Il y a deux ans, lorsque Nintendo dévoilait sa 3DS à l'E3 de Los Angeles, le géant du jeu vidéo décrochait les mâchoires des joueurs. Et pour cause, il proposait le premier appareil grand public doté d'un affichage en relief ne nécessitant pas le port de lunettes 3D.
...

Il y a deux ans, lorsque Nintendo dévoilait sa 3DS à l'E3 de Los Angeles, le géant du jeu vidéo décrochait les mâchoires des joueurs. Et pour cause, il proposait le premier appareil grand public doté d'un affichage en relief ne nécessitant pas le port de lunettes 3D. Passé cet engouement, la sortie de la nomade en mars 2011 a toutefois refroidi jusqu'au plus enthousiaste des accros au joystick. En cause, son autonomie mais aussi la fatigue oculaire et le floutage de l'image en relief qui apparaît dès que le regard se désaxe de la console. Pour pallier ces défauts, Big N ressort donc une version XL de sa 3DS un an plus tard. Performances, prestations multimédia et disposition des touches : on navigue ici en terrain connu. Mais la finition change du tout au tout. Exit les effets de plastiques gloss et place au mat. Le tout pour une impression de robustesse accrue mais un feeling quelque peu cheap. Autre léger changement, les boutons Select, Home et Start ne sont plus unis en un seul bloc. Dans les faits, on peut donc les activer sans devoir les regarder. Une bénédiction lorsqu'on joue dans le noir. L'ergonomie du potentiomètre permettant de varier la profondeur de la 3D a également été revue. Nintendo a placé sur sa course un cran permettant de mettre la 3D au plus bas avant de l'éteindre complètement : bien vu. Une méthode pour forcer la main des joueurs à adopter le relief. Changement le plus saillant, l'écran tactile du bas de la 3DS XL passe de 8 à (presque) 11 cm de diagonale. Celui (non tactile) du haut grossit de 9 à 12,5 cm. Avec de telles mensurations, l'évolution visuelle saute littéralement aux yeux. Cet élargissement de la taille de l'écran ne s'accompagne malheureusement pas d'une augmentation de sa résolution. La finesse graphique s'en ressent donc malheureusement tandis que l'effet 3D est légèrement plus confortable. Ex-gros point noir de la 3DS première version, l'autonomie passe désormais à 4 h 30 contre 3 h 30 en poussant la machine à fond les ballons (son, wi-fi etc...). Un score qui dépasse d'une dizaine de minutes celui de la Vita. Pur hasard ? www.nintendo.be POUR + Autonomie en hausse d'une heure ! + Double écrans vraiment plus grands + Amélioration de certaines touches et du potentiomètre 3D CONTRE - Pas de chargeur livré avec la console - Design triste et cheap face à une Vita plus funky- Encombrement déformant les poches des vestes Verdict 4/5 PAR MICHI-HIRO TAMAÏ