L' Équipe type 4-5-1

Gardien
...

GardienFrédéric Herpoel est le numéro un incontesté. Il ne parle pas beaucoup, évite la presse mais est un véritable professionnel, un travailleur. Sa doublure, Olivier Van Impe, a perdu une saison suite à une opération au pied. Dennis Duinslaeger, qui n'est pas entré une seule fois en action, était loué à Mouscron. DéfenseSuite au renvoi de Nasredine Kraouche, l'équipe a pâti de l'absence de numéro dix et de bons ailiers, aptes à délivrer des centres. A gauche, le problème a été résolu grâce à l'arrivée de Mustapha Oussalah, mais à droite, il y a trop peu d'options, d'où le choix, au médian défensif, de Davy Theunis ou Bart Goossens. EntrejeuSuite au renvoi de Nasredine Kraouche, l'équipe a pâti de l'absence de numéro dix et de bons ailiers, aptes à délivrer des centres. A gauche, le problème a été résolu grâce à l'arrivée de Mustapha Oussalah, mais à droite, il y a trop peu d'options, d'où le choix, au médian défensif, de Davy Theunis ou Bart Goossens. AttaqueTrès perfectible. Le secteur a besoin d'un duo complémentaire. En Serbie, Miljan Mrdakovic était meilleur buteur mais n'a jamais confirmé son statut en Belgique. Venance Zézéto est trop individualiste tandis qu' Ivica Jarakovic n'est pas un voleur de buts. 12e journée Jan Olde Riekerink est limogé et remplacé par son adjoint, Herman Vermeulen, qui réalise un nul 1-1 contre Genk. 19e journée Face à Anderlecht, les Buffalos évoluent en 4-3-2-1 avec Jurgen Cavens derrière les avants. Tjörven De Brul se blesse. 33e journée Le derby face à Lokeren s'achève sur un nul 1-1, le 16e de la saison. Gand a un besoin urgent d'attaquants efficaces et capables de garder le ballon. Tout le compartiment défensif peut entrer en compte... David Vanhoyweghen et De Brul ont été bons dans les duels et sur les phases arrêtées, mais Herpoel a été le plus régulier : brillants réflexes sur sa ligne, bonne anticipation des longs ballons... Il a souvent été invincible et a gagné des points. L'avant a été arraché au banc de Bruges mais pas plus que Jurgen Cavens, il n'a apporté de plus-value. Il a eu un bon match, celui de ses débuts, contre le Club. Là, il a été agressif, travailleur et avide de revanche. Ensuite, il a perdu son enthousiasme et sa rage de vaincre. Quel sentiment prédomine au moment des bilans ? Une grande déception. Nous n'avons pas réalisé notre objectif, une place parmi les huit premiers. Nous avons rapidement compris où le bât blessait : nous manquions d'équilibre. Alexandros Kaklamanos et Gunther Schepens marquaient et délivraient des assists. Nous avons dû adapter notre style de jeu et moins user de longs ballons. C'est surtout la création d'occasions qui a posé problème ? En effet, et surtout au second tour. Cela s'est amélioré juste après la trêve mais pas suffisamment pour que nous concrétisions nos occasions. Il faut donc chercher un avant efficace et capable de garder le ballon ? Nous avons accumulé les nuls et n'avons jamais gagné de manière convaincante. L'organisation défensive a toujours été en ordre. Même les attaquants ont bien assumé leur part de travail défensif. Seulement, nous n'avons jamais été en mesure d'imposer suffisamment de pression devant. Sinon, nous aurions sept ou huit points de plus. Qu'a apporté le renvoi de Jan Olde Riekerink ? Il ne savait plus que faire. Nous n'avions pas les joueurs nécessaires à un 4-3-3. Il cherchait l'équipe idéale sans en avoir les moyens. Herman a introduit plus de clarté tactique et nous a délivrés de la pression, qui était forte. Il a pris ses responsabilités. Il serait dommage qu'il quitte Gand. Nous n'aurions pas gagné plus de points avec un autre entraîneur. Une fois de plus, suite au limogeage de Jan Olde Riekerink, il a joué les dépanneurs, mais cette fois, le président Ivan De Witte lui a réservé une surprise : le Limbourgeois, gardien de la ligne sportive des Buffalos depuis des années, allait aussi être jugé sur ses résultats. Vermeulen n'a pas pris beaucoup de points. Il a rapidement été confronté au déséquilibre de son noyau, qui comportait trop de médians défensifs mais peu d'éléments capables de marquer, pas assez de véritables ailiers, pas de numéro dix. Il a tâtonné, comme son prédécesseur, passant du 4-4-2 au 4-3-2-1 puis au 4-3-3 pour terminer la saison dans un 4-5-1 prudent. Il a cependant rendu leur concentration et leur homogénéité aux joueurs mais sans pratiquer de football attractif. Il a aussi constaté que sans Matthieu Verschuere, l'équipe manquait de sérénité et conservait mal le ballon.Spectateurs : moyen 5.700 abonnements : statu quo. Gand espère passer le cap des 6.000 la saison prochaine. L'assistance moyenne est passée de 8.737 à 8.500. Ambiance : moyen Philippe Vande Walle, l'entraîneur des gardiens, part, tandis que Herman Vermeulen n'a pas encore de certitude quant à l'avenir, malgré un contrat d'un an. Le coordinateur des jeunes, Hans Bruylant, retourne à temps plein dans l'enseignement. La collaboration se poursuit sous une autre forme. Spectacle : mauvais L'équipe n'a pas rencontré les attentes. Le duo de pointe Miljan Mrdakovic- Venance Zézéto a eu besoin d'une très longue période d'adaptation. Le club a lourdement sous-estimé le départ d' Alexandros Kaklamanos. Finances : bon Le budget (6,5 millions) est en équilibre, les dettes sont sous contrôle. La vente de Gaby Mudingayi à Torino permet même de dégager un petit bénéfice d'exploitation. Adaptation : moyen 15 joueurs ont été engagés. Seuls Mustapha Oussalah, Tjörven De Brul, Ivica Jarakovic et Matthieu Verschuere ont été convaincants.