une moyenne de 6.000 spectateurs par match. Au premier tour, le club a enregistré de 500 à 1.000 personnes en plus par match. Peu de changements, hormis celui de l'entraîneur qui s'est déroulé sans pli à l'entre saison. Herman Westerlo dirige le VC Wijnants d'une main ferme et sûre. Un superbe premier tour avec de rapides attaques, un deuxième tour monotone, avec de rares exploits individuels et beaucoup de remaniements suite aux blessures. Westerlo a réalisé un bénéfice d'au moins 500.000 euros, n'ayant pas compté les suppléments issus des droits de retransmission dans son budget. Coelho a été fantastique, Evens et VanImschoot ont été bons, Gaspercic et VanKerckhoven moyens, De Wilde n'a pas montré grand-chose, Kolar a apporté une plus-value, Sarki, Beloufa et Owoeri ont été peu performants et décevants. RAOUL DE GROOT