Le footballeur français qui était retenu au Qatar a enfin pu sortir en acceptant de laisser tomber les salaires qu'on lui doit. Il ne côtoiera plus les esclaves qui construisent les stades pour la Coupe du Monde 2018. C'est donc ça, le Qatar qui l'organisera, alors qu'on avait un dossier de candidature plus sérieux ?

Que ce soit clair, on n'a pas été battus par un dossier mais par l'argent. Après ça, on a carrément osé changer les règles du jeu en envisageant de jouer le Mondial en hiver. J'aurais admis que notre candidature soit battue par celle des Anglais, des Russes, des Espagnols. Mais le Qatar... On ne s'improvise pas subitement pays de foot. La tradition doit jouer. Cette candidature était une candidaturePlayStation, tout à fait artificielle, tout le monde l'a bien compris entre-temps. On a même voulu faire croire que le Qatar allait organiser un vrai championnat de bon niveau. Allez... C'est surréaliste.
...

Que ce soit clair, on n'a pas été battus par un dossier mais par l'argent. Après ça, on a carrément osé changer les règles du jeu en envisageant de jouer le Mondial en hiver. J'aurais admis que notre candidature soit battue par celle des Anglais, des Russes, des Espagnols. Mais le Qatar... On ne s'improvise pas subitement pays de foot. La tradition doit jouer. Cette candidature était une candidaturePlayStation, tout à fait artificielle, tout le monde l'a bien compris entre-temps. On a même voulu faire croire que le Qatar allait organiser un vrai championnat de bon niveau. Allez... C'est surréaliste. Je n'y crois pas. Une chaîne de télé colombienne a affirmé que le tirage était déjà fait, c'est impossible pour moi. On parle parfois de boules chaudes et de boules froides dans le bol, je ne marche pas là-dedans. Tu imagines le nombre de personnes qui devraient être dans la combine et qui devraient se taire ? Lors des tirages, on ne se cantonne même pas au monde du foot, on implique des personnalités d'autres sports, de la culture, etc. Si c'était truqué, il y en a forcément un qui parlerait un jour ou l'autre. J'ai une confiance totale en la FIFA et en l'UEFA. L'avenir de ce stade et du Mémorial ne passe pas par des communiqués de presse. Ce n'est pas un hasard si personne n'aborde l'aspect financier. Le dossier est d'une telle sensibilité qu'on a demandé à toutes les personnes concernées de la fermer ! Chaque mot pourrait être une source de problèmes. Mais on avance concrètement, les premières nouvelles concernant le financement devraient être annoncées dans les prochains jours. Je n'en dis pas plus, je confirme seulement que ce sera financé à 100 % par le privé. Pour ce qui est d'Anderlecht... sur ce point-là aussi, j'ai promis de la fermer ! Non, mais c'est un sujet qui va continuer à faire parler. Même si tout est payé par le privé, il y aura toujours 50 % de Belges qui demanderont pourquoi on construit un stade et pas des écoles ou des crèches. Les autres diront que c'est formidable, qu'on a enfin un peu d'ambition. Moi, je n'y mettrais pas un buste de Michel Platini devant l'entrée, mais deux ! S'il n'a pas cette idée géniale d'organiser l'EURO 2020 dans plusieurs pays, on est toujours au point mort. Je rappelle que la dérogation des Diables pour jouer au Roi Baudouin expire en 2017, qu'aucun autre stade belge n'est conforme. La seule possibilité pour prolonger cette dérogation, c'est de remettre entre-temps à l'UEFA un projet concret de construction d'un nouveau stade. Ça bouge enfin, j'ai lancé l'idée en 1988... Les Français n'ont pas exploité la réussite de leur équipe de foot qui était multiculturelle comme l'est la nôtre aujourd'hui. Ils devaient embrayer, surfer sur ce succès, à plusieurs niveaux : sport, culture, politique,... Combien y a-t-il d'élus de couleur à l'Assemblée Nationale ? Très peu. Il n'y a rien eu derrière les titres de 1998 et 2000. Nous ne devons pas commettre la même erreur. Quand un gars de couleur comme Vincent Kompany, qui vient d'un quartier modeste de Bruxelles, arrive aussi haut, il faut l'exploiter comme exemple. Le politique doit miser à fond sur le succès des Diables pour passer un nouveau palier en matière d'intégration. PAR PIERRE DANVOYE