Pour la première fois depuis le début de ce millénaire, Anderlecht aura dû cravacher pour se retrouver sur le podium en fin d'exercice. Sa chute ne constitue pas vraiment une surprise car au cours du dernier lustre, il n'a eu de cesse de rogner sur les dépenses : de 13,1 millions d'euros consacrés en transferts entrants à l'aube de la campagne 2006-07, il s'est fait de moins en moins dispendieux au fil des ans, au point de ne plus débourser que 2,825 millions d'euros en acquisitions diverses cette saison.
...

Pour la première fois depuis le début de ce millénaire, Anderlecht aura dû cravacher pour se retrouver sur le podium en fin d'exercice. Sa chute ne constitue pas vraiment une surprise car au cours du dernier lustre, il n'a eu de cesse de rogner sur les dépenses : de 13,1 millions d'euros consacrés en transferts entrants à l'aube de la campagne 2006-07, il s'est fait de moins en moins dispendieux au fil des ans, au point de ne plus débourser que 2,825 millions d'euros en acquisitions diverses cette saison. Dans l'intervalle, sa rentrée dans le rang aura été tout aussi significative : si le Sporting était encore en lice en Ligue des Champions en 2006-07, il n'a plus jamais atteint ce niveau depuis lors, touchant même le fond face à des adversaires modestes au 3e et dernier tour préliminaire de la C1 comme le BATE Borisov en 2008 ou le Partizan Belgrade en 2010. Un déclin perceptible aussi sur la scène nationale où les Mauve et Blanc, longtemps souverains, auront dû composer avec un retour en force du Standard et une surprise nommée Genk. Comment les Bruxellois en sont-ils arrivés là ? En multipliant tout simplement les flops d'année en année. Une analyse. Mbark Boussoufa (La Gantoise) : 3,5 millions d'euros Lucas Biglia (Independiente Buenos-Aires) : 3 Nicolas Pareja (Argentinos Juniors) : 2 Mémé Tchité (Standard) : 1,5 Max von Schlebrügge (Hammarby) : 1 Cristian Leiva (Banfield) : 800.000 Marcin Wasilewski (Lech Poznan) : 800.000 Jelle Van Damme (Southampton) : 500.000 Ahmed Hassan (Besiktas) : gratuit Dieumerci Mbokani (Tout Puissant Mazembe) : gratuit Felipe (Guarani) : gratuit Le Marocain s'est érigé tout au long de son séjour au Parc Astrid en Mister 50 % par référence à son nombre de buts et de passes décisives en l'espace de 5 ans. Son départ au Daguestan en mars a laissé un vide immense à Anderlecht. La preuve : depuis son départ, les Mauves ont engrangé moins de 50 % des points alors qu'en sa présence l'équipe carburait à une moyenne de plus de 70. Seule consolation : le RSCA a palpé 8 millions d'euros suite à son transfert à Anzhi. Mais était-ce un bon calcul ? Non, au regard de l'importance du bonhomme sur le rendement du Sporting. L'Argentin est aujourd'hui, avec Marcin Wasilewski, le seul rescapé de la campagne de transferts effectuée ladite saison. C'est étonnant, dans la mesure où beaucoup s'attendaient à ce que le capitaine des U20 de son pays ne s'éternise pas au stade Constant Vanden Stock, vu son potentiel. La présence d' Ahmed Hassan l'a contraint à l'époque à reculer dans le jeu, au point d'opérer devant l'arrière-garde des Mauves. Ce n'est que ces derniers mois que le médian a joué un cran plus haut. Mais souvent de manière épisodique car l'équipe avait manifestement besoin de lui pour sortir le ballon de la défense et l'acheminer vers l'avant. Dans un rôle comme dans l'autre, Biglia s'est toujours montré à la hauteur. Au point d'être rappelé en sélection. Mais chez les A cette fois. Après le départ de la paire centrale Vincent Kompany- Hannu Tihinen, le RSCA avait connu une période de flottement au sein de la défense. Jusqu'au jour où l'international argentin fut couplé à Roland Juhasz, arrivé un an avant lui au Parc Astrid. Jusqu'à son transfert à l'Espanyol Barcelone en 2008, les deux hommes auront formé une paire idéale, la vitesse et les qualités de passeur de l'un se mariant parfaitement avec le jeu de tête et le placement du Hongrois. Pareja aura été une bonne affaire pour le Sporting : acheté pour 2 millions, il a été vendu pour 5 en Catalogne. Avant de passer pour 10 dans les rangs du Spartak Moscou. C'est Lucien D'Onofrio en personne qui l'avait proposé à Anderlecht, étant donné que le joueur ne voulait pas rempiler à Sclessin et que le Sporting était le seul en Belgique disposé à consentir un débours d'1,5 million d'euros. Tchité, c'est probablement la dernière bonne affaire mauve. Après coup, c'est le Standard qui se sera frotté les mains en récupérant de manière directe ou indirecte Dieumerci Mbokani et Jelle Van Damme, deux joueurs qui auront eu une grande incidence sur le parcours du Standard. Les Mauves n'ont cependant pas tout perdu avec Mémé puisque son passage à Santander permit au club d'empocher 7 millions d'euros. Au début, c'était une affaire risquée puisque le joueur sortait de plusieurs expériences ratées à l'étranger, assorties également de multiples pépins physiques. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle son prix n'était pas excessif. Après quelques mois, son bilan par rapport aux précités était mitigé. " L'avenir dira s'il est un mauvais achat ", avait commenté le secrétaire général, Philippe Collin, à son propos durant sa première saison. Mais au bout du compte, Van Damme se sera révélé un joueur en or pour un Sporting dont la rentrée dans le rang, cette saison, aura coïncidé avec son transfert à Wolverhampton. Avant de revenir en Belgique, au Standard, car les Mauves ne voulaient pas le récupérer. Fâcheuse erreur ! Dans l'absolu, l'Egyptien aura sans doute été le meilleur deal du RSCA, puisque sa venue ne coûta pas le moindre euro. Depuis le retrait de la scène de Pär Zetterberg, Anderlecht n'a en tout cas plus jamais eu un numéro 10 du calibre du Pharaon. Son surnom, Magic, attribué par ses propres coéquipiers, en disait long sur ses qualités. Le seul joueur préconisé par Pär Zetterberg à ses débuts comme scout à Anderlecht aura été un flop de dimension. Engagé parce que son club, Hammarby, n'encaissait jamais le moindre but à chacun de ses visionnages, il a étendu cette statistique au RSCA mais pour une autre raison : il n'y jouait jamais ! Des trois Argentins recrutés, ce milieu défensif aura coûté le moins. La différence se sera remarquée d'emblée sur le terrain où le garçon ne fit jamais son trou. Plus tard, il fut d'ailleurs tout aussi transparent au Sporting Charleroi. Présenté comme un futur crack, il a à peine ciré le banc au Sporting et est retourné très vite au Brésil. Compte tenu de son apport au Standard, où il aura grandement contribué à la conquête de deux titres, il aurait dû être un top à Anderlecht. Mais l'entraîneur, Frankie Vercauteren, qui ne savait pas le piffer, en a décidé autrement. Le départ de l'attaquant congolais au Standard aura été synonyme de prise de pouvoir des Liégeois au détriment des Bruxellois. Le Polonais a été un renfort à ses débuts, tant sur le plan de la rigueur défensive que sur le plan offensif, avec ses nombreux goals de la tête. Depuis le fâcheux accident qui l'a mêlé à Axel Witsel le 31 août 2009, il n'est logiquement plus le même, ayant perdu à la fois ses sensations de joueur et de buteur. Jan Polak (FC Nuremberg) : 3,5 millions d'euros Cyril Théréau (Steaua Bucarest) : 2,5 Guillaume Gillet (La Gantoise) : 1,7 Stanislav Vlcek (Slavia Prague) : 1 Thomas Chatelle (RC Genk) : 500.000 Oleksandar Iakovenko (RC Genk) : 500.000 Triguinho (Caetano) : 300.000 Luigi Pieroni (FC Nantes) : 200.000 SébastienBruzzese (FC Liège) : 175.000 Davy Schollen (NAC Breda) : 125.000 Le médian tchèque n'aura eu de box-to-box que le nom. Pour mériter cette appellation, il aurait dû surgir plus souvent dans la surface de réparation adverse et y marquer plus, à l'image des navetteurs anglais Steven Gerrard et Frank Lampard avec qui on le comparait, toutes proportions gardées. Il n'empêche que comme pare-chocs devant la défense, Polak avait du répondant. Sans compter qu'il était aussi une grosse personnalité dans le vestiaire. Si tout s'est déglingué au Sporting ces derniers mois, c'est sans doute en raison de la perte de tous ceux qui occupaient le flanc gauche, puisqu'aux départs de Jelle Van Damme, Polak et Mbark Boussoufa, il faut ajouter l'indisponibilité d' Olivier Deschacht, autre élément qui prêche l'exemple sur et en dehors des terrains. Le Liégeois a toujours donné le meilleur de lui-même, tant au back droit, poste pour lequel il avait été recruté, que dans l'entrejeu, où ses qualités d'infiltreur sont précieuses. Anderlecht, qui l'a acquis pour moins de deux millions, peut espérer réaliser une plus-value avec lui, en ce sens qu'il lorgne de plus en plus la Bundesliga. Recommandé par Raymond Mommens, qui venait alors tout juste d'intégrer la cellule de recrutement des Mauves, l'attaquant français aura été un bide de dimension. A tel point que celui qui l'avait amené opta de prendre la porte de sortie après quelques mois à peine, lassé des sarcasmes à son égard. Pour avoir sorti à lui seul l'Ajax Amsterdam au 3e et dernier tour préliminaire de la Ligue des Champions, un an plus tôt, avec le Sparta Prague, son nom était inscrit sur les tablettes des scouts anderlechtois. Et comme, la trentaine venue, il n'était pas cher à l'achat, le RSCA s'est mis sur ses rangs. Malgré quelques buts importants, et parfois décisifs, son contrat ne fut pas prolongé, Anderlecht estimant qu'il était paré à droite avec Jonathan Legear. Acquis pour la modique somme de 500.000 euros, le Bruxellois n'a réussi à déboulonner ni Legear ni Matias Suarez, transféré l'année suivante. Vu les possibilités sur le flanc droit, Anderlecht l'a aiguillé vers le NEC Nimègue ces derniers mois. Là-bas, il a tapé nettement moins dans l'£il que Björn Vleminckx. Engagé comme flanc gauche, il aura été le énième Brésilien à se planter au Parc Astrid. Pourtant, il a rebondi par la suite à Botafogo, Santos et Coritiba dans son pays natal. Il avait sans doute le talent mais ne s'est manifestement jamais acclimaté. Meilleur buteur du championnat avec l'Excelsior Mouscron, le Liégeois était allé tenter sa chance dans l'Hexagone. Mais il ne fut pas plus heureux à Auxerre qu'à Nantes. Les Canaris le louèrent à Anderlecht mais son passage ne s'assimila pas à un succès. Idem par la suite à La Gantoise et au Standard. Repéré par l'ancien portier du RSCA Jacky Munaron, qui voyait en lui de la bonne graine de gardien, le Liégeois n'a pas progressé dans la hiérarchie, où il a toujours fait office de quatrième ou cinquième choix derrière Daniel Zitka, Silvio Proto, DavySchollen ou encore Michaël Cordier, arrivé en 2008. Acheté en tant que gardien réserviste, il n'est jamais sorti de ce rôle. Au départ, il n'avait pas vraiment démérité, en jouant même un match d'anthologie au Bayern Munich où le Sporting, à la surprise générale, s'était imposé par 1-2 après avoir concédé un cinglant 0-5 au Parc Astrid. Réduit à ne jouer qu'en Coupe de Belgique, il n'a pas pu empêcher le RSCA de sombrer dans cette épreuve. Cette saison, les Mauves y furent éliminés sans gloire par Westerlo, finaliste de l'épreuve. Avec lui, c'est souvent tout ou rien. Comme un but d'anthologie au Bayern Munich ou une prestation calamiteuse contre un sans-grade. Au même titre qu' Hernan Losada, l'attaquant ukrainien n'a jamais joui de beaucoup de crédit de la part d' ArielJacobs. Prêté à Westerlo ces deux dernières saisons, il a été à la base de la défaite des Sportingmen en Campine cette année en inscrivant le premier but sur penalty. Tom De Sutter (Cercle Bruges) : 3,1 million d'euros Matias Suarez (Belgrano Cordoba) : 1,2 Hernan Losada (Germinal Beerschot) : 1,1 Dimitri Bulykin (Bayer Leverkusen) : 1 Victor Bernardez (Motagua) : 600.000 Kanu (Juventud Sao Paulo) : 500.000 Michael Cordier (FC Brussels) : 300.000 Reynaldo (Nautico) : 250.000 Nemanja Rnic (Partizan Belgrade) : 200.000 Cheikhou Kouyaté (FC Brussels) : gratuit ArnoldKruiswijk (FC Groningue) : gratuit Lorsqu'il est apte à jouer, le Brugeois se révèle sans conteste un apport qualitatif. L'ennui, c'est qu'il a déjà été souvent poursuivi par les sorcières depuis son arrivée au Sporting. Sur l'ensemble des onze derniers mois, il a été opéré tour à tour au genou, puis à la cheville et vient de passer sur le billard en raison d'une épaule déboîtée. Marquer pas de chance pour lui dans la mesure où il avait prouvé à la fin de la phase classique du championnat qu'il pouvait être le complément idéal de Romelu Lukaku aux avant-postes. Ce ne sont pas tant les blessures que la forme du moment qui pose problème chez l'Argentin. Dans un bon jour, il respire la classe. A l'image de ce qu'il avait montré face à l'Olympique Lyon au dernier tour préliminaire de la Ligue des Champions en 2009. Mais quand il n'éprouve pas de sensations, il est aux abonnés absents. D'autant plus que le moral n'est pas à proprement parler son point fort. Malgré tout, la balance est positive avec lui. D'autant qu'il est susceptible de rapporter beaucoup plus que ce qu'il a coûté. Wolfsburg, par exemple, était prêt à dépenser 8 millions cette saison en échange de ses services. Offre refusée de la part des Mauves sous prétexte qu'il pourrait en rapporter bien plus. Venu gratos du FC Brussels, où les modalités financières de son contrat n'avaient pas été respectées, il fit lors de sa première saison l'objet d'un prêt au KV Courtrai avant de revenir au Sporting et d'y revendiquer une place de titulaire. En 2009-10, le Sénégalais fut d'un apport précieux dans l'entrejeu aux côtés de Lucas Biglia et Jelle Van Damme. Cette saison, il a dépanné quelquefois au stopper et possède encore une belle marge de progression. Maître à jouer au Germinal Beerschot, l'Argentin n'a jamais trouvé la bonne carburation à Anderlecht. Il n'y a jamais pu compter, non plus, sur le soutien de l'entraîneur Ariel Jacobs sans qu'on ne sache trop pourquoi. Il devrait à présent servir de monnaie d'échange dans le cadre du transfert du gardien des Anversois, Thomas Kaminski, et retrouver le Kiel où tout avait débuté pour lui en Belgique. Au même titre que Stanislav Vlcek, il a été engagé sur base d'une seule performance : deux buts plantés pour le compte du Bayer Leverkusen face à l'Ajax Amsterdam. L'attaquant russe commença de la même manière pour les Mauves, avec un doublé face au KV Courtrai, avant de s'éteindre complètement. Relégué sur une voie de garage, il a été prêté à l'ADO La Haye où il a fait montre de son sens du but (21 goals) dans une compétition beaucoup plus ouverte que notre Jupiler Pro League. Il est toutefois trop limité pour obtenir une 2e chance au Sporting. Le Hondurien était réserviste de la plus faible sélection engagée à la Coupe du Monde 2010. Ce qui veut tout dire. Prêté au Lierse lors du dernier mercato, il n'a pas réussi davantage à se forger une place de titulaire là-bas. Son seul mérite aura été de mettre de l'ambiance dans les vestiaires. Mais 600.000 euros, c'est cher pour un DJ. Le défenseur serbe ne s'est jamais remis de ses bourdes - et de son exclusion - face à BATE Borisov, précipitant l'élimination du RSCA de cette compétition. Chaque fois qu'il a été relancé, c'était pour tomber à nouveau dans ses travers. Cédé sur base locative au Germinal Beerschot en janvier dernier, il n'est pas parvenu à y faire son trou. Les scouts anderlechtois auraient dû avoir la puce à l'oreille car il fut jugé trop faible par les trois grands du foot hollandais que sont l'Ajax, Feyenoord et le PSV, auquel s'est ajouté le FC Twente entre-temps. Surnommé Bertje Bibber (Bertje le Trembleur) pour sa tendance à paniquer dès qu'il avait le ballon dans les pieds, son expérience n'a duré que quelques mois au Parc Astrid. A l'image Cheikhou Kouyaté, il a d'abord fait l'objet d'un prêt au Cercle Bruges où, l'espace de six mois, il n'a pas fait trembler une seule fois les filets adverses. Depuis lors, il s'est bonifié aussi bien dans le jeu qu'à la finition mais alterne encore trop souvent les hauts et les bas. A l'époque où il militait encore à La Louvière, conjointement avec Silvio Proto, il n'était pas loin de valoir son rival. Depuis, celui-ci a pris nettement l'ascendant puisqu'il s'est installé entre les perches tant à Anderlecht que chez les Diables Rouges. Reste qu'il est difficile à juger, vu qu'il n'a pas eu souvent l'occasion de prouver ses qualités. Son prêt au Cercle Bruges a été incontestablement une réussite, à tel point que certains dirigeants veulent le maintenir au Sporting à son retour, cet été. Lui-même ne serait toutefois pas réfractaire à une saison supplémentaire chez les Vert et Noir où il est assuré d'une place de titulaire. Lukas Marecek (FC Brno) : 1,5 million d'euros Ondrej Mazuch (Fiorentina) : 1,3 Paul Taylor (RC Montegnée) : 100.000 Mario Martinez (Real Espana) : 100.000 Cristophe Diandy (Liberty Professionals) : 100.000 Présenté comme le Milan Jovanovic des séries promotionnaires, l'attaquant anglais n'a jamais fait honneur à sa réputation et s'est perdu depuis lors dans les brumes de l'oubli. Puisque le marché hondurien est abordable, financièrement parlant, le Sporting a jeté son dévolu sur cet attaquant qui, contrairement à Victor Bernardez, n'a pas eu droit à une seule minute de jeu en Première. Il est retourné dans son pays après six mois à peine. Le jeune Tchèque a du potentiel mais il est encore très loin du niveau de Lucas Biglia dont il est soi-disant appelé à prendre la relève un jour. Dans les grands matches, contre le Standard et le Club Bruges notamment, il a coulé. Il est vrai que ses coéquipiers ne l'ont pas aidé à surnager. On comprend sans doute mieux, aujourd'hui, pourquoi la Fiorentina n'a fait aucun effort pour le garder. Dans son rôle défensif, il a parfois des absences déconcertantes. Et, à la relance, il est ni plus ni moins catastrophique. Amené par son compatriote Cheikhou Kouyaté, qui avait joué avec lui au Yeggo Dakar, le Sénégalais est perçu comme un grand talent. Bizarrement, il s'est rarement vu décerner une chance à sa place de prédilection, sur le flanc gauche, alors que les Mauves y ont connu pas mal de problèmes ces derniers mois. Pablo Chavarria (Belgrano Cordoba) : 1,2 million d'euros Pier Barrios (Belgrano Cordoba) : 500.000 Sacha Kljestan (Chivas Los Angeles) : 475.000 Jan Lecjaks (Viktoria Plzen) : 300.000 Dalibor Veselinovic (FC Brussels) : 250.000 Ablaye Seck (Niary Tally) : 100.000 Après six mois d'errance, il a été prêté à Eupen où il n'a pas fait d'étincelles non plus. L'Argentin semble beaucoup trop léger pour jouer un rôle en vue au Sporting. Son séjour n'aura duré que trois mois. Blessé aux adducteurs, il est rentré au pays. Définitivement sans doute. Tout a commencé pour lui par un own-goal lourd de conséquences au Partizan Belgrade. Depuis lors, il ne s'est pas vraiment amélioré, même s'il possède un bon centre du gauche. Son option ne devrait pas être levée. Lui aussi a débuté par un match catastrophique, dans les play-offs, contre le Standard. En six mois de présence, il n'est guère parvenu, lui non plus, à faire l'unanimité autour de ses prestations. Invisible et insipide à ses débuts, l'Américain s'est fait un tantinet plus voyant ces dernières semaines. Mais ce n'est pas lui qui fait la différence sur un terrain. On frémit quand même à l'idée que certains, en haut lieu au Parc Astrid, voient en lui un clone de Romelu Lukaku. Le Serbe n'arrive pas à ses chevilles en matière de vitesse, technique, sens du but et charisme. Sur un total de 43 acquisitions, cela fait donc 11 tops, 20 flops et 1 2 joueurs qui présentent un bilan mitigé. Et parmi ces 11 tops, 6 remontent à la campagne 2006-07. Depuis lors, la balance n'a donc fait que pencher tant et plus du côté négatif...PAR BRUNO GOVERS