31 personnes et une société comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Le principal accusé est le négociant en tissus YE ZHEYUN, dont on suppose qu'il a la nationalité chinoise ou taïwanaise et est né en 1965. Il est inculpé de corruption et de tentative de corruption, de violences physiques et verbales et de direction d'une organisation criminelle.
...

31 personnes et une société comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Le principal accusé est le négociant en tissus YE ZHEYUN, dont on suppose qu'il a la nationalité chinoise ou taïwanaise et est né en 1965. Il est inculpé de corruption et de tentative de corruption, de violences physiques et verbales et de direction d'une organisation criminelle. Parmi ces 31 personnes, treize sont liées au Lierse : l'ancien coach PAUL PUT, son adjoint PATRICK DEMAN et les joueurs YVES VANDERSTRAETEN, LAURENT FASSOTTE, IGOR NIKOLOVSKI, CLIFF MARDULIER, HASAN KACIC, NINOSLAV MILENKOVIC, MARIUS MITU et LAURENT DELORGE. Les deux entraîneurs sont accusés d'avoir transmis de l'argent à leurs joueurs pour lever le pied dans neuf matches. Ils auraient eux-mêmes été payés par Ye : Put aurait touché au moins 50.000 euros, Deman 25.000. Les joueurs comparaissent pour avoir accepté l'argent, même si la plupart ont déclaré en 2005 l'avoir rendu à Ye. Les principaux bénéficiaires seraient Fassotte (145.500 euros), Delorge, Nikolovski et Van der Straeten (chacun 125.500 euros). Les anciens présidents du Lierse, CHRIS DE NIJN et LEO THEYSKENS, ainsi que le diamantaire anversois CHARLES GOLDBERG complètent la liste lierroise, tous les trois pour avoir fait mauvais usage des 256.000 euros avancés sur la somme de 369.500 euros versée par Ye pour l'achat des parts, afin de permettre au Lierse d'obtenir sa licence. De Nijn aurait en sus accepté 200.000 euros en liquide de Ye. Aucun joueur de La Louvière n'est poursuivi mais son entraîneur du moment, GILBERT BODART, est inculpé. Il a soudoyé Dusan Belic pour ne pas se livrer à fond lors du match STVV-La Louvière et aurait essayé de corrompre trois joueurs trudonnaires, Marco Nijs, Milenko Milosevic et Ilija Stolica. L'ancien président de La Louvière, FILIPPO GAONE, son comptable SÉBASTIEN ELISE et l'avocat du club, LAURENT DENIS, sont accusés de malversations financières et fiscales. Gaone, peut-être avec l'aide d'Elise et de Denis, aurait viré l'argent de transferts à sa société, en difficultés, et aurait payé des commissions en noir à Pietro Allatta. Gaone et Denis sont accusés d'avoir occulté 500.000 euros versés depuis Hong Kong sur un compte de Denis pour la reprise de La Louvière. Trois autres footballeurs comparaissent : MARIO ESPARTERO pour s'être laissé corrompre, alors qu'il jouait pour le Brussels, contre Gand. DUSAN BELIC pour s'être retenu à STVV-La Louvière, comme le lui avait demandé Bodart, et pour avoir tenté, avec Bodart, d'impliquer ses coéquipiers Milosevic et Stolica dans la falsification. JEAN-PIERRE LA PLACA pour avoir tenté d'acheter son ancien coéquipier, alors avant de Waasland, Sébastien Dufoor, quand Ye faisait la loi au Verbroedering Geel. Parmi ceux qui ont accompagné Ye en Finlande en juillet 2005, où le Chinois a acheté l'AC Allianssi et organisé la fraude, sont accusés, outre La Placa et Denis, PIETRO ALLATTA et OLIVIER SURAY. Allatta pour avoir contribué à corrompre Dufoor et Jerry Poorters (Geel), Suray pour avoir essayé de faire de même avec Alexandre Teklak (Mouscron), Laurent Wuillot (Brussels) et Dufoor en leur proposant 100.000 euros à deux reprises à Teklak, 200.000 euros à Wuillot - pour un match. Allatta et Suray sont également poursuivis pour faux en écriture et fraude financière. En sus, Allatta est inculpé de fausse insolvabilité, de port d'arme prohibée et de menaces avec exercice de violence, notamment à l'encontre du manager Harald Suain, sur ordre de Denis. Deux accusés étaient actifs à Geel, le club de D2 que Ye a acheté après le Lierse. Il s'agit de l'ancien manager BRUNO BELMANS et de LUC VAN OPSTAL, impliqués dans l'approche de Poorters et, dans le cas de Belmans, de celle de Dufoor. Un manager est inculpé : l'Italo-Bruxellois FEDERICO AVELLINO. D'une part pour avoir approché Djorje Svetlicic et Milenko Milosevic (Cercle Bruges) contre paiement de Ye, de l'autre pour avoir menacé et fait chanter Paul Put, avant que Ye n'envoie à celui-ci son chauffeur et garde du corps. Les cinq autres inculpés sont étrangers au football. RENÉ VITULLO était administrateur-général de MECANAIR MANAGEMENT, une société luxembourgeoise pour laquelle Allatta effectuait des factures mais sans y exercer de mandat officiel, puisque cela lui était impossible suite à une condamnation à quatre ans de prison en 2000. MICHELE MERCURIO, FABIO GATTA et KADDOR GHERDAOUI sont des forts-à-bras de l'entourage d'Allatta. Le chauffeur anversois HADI BENYAHIA, condamné pour trafic de drogue, était le garde du corps ô combien agressif de Ye. C'est lui qui a menacé Mardulier d'un revolver.