Après son entrée en matière complètement manquée en Ligue des Champions à Fenerbahçe, l'Inter n'avait pas d'excuse à faire valoir. Aucun joueur n'avait tiré son épingle du jeu mais ZlatanIbrahimovic a été le plus critiqué parce qu'une fois de plus il n'a pas joué en équipe. Son égoïsme était difficile à admettre comme quand, en première période, il s'est retrouvé seul à l'entrée du rectangle adverse avec deux joueurs devant lui et qu'il a préféré tenter deux passements de jambes au lieu de glisser le ballon à JavierZanetti, complètement isolé sur la droite.
...

Après son entrée en matière complètement manquée en Ligue des Champions à Fenerbahçe, l'Inter n'avait pas d'excuse à faire valoir. Aucun joueur n'avait tiré son épingle du jeu mais ZlatanIbrahimovic a été le plus critiqué parce qu'une fois de plus il n'a pas joué en équipe. Son égoïsme était difficile à admettre comme quand, en première période, il s'est retrouvé seul à l'entrée du rectangle adverse avec deux joueurs devant lui et qu'il a préféré tenter deux passements de jambes au lieu de glisser le ballon à JavierZanetti, complètement isolé sur la droite. Alors qu'il avait marqué quatre buts en quatre journées de championnat, le Suédois avait, une nouvelle fois, été mauvais en Champions League. Les supporters intéristes avaient du mal à comprendre qu'un joueur ayant empilé 26 buts en 60 matches de championnat, soit près de deux goals en moyenne par rencontre, passe inaperçu sur la scène européenne. Une situation d'autant plus ambiguë que si l'Inter n'a pas été larguée en championnat, elle le doit à Ibrahimovic. Jusque-là, le Suédois s'était montré brouillon, échouait dans ses tentatives de dribblings et perdait beaucoup de ballons mais il avait marqué des goals importants notamment à Empoli et Livourne. Apparemment, le déclic est arrivé le mercredi 26 contre la Sampdoria. Depuis, Ibrahimovic a réussi quelques numéros, qui emballent tout un stade. Face au PSV Eindhoven, Ibrahimovic a démontré que ce n'était pas un hasard s'il était le leader du classement des buteurs du Calcio. Grâce à ses deux buts, il a donné la victoire à son équipe mais il a surtout mis un terme à 664 jours d'abstinence en Ligue des Champions (son dernier but remontait au 7 décembre 2005 au Rapid Vienne soit 12 matches sans but). Une donnée qui fait mal quand on pense que le 17 octobre prochain contre l'Irlande du Nord, il en sera à 735 jours sans but sous le maillot de la Suède (il a inscrit le dernier contre l'Islande le 12 octobre 2005 soit 10 matches sans but). De telles données ont de quoi embarrasser un attaquant même si, avec 7 buts en six rencontres, il a réussi son meilleur départ depuis son arrivée en Italie en 2004-2005 mais aussi lors de ses trois saisons à l'Ajax. SIMONE BARONE, le médian de Torino, a été victime d'une lésion du ligament du genou droit et devrait rester deux mois sans compétition. ALBERTO AQUILANI, le médian de l'AS Rome, s'est occasionné une lésion au fémur de la cuisse droite, au même endroit où il s'était blessé en novembre 06. A l'époque, il avait dû patienter cinq mois avant de retrouver la compétition ; cette fois, les médecins prévoient trois à quatre semaines de stop. Touché au mollet, Rodrigo Taddei, un autre médian, est lui aussi sur le flanc mais jusqu'à la mi-octobre. FERDINAND COLY, le défenseur de Parme, a écopé de trois matches de suspension pour avoir donné un coup volontaire à CesareNatali (D, Torino). L'arbitre n'ayant pas vu le geste, la sanction a été prise sur base des images télé. CRISTIAN LEDESMA, le médian de la Lazio, s'est occasionné une lésion du ménisque du genou gauche vendredi à l'entraînement. Opéré rapidement, l'Argentin devrait être à nouveau disponible dans trois à quatre semaines. IBRAHIM MAAROUFI, le médian de l'Inter, a opté pour l'équipe nationale du Maroc. GABY MUDINGAYI (un carton jaune pour le médian de la Lazio) n'a rien pu faire pour contrecarrer Milan. Anthony Vanden Borre a fait sa première apparition en championnat : le médian de la Fiorentina est monté au jeu à la 67e. Jean-François Gillet a été le héros de Bari en détournant dans les arrêts de jeu un penalty (0-0 contre Grossetto). ALESSANDRO DEL PIERO, l'avant de la Juventus, n'a toujours pas prolongé son contrat, qui arrive à terme en 2008. On ne compte plus les rendez-vous qui ont été reportés mais une nouvelle entrevue est prévue pour ce 15 octobre. NICOLAS RIBAUDO