Un bilan remarquablement équilibré (avant l'Algérie), au niveau des résultats en tout cas: 236 victoires, 236 défaites et 126 partages! Toutefois, ce phénomène rassurant est tout récent. Pendant plus de 80 ans (du 5 mai 1921 au 14 novembre dernier, date de la victoire à Prague lors du barrage retour), la balance de nos résultats a été négative.
...

Un bilan remarquablement équilibré (avant l'Algérie), au niveau des résultats en tout cas: 236 victoires, 236 défaites et 126 partages! Toutefois, ce phénomène rassurant est tout récent. Pendant plus de 80 ans (du 5 mai 1921 au 14 novembre dernier, date de la victoire à Prague lors du barrage retour), la balance de nos résultats a été négative.Pour ce qui concerne la différence de buts, la nôtre est dans le rouge depuis le 21 mars 1909 à l'issue d'un Belgique-Pays-Bas. Ensuite, elle n'a cessé d'augmenter au fil des ans jusqu'à atteindre un inquiétant point culminant à -170 le 4 octobre 1961 au soir d'un Belgique-Suède perdu 0-2.Heureusement, en un peu plus de 40 ans, des entraîneurs aussi astucieux voire ingénieux, que Goethals, Thys, Van Himst, Leekens et Waseige (pour ne citer que les principaux) se sont évertués à la réduire de dix fois puisqu'en début de semaine, les Belges n'accusaient plus qu'un déficit de 17 buts (1.032 à 1.049)! De Ferdinand Adams, le premier sur la liste alphabétique qui porta le maillot rouge de 1926 à 29, à Alphonse Wright, un Anglais naturalisé sélectionné entre 1906 et 1907, ce sont 576 Diables qui ont défendu nos couleurs. Dans l'ordre chronologique, ces 576 internationaux s'échelonnent entre Alfred Verdyck, le gardien anversois du premier match à Wesley Sonck, le dernier homme intronisé par Robert Waseige, le 2 juin 2001 contre la Lettonie. A 98 ans, la vieille dame qu'est l'équipe nationale, a beaucoup voyagé. Elle s'est produite dans 110 villes, dont huit réparties dans son royaume et 102 à l'étranger. Les villes les plus visitées sont évidemment Bruxelles (192 sorties) et, hors de nos frontières, Amsterdam avec 33 prestations. A noter que Paris (32) rejoindra dès ce samedi la cité batave à la première place. Pour autant que l'on considère St-Denis comme faisant partie de la capitale de l'Hexagone.Au rayon des buteurs, 211 Diables ont trouvé au moins une fois le chemin des filets adverses. Parmi eux, 26 sont encore en activité et donc sélectionnables. Si, depuis 1972, Paul Van Himst a rejoint Bernard Voorhoof pour planer au-dessus du lot, ce duo que l'on croyait immuable pourrait être inquiété prochainement par Marc Wilmots, qui pointe à 6 unités. Marc Wilmots est l'actuel capitaine des Diables. Il a porté le brassard à 16 reprises. Ici, pas de surprise, il restera très éloigné des 51 capitanats de Jan Ceulemans, des 40 de Jef Jurion et même des 37 de Paul Van Himst ou d' Armand Swartenbroeks, le héros d'avant-guerre. Quant aux quatre autres joueurs en activité faisant partie du cercle fermé des 59 membres émérites de l'URBSFA, il est trop tôt pour y penser: Deflandre et Van Kerckhoven comptent 38 sélections et pour Emile Mpenza et Goor, qui sont les deux derniers membres admis au club35. Le palmarès de l'équipe nationale n'est guère fourni. On n'y trouve qu'une médaille d'or, toute relative au vu du nombre dérisoire d'équipes participantes aux J.O. 1920 à Anvers et des incidents qui ont émaillé sa finale au Kiel. Et une d'argent, nettement plus valorisante, obtenue lors de l'EURO 80 en Italie. Toutefois, c'est la quatrième place décrochée au Mundial mexicain en 1986, qui restera gravée dans les mémoires de tous les fans comme le plus glorieux fait d'armes du foot national. Probablement. Toutefois, selon nous, la plus grande perf de l'histoire de notre ballon rond c'est qu'une équipe représentative d'un pays aussi insignifiant sur la planète que le nôtre, ait réussi à arracher sur le terrain six qualifications de rang pour les phases finales des dernières Coupes du Monde. Un exploit que seule l'Italie avait réalisé avant elle, de 1962 à 1982.Claude Henrot, ,