L' équipe type 4-4-2

Gardien

Bart Deelkens a été évincé, après sept journées, suite à un contrecoup physique et mental. JonathanBourdon s'est bien tiré d'affaire, sans plus. Deelkens a reçu une nouvelle chance lors des trois derniers matches. Westerlo a deux gardiens de niveau similaire.

Défense

Knut Henry Haraldsen est un maître-achat : même s'il est lent, son jeu de tête et de position constitue un plus. En combinaison avec MarioVerheyen, JeffreyNtuka ou BobsamElejiko, Westerlo a pu aligner un duo central solide. A gauche, BjornDe Coninck et JoKeenan étaient en concurrence, à droite, SadioBa et MarcWagemakers.

Entrejeu

Wim Mennes et ChrisJanssens ont apporté puissance et sécurité à l'axe, parfois remplacés par ZdenekSvoboda ou MichaelModubi, MosiaBoy-Boy et Ntuka de Chelsea. Sur les flancs, JefDelen et Wagemakers ont apporté ce qui a fait la force de Westerlo cette saison : l'engagement.

Attaque

David Paas et TosinDosunmu sont complémentaires. ToniBrogno a donc moins joué. Il a parfois été aligné derrière les attaquants ou au milieu droit. Dosunmu est rapide et bon dribbleur et malgré un moins bon tir à distance, il est le meilleur buteur de l'équipe.

LES Statistiques

Entre la 16e et la 17e journée

Westerlo est éliminé par Beveren en huitièmes de finale de la Coupe (1-1, 4-5 aux tirs au but).

23e journée

Westerlo réalise un nul blanc à Anderlecht et prend son premier point en déplacement. Dans les autres affiches, il ne fera pas sensation.

25e journée

Vainqueur de Heusden-Zolder par le plus petit écart, Westerlo occupe provisoirement la quatrième place.

LE TOPTosin Dosunmu

KnutHaraldsen et TosinDosunmu ont livré une brillante saison. Haraldsen a été fort derrière, par son jeu de position, Dosunmu dangereux devant, grâce à ses buts et à ses actions. Il est le meilleur buteur de l'équipe mais il a une marge de progression à la finition et manque de vista.

LE flOPBart Deelkens

Blessé à l'épaule après six journées, Bart Deelkens a disparu de l'équipe, surtout qu'à l'entraînement, il a eu une période de découragement. Il a surmonté sa frustration mais continue à estimer que l'entraîneur n'a pas été juste. En fin de saison, il a pu reprendre sa place dans le but, pour trois matches.

L'analyse Marc Wagemakers

Pourquoi Westerlo a-t-il réussi une bonne saison ?

Nous avons un noyau digne de la D1, un noyau qui a progressé et qui bénéficie d'une bonne ambiance. On ne remarque pas quelques absences car nous nous appuyons sur notre collectif. Nous ne sommes pas des Maradona. Cependant, sans bons joueurs, bonne ambiance ou pas, on ne réussit pas.

Combien de temps la formule peut-elle fonctionner, avec le même entraîneur et la même ambition, la colonne de gauche ?

Tout dépend du point de vue. Longtemps si c'est aussi amusant que maintenant, qu'on vit matches et entraînements à 100 %. L'équipe fait en sorte que jouer pour Westerlo reste intéressant.

Qu'apporte la collaboration avec Chelsea ?

Deux des trois joueurs ont été alignés régulièrement. Ils ont du talent mais sont encore verts. Ils ne peuvent atteindre un niveau constant. A l'entraînement aussi, ils brûlent vite leurs cartouches mais s'ils persévèrent, nous profiterons d'eux.

Westerlo peut-il revoir ses ambitions à la hausse ?

Nous avons déjà dépassé les attentes cette saison. Nul n'aurait imaginé que nous terminerions aussi haut. Egaler cette performance serait déjà fantastique. C'est possible avec le noyau actuel, qui ne devrait pas changer beaucoup, selon toute apparence.

Le coach

Jan Ceulemans

Jan Ceulemans a entamé sa cinquième saison à Westerlo et a prolongé son contrat de trois ans en février. Etonnamment, lors de la signature, Herman Wijnants a trouvé qu'il n'effectuait pas assez de compromis pour fonctionner dans un grand club. " Il en a les qualités mais il est sans doute trop droit ". La direction a apprécié sa compréhension dans les transferts, Westerlo étant financièrement limité. Jan Ceulemans est resté fidèle à lui-même, la tranquillité personnifiée, laissant les joueurs prendre des initiatives, sans les bombarder de directives tactiques. Il sélectionne souvent les hommes en forme. Son aura, la pertinence de ses remplacements et sa sobriété suscitent le respect général. Son concept est clair mais l'équipe n'a pas été aussi spectaculaire que dans le passé, faute de créativité dans l'entrejeu.

les tendances

Spectateurs : moyen

4.500 personnes en moyenne ont rallié le Kuipke cette saison, dont 1.800 abonnés.

Ambiance : très bon

Westerlo a réussi à mettre sur pied une collaboration avec Chelsea et avec Feyenoord. Les quatre joueurs venus du club londonien doivent bientôt apporter un plus à l'équipe.

Spectacle : moyen

Westerlo n'a pas atteint le niveau de jeu des années précédentes.

Finances : bon

Westerlo a bouclé le budget prévu, de 3,25 millions, établi sur base de 40 points. Le surplus de points et donc de primes est financé par les 875.000 euros que les matches retransmis par Canal + ont rapporté.

Adaptation : très bon

Chris Janssens, Bobsam Elejiko, Mosia Boy-Boy, Jeffrey Ntuka, Michael Modubi et Jo Keenan ont tous joué et l'ont fait avec brio.

GardienBart Deelkens a été évincé, après sept journées, suite à un contrecoup physique et mental. JonathanBourdon s'est bien tiré d'affaire, sans plus. Deelkens a reçu une nouvelle chance lors des trois derniers matches. Westerlo a deux gardiens de niveau similaire. DéfenseKnut Henry Haraldsen est un maître-achat : même s'il est lent, son jeu de tête et de position constitue un plus. En combinaison avec MarioVerheyen, JeffreyNtuka ou BobsamElejiko, Westerlo a pu aligner un duo central solide. A gauche, BjornDe Coninck et JoKeenan étaient en concurrence, à droite, SadioBa et MarcWagemakers. EntrejeuWim Mennes et ChrisJanssens ont apporté puissance et sécurité à l'axe, parfois remplacés par ZdenekSvoboda ou MichaelModubi, MosiaBoy-Boy et Ntuka de Chelsea. Sur les flancs, JefDelen et Wagemakers ont apporté ce qui a fait la force de Westerlo cette saison : l'engagement. AttaqueDavid Paas et TosinDosunmu sont complémentaires. ToniBrogno a donc moins joué. Il a parfois été aligné derrière les attaquants ou au milieu droit. Dosunmu est rapide et bon dribbleur et malgré un moins bon tir à distance, il est le meilleur buteur de l'équipe. Entre la 16e et la 17e journéeWesterlo est éliminé par Beveren en huitièmes de finale de la Coupe (1-1, 4-5 aux tirs au but). 23e journéeWesterlo réalise un nul blanc à Anderlecht et prend son premier point en déplacement. Dans les autres affiches, il ne fera pas sensation. 25e journéeVainqueur de Heusden-Zolder par le plus petit écart, Westerlo occupe provisoirement la quatrième place. KnutHaraldsen et TosinDosunmu ont livré une brillante saison. Haraldsen a été fort derrière, par son jeu de position, Dosunmu dangereux devant, grâce à ses buts et à ses actions. Il est le meilleur buteur de l'équipe mais il a une marge de progression à la finition et manque de vista. Blessé à l'épaule après six journées, Bart Deelkens a disparu de l'équipe, surtout qu'à l'entraînement, il a eu une période de découragement. Il a surmonté sa frustration mais continue à estimer que l'entraîneur n'a pas été juste. En fin de saison, il a pu reprendre sa place dans le but, pour trois matches. Pourquoi Westerlo a-t-il réussi une bonne saison ? Nous avons un noyau digne de la D1, un noyau qui a progressé et qui bénéficie d'une bonne ambiance. On ne remarque pas quelques absences car nous nous appuyons sur notre collectif. Nous ne sommes pas des Maradona. Cependant, sans bons joueurs, bonne ambiance ou pas, on ne réussit pas. Combien de temps la formule peut-elle fonctionner, avec le même entraîneur et la même ambition, la colonne de gauche ? Tout dépend du point de vue. Longtemps si c'est aussi amusant que maintenant, qu'on vit matches et entraînements à 100 %. L'équipe fait en sorte que jouer pour Westerlo reste intéressant. Qu'apporte la collaboration avec Chelsea ? Deux des trois joueurs ont été alignés régulièrement. Ils ont du talent mais sont encore verts. Ils ne peuvent atteindre un niveau constant. A l'entraînement aussi, ils brûlent vite leurs cartouches mais s'ils persévèrent, nous profiterons d'eux. Westerlo peut-il revoir ses ambitions à la hausse ? Nous avons déjà dépassé les attentes cette saison. Nul n'aurait imaginé que nous terminerions aussi haut. Egaler cette performance serait déjà fantastique. C'est possible avec le noyau actuel, qui ne devrait pas changer beaucoup, selon toute apparence.Jan Ceulemans a entamé sa cinquième saison à Westerlo et a prolongé son contrat de trois ans en février. Etonnamment, lors de la signature, Herman Wijnants a trouvé qu'il n'effectuait pas assez de compromis pour fonctionner dans un grand club. " Il en a les qualités mais il est sans doute trop droit ". La direction a apprécié sa compréhension dans les transferts, Westerlo étant financièrement limité. Jan Ceulemans est resté fidèle à lui-même, la tranquillité personnifiée, laissant les joueurs prendre des initiatives, sans les bombarder de directives tactiques. Il sélectionne souvent les hommes en forme. Son aura, la pertinence de ses remplacements et sa sobriété suscitent le respect général. Son concept est clair mais l'équipe n'a pas été aussi spectaculaire que dans le passé, faute de créativité dans l'entrejeu. Spectateurs : moyen 4.500 personnes en moyenne ont rallié le Kuipke cette saison, dont 1.800 abonnés. Ambiance : très bon Westerlo a réussi à mettre sur pied une collaboration avec Chelsea et avec Feyenoord. Les quatre joueurs venus du club londonien doivent bientôt apporter un plus à l'équipe. Spectacle : moyen Westerlo n'a pas atteint le niveau de jeu des années précédentes. Finances : bon Westerlo a bouclé le budget prévu, de 3,25 millions, établi sur base de 40 points. Le surplus de points et donc de primes est financé par les 875.000 euros que les matches retransmis par Canal + ont rapporté. Adaptation : très bon Chris Janssens, Bobsam Elejiko, Mosia Boy-Boy, Jeffrey Ntuka, Michael Modubi et Jo Keenan ont tous joué et l'ont fait avec brio.