équipe type 4-4-2 Gardien

Luciano a défendu le but avec son enthousiasme habituel. Il est le numéro un incontesté. Dans son style habituel, avec ses sauts de chat, le chouchou du public a signé une nouvelle saison de qualité, sa septième déjà au Germinal Beerschot.
...

Luciano a défendu le but avec son enthousiasme habituel. Il est le numéro un incontesté. Dans son style habituel, avec ses sauts de chat, le chouchou du public a signé une nouvelle saison de qualité, sa septième déjà au Germinal Beerschot. Kevin Roelandts, transféré du Club, n'a pas tapé dans l'£il mais il a été utile. Il n'a pas fait preuve de brio, il a été correct. DanielCruz a vécu une saison de hauts et de bas. GustavoColman est le meilleur des cinq Argentins, même s'il a craqué en fin de saison. Elle a encaissé beaucoup de buts, plus que les neufs premiers du classement. JonasDe Roeck, KrisDe Wree et IgorLolo ont été longtemps blessés. La formation de base a été bouleversée et remaniée à maintes reprises. DidierD'heedene a été bon dans l'axe et HernanLosada a bien comblé le vide laissé à l'arrière droit au second tour. François Sterchele a marqué à tour de bras, même si son association avec JurgenCavens, dont on attendait beaucoup, n'a pas été optimale. Ce dernier a marqué trop peu et a souvent paru un rien trop court. Un pâle BjornDe Wilde n'a pas dépassé le statut de réserve. SabahMalki, venu de Roulers, a progressivement trouvé ses marques. Il avait déjà été bon la saison dernière à Charleroi, marquant neuf buts alors qu'il venait d'une division inférieure. Durant l'exercice écoulé, François Sterchele a fait mieux encore : vingt buts. Ce n'est pas évident. Le Germinal Beerschot rêve de la garder mais plusieurs grands clubs se sont déjà manifestés. Titularisé à cinq reprises, il n'est pas parvenu à s'imposer. Pourtant, pour la énième fois, il était résolu à se défaire de l'étiquette de joker. En fin de saison, il n'est même plus entré au jeu. 10e journée0-0 contre Lokeren. Le Germinal ne parvient pas à rejoindre le top cinq tant convoité. Il est éliminé de la Coupe par le FC Malines et en plus, il gaspille un avantage de 1-0 contre Charleroi, réduit à huit ! Le malaise est profond. 24e journée 4-0 contre un Club très faible : pour une fois, c'est la fête au Kiel. 30e journéeRevers 2-3 face au Lierse, lanterne rouge, juste après une victoire 2-1 face au leader, le RC Genk. C'est significatif : cette saison, l'équipe a été irrégulière. Que retenez-vous de cette saison ? Elle a été meilleure que l'ambiance qui a régné ne le laissait supposer. Nous visions le top cinq mais nous n'avons pas été en mesure de répondre à cette attente, élevée. Au début, il a fallu intégrer beaucoup de joueurs, trouver le système idéal. Le processus a été plus lent que prévu et cela nous a poursuivis toute la saison. En plaçant la barre moins haut, vous auriez sans doute évité cette agitation... Oui mais notre objectif était réaliste. Beaucoup de gens ont trop vite conclu que nous avions raté notre saison, ce qui a compliqué notre tâche. Une semaine, vous avez signé une performance inouïe face à un ténor, la semaine suivante, vous vous êtes fait huer contre un adversaire plus modeste. Pourquoi ? Notre équipe est très technique. Face aux grands, qui s'appuient sur leurs atouts, nous avons obtenu assez d'espaces pour combiner. En revanche, les formations plus défensives nous ont posé problème, ne nous laissant pas un centimètre. Evidemment, lors d'une affiche, chacun est surmotivé par l'ambiance du Kiel. Ce n'est pas toujours le cas dans d'autres joutes, malheureusement. En conclusion, ce n'était pas mauvais mais vous pouviez mieux faire ? En effet. Nous avons été volés à quelques reprises mais parfois, nous avons été coupables. Nous aurions pu récolter six à neuf unités en plus. Nul ne nous aurait alors critiqués. La saison passée, Marc Brys avait été limogé après sept journées, victime de résultats décevants. Cette année, le président Jos Verhaegen l'a rappelé -sans que tout le monde applaudisse. Verhaegen aime les méthodes de travail de Brys. Celui-ci n'a cependant pas pu répondre aux attentes élevées. Il a beaucoup modifié sa composition, sa tactique, selon ses dires en fonction des atouts et faiblesses de l'adversaire, mais en fait, il n'a pas trouvé la bonne recette. Même si son bulletin n'est pas mauvais, avec plus de 50 unités, il doit laisser sa place à un autre entraîneur. L'irrégularité de l'équipe lui a été fatale. C'est Harm van Veldhoven (Cercle Bruges), qui lui succède. 8.650 spectateurs en moyenne ont suivi les matches, contre 7.500 un an auparavant. La vente des abonnements est également en hausse, elle est passée de 4.900 à 5.732. Aimé Anthuenis est devenu directeur sportif. Il a suscité quelque émoi en allant donner son avis dans le vestiaire, à plusieurs reprises. Paul Heylen a été nommé manager commercial. La victoire 4-0 face au Club a été sensationnelle. Autres joutes agréables : le 6-2 contre Mouscron, le 2-3 au Lierse et le 3-3 à Charleroi. Le budget est passé de 5,5 à 8,5 millions, essentiellement grâce à la vente de plusieurs joueurs. Le club le nie mais en embauchant des Argentins, il pensait que, sur les cinq, acquis sans risques financiers, l'un ou l'autre éclaterait bien. Ce fut le cas. Seuls HernanLosada et GustavoColman se sont imposés. En revanche, l'essai de ces jeunes a coûté du temps et des points. La valeur marchande de FrançoisSterchele, acquis pour 750.000 euros, a monté en flèche. Il coûterait maintenant de trois à quatre millions d'euros. Cela s'appelle une affaire en or. par Kristof Deryck