ANALYSE: PIETER MERLIER

Evidemment. Nous n'aurions jamais osé en rêver. Nous avons retiré le maximum de nos moyens, c'est génial. Nous devons maintenant gagner la Coupe, sinon, la déception serait rude. Répéter pareil succès est presque impossible. Tout a coulé de source. Nous avons eu un formidable début de saison, nous avons poursuivi sur la lancée de notre titre et nous étions de parfaits inconnus pour la plupart des équipes mais il faut quand même le faire !
...

Evidemment. Nous n'aurions jamais osé en rêver. Nous avons retiré le maximum de nos moyens, c'est génial. Nous devons maintenant gagner la Coupe, sinon, la déception serait rude. Répéter pareil succès est presque impossible. Tout a coulé de source. Nous avons eu un formidable début de saison, nous avons poursuivi sur la lancée de notre titre et nous étions de parfaits inconnus pour la plupart des équipes mais il faut quand même le faire ! En effet, nous avons eu un creux. Nous créer des occasions et marquer est devenu de plus en plus difficile. Notre système de jeu était calqué sur lui. La direction doit chercher un attaquant qui sait conserver le ballon. Nous avons besoin d'un homme qui se démarque bien. Tim Matthijs préfère plonger dans les coins, Gunter Thiebaut n'a été titularisé que quatre fois, il a besoin de beaucoup de passes des flancs, ce qu'il n'a pas eu assez souvent. Surtout s'il joue comme contre nous. Il ne cesse de courir. Quelle condition ! Sa force dans les duels et son intelligence m'ont frappé. Il provoque des fautes. Il peut certainement nous être précieux.Pieter Merlier est le titulaire. Autoritaire, explosif, il a parfois eu du mal à rester concentré pendant la totalité du match. Pendant sa blessure, Bjorn Sengier a obtenu sa chance. Plus sobre, il dirige moins les défenseurs. Frédéric Dupré est devenu un des meilleurs arrières droits de Belgique. Tjörven De Brul a livré une de ses meilleures saisons tandis que Stefan Leleu est le parfait organisateur. Frédéric Dindeleux est une bonne alternative. Stijn Minne a eu peu de problèmes d'adaptation. Ludwin Van Nieuwenhuyze a un formidable abattage. Nathan D'Haemers et Stijn Meert ont été brillants tandis que Matthieu Verschuere et surtout Tony Sergeant ont réalisé des infiltrations particulièrement dangereuses dans le rectangle adverse. Salou Ibrahim a été une attaque à lui seul. Le solide avant-centre protège parfaitement le ballon et monopolise en permanence deux défenseurs. Tim Matthijs a démontré sa valeur comme joker ou au milieu droit. Sylvio Breleur et Gunter Thiebaut n'ont pu s'imposer. Zulte Waregem entame la saison sur une victoire 1-3 à Gand. Après un premier quart d'heure de stress, le promu développe un jeu offensif qui est récompensé. Dans un stade comble, Zulte Waregem bat le champion en titre, Bruges, 2-1. Fin novembre, nouveau moment d'euphorie, puisque le SV s'impose aussi en seizièmes de finale de la Coupe sur le même score. Zulte Waregem prend sa revanche sur le Standard, qu'il bat 1-2, après un match aller tumultueux. Former un bloc sur le terrain et en-dehors, voilà le credo du Flandrien de 48 ans. Un joueur ne peut atteindre un bon rendement que s'il s'amuse. A l'entraîneur de s'en charger. Son approche a porté ses fruits cette saison. Il a la simplicité de Jan Ceulemans, a retenu d' André Van Maldeghem que le football doit rester simple et Johan Cruijff lui a appris qu'il faut tendre vers un football soigné. Dury est fanatique de football. Il prône le 4-5-1 et s'appuie sur des grands gabarits, de la technique et de l'engagement. Il a conduit son équipe à une sixième place inespérée et à la finale de la Coupe mais ne sombre pas dans l'euphorie. Il vise le long terme. Il vient d'ailleurs de reconduire son contrat jusqu'en 2011. L'avant ghanéen a peiné à confirmer son superbe premier tour. Sa valeur pour l'équipe est clairement apparue quand il a été sur la touche, à cause d'une fracture de la mâchoire, due à un coup de coude d' Oguchi Onyewu. Sans SalouIbrahim, l'a formation n'avait plus de pivot valable devant. Comme Philippe Buysens, insuffisant pour la D1, Gunter Thiebaut, qui manque de rythme, et Sylvio Breleur (blessures), il n'a pu s'imposer. Enrôlé comme concurrent direct de Nathan D'Haemers, l'ancien footballeur de Virton n'a jamais été en mesure de revendiquer sa place au médian droit. Zulte est passé de 2.600 à 3.460 abonnements alors que le nombre moyen de spectateurs payants est de 2.100. Le staff technique est reconduit. Dans le cadre de la professionnalisation du club, le secrétariat va être étendu, les entraînements vespéraux avancés à l'après-midi. Zulte Waregem a souvent gâté le public par son système de jeu immuable, basé sur une pression constante dans le camp de l'adversaire. Le club s'est constitué un fonds appréciable grâce à la vente de Frédéric Dupré (Standard) et Salou Ibrahim (1,5 million au Club), qui étaient encore sous contrat. Les rentrées TV et sponsoring sont également en hausse. Ibrahim, Matthijs, Dinde-leux, De Brul et Verschuere ont apporté un plus, Sengier a satisfait aux attentes. Vandemarliere a encore une marge de progression. Buysens et Wiggers ont été trop courts. Breleur, opéré aux abdominaux, et Thiebaut, qui manquait de rythme, peuvent mieux. FRÉDÉRIC VANHEULE