1. Son physique sera au point

Quoi qu'elle dise de sa forme ou que rajoute son coach Carlos Rodriguez, il est un fait évident qu'elle sera au top physiquement dans trois mois. Henin a démontré à maintes reprises qu'elle était l'une des joueuses les plus aptes à subir des entraînements de folie. Les trois mois qui la séparent de son retour officiel vont être particulièrement chargés. Mais moins, sans doute que lorsqu'elle s'est rendue en 2001 et 2002 chez Pat Etcheberry en Floride. Elle ne veut plus traumatiser un corps qui doit l'amener jusqu'aux Jeux Olympiques de Londres, en 2012.
...

Quoi qu'elle dise de sa forme ou que rajoute son coach Carlos Rodriguez, il est un fait évident qu'elle sera au top physiquement dans trois mois. Henin a démontré à maintes reprises qu'elle était l'une des joueuses les plus aptes à subir des entraînements de folie. Les trois mois qui la séparent de son retour officiel vont être particulièrement chargés. Mais moins, sans doute que lorsqu'elle s'est rendue en 2001 et 2002 chez Pat Etcheberry en Floride. Elle ne veut plus traumatiser un corps qui doit l'amener jusqu'aux Jeux Olympiques de Londres, en 2012. Si elle a arrêté la compétition pendant seize mois, elle n'est pas non plus tombée dans une vie faite de grandes bouffes et de soirées arrosées. On voit bien que son corps n'a guère changé, même si, dixit Rodriguez, ses muscles se sont logiquement ramollis. Justine pratiquait (et pratiquera encore) le tennis le plus complet du circuit. On a déjà tout dit sur son revers flamboyant ainsi que sur son toucher de balle légendaire. Seule la puissance lui fait défaut, mais elle la compense par une vivacité étonnante et une prise de balle très rapide. Qui plus est, Carlos a décidé de la faire aller davantage vers l'avant et il va se concentrer sur le service, désirant amener Justine à un taux de premières balles oscillant entre 65 et 70 p.c. Ajoutons à cela que, comme le disaient Henin et son coach à la conférence de presse, ils ne repartent pas de zéro. Ils peuvent donc s'appuyer sur l'expérience - et les erreurs relatives - de la première carrière. Et quelle expérience ! Le simple fait que Justine ait décidé de revenir est un gage qu'elle sera prête. Non pas à figurer, mais bien à gagner. Henin n'a toujours eu qu'un seul objectif : remporter des Grands Chelems et marquer l'histoire. Il en ira de même cette fois, d'autant qu'elle revient avec des objectifs encore plus clairs : Wimbledon et les Jeux de Londres. A courir derrière un seul graal, on risque, comme l'a fait Ivan Lendl en son temps, de se casser les dents. Mais tant Henin que Rodriguez ont aussi précisé qu'il n'était pas question de ne pas jouer Roland Garros afin de privilégier Wimbledon... Ce qu'avait fait, sans succès, l'ogre Lendl. Toujours au niveau mental, on a senti en elle comme une déchirure. Quand elle dit - J'ai compris que le tennis était le domaine dans lequel je me sens le mieux. et qu'elle ajoute, en substances, qu'elle aurait bien aimé avoir un enfant mais qu'elle ne se sentait pas encore prête, on peut comprendre que sa préretraite n'a pas été aussi heureuse que cela. On pourrait croire qu'il s'agira d'un handicap. Pourtant, comme souvent dans sa carrière (décès de sa maman, séparation familiale, divorce), elle va certainement puiser dans cette nouvelle déchirure l'énergie pour être plus forte encore. Sur les 10 premières joueuses mondiales, seules deux n'ont jamais joué contre Justine Henin : les jeunes Caroline Wozniacki (DAN, WTA 5), récente finaliste de l'US Open et la Bélarusse Victoria Azarenka (WTA 9). Pour le reste, Henin a non seulement déjà rencontré les huit autres mais présente un bilan positif contre six d'entre elles. Seules Serena et Venus Williams (USA, WTA 2 et 3) l'ont dominée plus souvent qu'elles ne l'ont été. Mais, si on ne tient compte que des matches de Grand Chelem, il n'y a que Venus qui a un bilan positif contre elle : 1-3. Sinon, elle a battu deux fois sur deux Dinara Safina (RUS, WTA 1), quatre fois sur six Serena ; deux fois sur deux Elena Dementieva (RUS, WTA 4) ; cinq fois sur cinq Svetlana Kuznetsova (RUS, WTA 6) ; deux fois sur deux Jelena Jankovic (SRB, WTA 8) ; une fois sur une Flavia Pennetta (ITA, WTA 10). Pas une de ces joueuses - sauf les Williams - n'ont réussi à profiter des places laissées vacantes par Kim Clijsters et Justine. Pas une d'entre elles ne s'est montrée capable d'étoffer son capital confiance. Toutes les numéros 1 successives se sont effondrées sous l'effet de la pression. Reste évidemment à évoquer Kim. Face à elle, Justine mène 12 victoires à 10. Et, en Grand Chelem, elle affiche un impressionnant 5 contre 2 ! On reste dans le même registre mais on passe à l'âge des principales adversaires potentielles de Justine. Justine aura 28 ans le 1er juin 2010 mais à 28 et 29 ans, Serena et Venus, tout comme Dementieva (28) sont les trois joueuses du Top 10 plus âgées qu'elle. Et les autres ne sont plus des gamines : Safina a 23 ans, Kuznetsova 24, Zvonareva 25, Jankovic 24 et Pennetta 27. Quant à Clijsters, elle n'a qu'un an de moins que Justine. Seules Wozniacki (19) et Azarenka (20) peuvent faire prévaloir leur jeunesse. Derrière le top 10, il y a bien la Russe Maria Sharapova (22 ans, WTA 25), la Serbe Ana Ivanovic (22 ans, WTA 11) et la Polonaise Agnieszka Radwanska (20 ans, WTA 12) mais elles doivent soit revenir à leur meilleur niveau, soit dans le chef de la Polonaise, démontrer que les espoirs placés en elles ne sont pas vains. Bref, Justine présente l'avantage extrême d'être l'une des plus expérimentées sans pour autant être âgée... Henin n'a eu aucun mal à réunir son équipe de choc. Rodriguez reste son coach (quatorzième année !) tandis que le docteur Serge Messens et le kiné Marc Grosjean constituent l'équipe médicale. Eric Houben préparera physiquement la championne alors qu' Elke Rodriguez (l'épouse de Carlos) s'occupe du management et Chantal Benkovski (une nouvelle) s'occupe désormais de la presse. Bref, une équipe digne d'une numéro 1 mondiale... Tant Justine que la Limbourgeoise le reconnaissent : leur présence mutuelle a contribué à leur progression. A nouveau, toutes les conditions sont réunies pour qu'elles visent toutes les deux la première place mondiale. Seul petit bémol en défaveur de Henin : si Kim est revenue plus forte (plus svelte, plus rapide et plus constructive dans les échanges), on ne voit pas très bien comment la Rochefortoise pourrait être meilleure qu'en 2007. Où elle était proche de la perfection !Par Patrick Haumont - Photo: Reporters