1. Eddy Merckx

Le plus grand champion sportif belge de tous les temps (65 ans) n'a pas été surnommé le Cannibale pour rien. Il a dévoré toutes les spécialités : classiques, épreuves par étapes, c-l-m, montagne, piste, etc. De 1961, en tant que débutant à 1978, quand il quitta les pros, Eddy Merckx a gagné 524 de ses 1800 courses, soit près d'une épreuve sur trois. Impossible d'égrener les succès de cet incomparable palmarès mais on retiendra spécialement ses cinq Tours, cinq Giro, sept Milan-Sanremo, le record du monde de l'Heure à Mexico en 1972, etc. Elu six fois Sportif belge de l'année, lauréat du Trophée national du mérite sportif (1967), il vécut un des moments les plus émouvants de sa vie en commentant pour la télévision le succès de son fils, Axel, au bout du Championnat de Belgique sur route en 2000 sous les yeux du Roi Albert II, qui lui remit le maillot tricolore. Industriel du cycle, il a cédé récemment les clefs de cette affaire florissante où bossent bon nombre d'anciens coureurs.
...

Le plus grand champion sportif belge de tous les temps (65 ans) n'a pas été surnommé le Cannibale pour rien. Il a dévoré toutes les spécialités : classiques, épreuves par étapes, c-l-m, montagne, piste, etc. De 1961, en tant que débutant à 1978, quand il quitta les pros, Eddy Merckx a gagné 524 de ses 1800 courses, soit près d'une épreuve sur trois. Impossible d'égrener les succès de cet incomparable palmarès mais on retiendra spécialement ses cinq Tours, cinq Giro, sept Milan-Sanremo, le record du monde de l'Heure à Mexico en 1972, etc. Elu six fois Sportif belge de l'année, lauréat du Trophée national du mérite sportif (1967), il vécut un des moments les plus émouvants de sa vie en commentant pour la télévision le succès de son fils, Axel, au bout du Championnat de Belgique sur route en 2000 sous les yeux du Roi Albert II, qui lui remit le maillot tricolore. Industriel du cycle, il a cédé récemment les clefs de cette affaire florissante où bossent bon nombre d'anciens coureurs. Le Louvaniste est à coup sûr le plus grand champion de l'athlétisme belge (73 ans) en demi-fond et fond. Médaillé d'or aux Jeux de Tokyo en 1964 sur 3.000 mètres steeple, il avait déjà été couronné champion d'Europe sur la même distance deux ans plus tôt. Au total, il a amélioré six records du monde : le 3.000 mètres steeple en 1963 (8'29''8) et 1965 (8'26''4) ; le record de l'Heure en 1966 (20.664 m) et 1972 (20.784 m) ; le 20.000 m en 1966 (58'06''2) et 1972 (57'44''4). Il a aussi établi un record d'Europe sur 10.000 m en 1965 à Oslo : 28'10''6. En outre, cet affilié au Daring Club de Louvain a récolté la bagatelle de 26 titres de champion de Belgique sur des distances allant du 1.500 au 10.000 mètres et forgé 28 records nationaux du 3.000 au 20.000 m. Il compte de surcroît 4 succès individuels au Cross des Nations. En dehors des stades, il remporta le Trophée national du mérite sportif en 1962 et la Médaille d'or du mérite sportif en 1963. Garçon manqué, Juju (28 ans) a joué six ans au football avec les jeunes de Rochefort. Puis, pour la récompenser de sa victoire dans un tournoi de tennis, sa mère l'a emmenée voir la finale de Roland Garros en 1992. Montrant le court, elle a dit : " Un jour, je serai là ". Mission accomplie en 2003. Elle s'est adjugé l'or aux JO d'Athènes en 2004, alors qu'elle était à peine rétablie de la mononucléose. Il ne lui reste plus qu'à gagner Wimbledon... Ceux qui ont fait la grasse matinée, pendant les JO d'Atlanta ont raté un record du monde belge ! Pas de panique : le soir, Deburghgraeve(37 ans) a réédité son exploit, raflant la médaille d'or. Aux JO 1992, il était tellement nerveux qu'il a glissé du plot de départ et a mis fin une première fois à sa carrière. Il revient mais dans une piscine locale, avec des programmes d'entraînement envoyés par fax et en se fiant à son instinct.En 1999, Tia Hellebaut (32 ans) commence à travailler avec Wim Vandeven, qui deviendra son partenaire. C'est le tournant de la carrière de l'heptathlonienne qui préférait la guindaille à la vie ascétique d'un athlète. Puis elle s'est concentrée sur le saut en hauteur. Sa rage de vaincre et une grande force mentale lui ont permis d'offrir, 46 ans après Gaston Roelants, une médaille d'or olympique à la Belgique en athlétisme.L'Empereur d'Herentals (77 ans) est le seul champion cycliste ayant gagné toutes les classiques de 1953 à 70. Champion du monde en 1960 et 61, Rik II fut le capitaine d'une formidable équipe : la garde rouge mise sur pied par Guillaume Driessens. Son panache en a fait une idole qui céda sa place à Eddy Merckx. Ancien président du club de foot d'Herentals, il partage sa passion, intacte, pour le sport cycliste avec les jeunes promesses. " Je ne serai pas malheureuse si je n'atteins jamais le top 10 ", déclarait Kim (27 ans) en 2000, quand elle était... la fille de Lei Clijsters. " Le jour où elle ne s'amusera plus, elle peut arrêter ", poursuivit son père. Kim a atteint le top 10 et elle a également été, avec Henin et les s£urs Williams, la première véritable athlète du tennis féminin, obligeant les autres à s'astreindre également à un programme physique.A 17 ans, Robert Van de Walle (56 ans) est parti au Japon pour s'y mesurer aux meilleurs. Pour cela, il a puisé dans l'argent qu'il avait gagné comme ouvrier dans les hauts-fourneaux de Wallonie. " Si je ne réussissais pas, j'étais sans doute condamné à retourner à l'usine ", a-t-il déclaré plus tard. Il a réussi et a offert une médaille d'or à la Belgique aux JO 1980. Il est resté parmi l'élite jusqu'en 1996.Fils d'Harry Everts, ex-grand moto-crossman, Stefan (37 ans) est le plus doué des cracks de l'histoire. Maître de l'univers à 19 ans, il a remporté 101 GP, 10 titres mondiaux, décroché cinq Moto Cross des Nations, etc. Après avoir été élu Sportif de l'année (2001, 02, 03), il reçoit le Trophée national du mérite sportif en 2003. En 2006, il a gagné14 des 15 GP de sa spécialité. Pro exemplaire, le Limbourgeois reste un immense ambassadeur de sa discipline.Quelques jours avant les Jeux d'Atlanta, le sponsor a envoyé à Ulla (38 ans) une invitation pour une fête le 21 juillet. Il n'a pas coupé les jambes de Werbrouck, puisqu'elle a remporté l'or. Les Jeux 1992 lui ont ouvert les yeux : " J'étais grosse et paresseuse. Pendant un entraînement, j'étais concentrée cinq minutes tout au plus. " Werbrouck était un talent pur mais sa carrière a été courte et elle n'a jamais été championne du monde.S'il a hélas loupé la plupart de ses rendez-vous lors des grandes compétitions (JO et Championnats d'Europe), ce spécialiste du demi-fond (63 ans) n'en a pas moins accumulé les records du monde : 16 au total, dont 8 en salle (2 en 3.000 m, 2.000 m, 2 miles, 2 en 3 miles, 3 en 5.000 m, 6 miles et 10000 m) et 4 en plein air (2 miles, 3.000 m, 5.000 m et 3 miles).Né en 1924, décédé en 2003. Forte personnalité, il a notamment empoché trois titres mondiaux sur route, deux Tours des Flandres, deux Paris-Roubaix, deux Flèches Wallonnes, Paris-Bruxelles, Milan-Sanremo, etc. Se retira de la compétition en 1964. Son après-sport fut parfois délicat (un film olé-olé, incendie de sa maison, etc.) mais cela n'enlève (presque) rien à la légende de ce champion hors norme. Le journal sportif américain Sports Illustrated a un jour consacré cinq pages au phénomène Berghmans (49 ans), désignée Sportive de l'Année à huit reprises en Belgique. En 1980, lors du premier Mondial féminin, elle a été sacrée, à 19 ans. Elle allait remettre ça année après année, hormis en 1981. Elle a gagné l'or des Jeux de Séoul en 1988 mais le judo féminin n'était encore qu'un sport de démonstration. Kim Gevaert (32 ans) est restée une fille simple. Son succès ne lui a pas conféré d'allures de star. " Ma chance est d'avoir pu travailler avec elle, chacun restant fidèle à sa personnalité ", commente son entraîneur, Rudi Diels. En relais 4 x 100 m, elle était un modèle pour les autres. La médaille d'argent remportée dans cette discipline a révélé que " le succès est possible, à condition de bien travailler et de se fixer des objectifs réalistes. "Il est le seul pilote belge (65 ans), avec Thierry Boutsen, à avoir remporté des victoires en F1 : 8 en l'espace de 116 GP (1966-1979). Second du championnat derrière Jackie Stewart en 1969 et Jochen Rindt l'année suivante, il remporta aussi à 6 reprises les 24 H du Mans et fut vainqueur en 1983 du rallye Paris-Dakar. Lauréat du Trophée national du mérite sportif et Médaille d'or du Mérite Sportif en 1968.Lauréat du Trophée national du mérite sportif en 1964, cette légende du motocross belge (66 ans) a remporté 50 succès en GP (le premier en 1964, à 21 ans, record battu plus tard par Stefan Everts) et six titres mondiaux en 250 cc (1964, 68, 69, 70, 71, 72). Ancien entraîneur de l'équipe nationale belge de motocross, il est l'organisateur des 12 H de la Chinelle.Meilleur pongiste belge de l'histoire (41 ans), il a occupé la place de n°1 sans interruption, chez nous, de 1985 à nos jours. Champion de Belgique à 21 reprises, il a disputé pour la 18e fois les Mondiaux à Yokohama en 2009. Jean-Mi compte six participations de rang aux JO, depuis Séoul en 1988 jusqu'à Pékin en 2008. Sportif de l'année en 1991 et 94, il s'est également vu décerner le Trophée national du mérite sportif." Le sport de haut niveau est l'université de la vie ", a écrit Vandecaveye (37 ans) en quittant la compétition, le 5 février 2004. " Je suis devenue réactive grâce au judo. Avant, j'étais très timide. Mon sport m'a ouvert des portes. " Elle, qui a multiplié les déclarations de ce genre, a toujours symbolisé le caractère et l'engagement. Championne du monde en 1993, elle est remontée sur la plus haute marche en 2001. Le Gitan (63 ans) a gagné son autre surnom dans l'Enfer du Nord ( Monsieur Paris-Roubaix). Grand cyclocrossman et frère d'Eric De Vlaeminck, il a dominé quatre fois les pavés des Chtis en 1972, 74, 75, 77. Pro de 1969 à 84, ce tacticien né à Eeklo a gagné le Tour des Flandres (1977), Milan-Sanremo (1973, 78, 79), Liège- Bastogne-Liège (1970), Tour de Lombardie (1974, 76), etc. Le Lion des Flandres (45 ans) entama sa carrière en tant que lieutenant d'Eddy Planckaert ou de Greg LeMond avant de monter rapidement et de devenir le roi des courses en ligne (11 classiques dont 3 Tours des Flandres et 3 Paris-Roubaix, champion du monde, 2 titres nationaux). Ses chutes et ses aveux en matière de dopage n'ont pas égratigné sa grande popularité. Considéré comme le meilleur basketteur belge de tous les temps et surnommé l'Empereur, l'Anversois (72 ans) a été sacré quatre fois joueur de l'année (1965, 66, 67 et 70). Au cours d'une carrière qui s'étira sur quinze ans (1957 à 72), il remporta 4 titres (1965, 66 et 67 avec le Racing Malines et 1970 avec le Standard). Demi-finaliste de la Coupe d'Europe des Champions avec les Liégeois, il fut aussi sélectionné 54 fois en équipe nationale. Ce sprinter hors du commun a trusté les succès (55 bouquets en 1976, champion du monde sur route en 1976 et 81, une collection de classiques, 13 succès d'étapes au Tour d'Espagne 1977, etc.), il sombra dans les soucis, la déprime, des problèmes de contrôle antidopage positifs. Même si le Flandrien (58 ans) a surnagé, il a failli être emporté par les démons du succès.Détenteur de 24 titres nationaux, le champion de l'Union Saint-Gilloise est le premier athlète belge médaillé d'or aux JO. En 1948, il a pris la mesure du grand Emile Zatopek sur 5.000 m. Avant cet exploit, le roi du demi-fond belge avait été renversé par une voiture et souffrit d'une jambe lors des séries du 5.000m. Il s'est éteint en 1992 à 71 ans.Frère cadet de Sylvain, pilote de motocross à la réputation bien établie aussi, Eric (48 ans) fut un champion précoce car il avait à peine 17 ans et 8 mois lorsqu'il remporta le GP de France 125cc 1980 à Verdun. Il devenait le plus jeune lauréat d'une épreuve du Championnat du Monde. Troisième, au décompte final, de la catégorie des 125cc, il en fut second en 1981 avant de s'adjuger le titre l'année suivante.25 . Tom Boonen Champion du monde en 2005, titre national en 2009, six classiques (dont deux Tours des Flandres et trois Paris-Roubaix), Tom Boonen a le potentiel pour devenir un énorme champion. Pour y arriver, et égaler les légendes de sa discipline, cet indécrottable fêtard de 30 ans devra vaincre son manque de sérieux entre les courses. N'est-il pas trop tard ? A lui de répondre.Après avoir tâté de la F3 et de la F2, Boutsen (53 ans) a effectué ses grands débuts en F1 en 1983 à Spa-Francorchamps. En l'espace d'une décennie, il aura participé à 164 GP pour le compte des écuries Arrows, Benetton, Williams, Ligier et Jordan. En 1989, il a remporté sur une Williams les GP du Canada et d'Australie avant de récidiver pour la dernière fois en Hongrie en1990.Archer né le 24 février 1866, il peut se gausser d'être le plus titré des champions olympiques belges avec un total de neuf médailles : 6 individuelles et 3 par équipes, obtenues tantôt à Paris, en 1900, et à Anvers, 20 ans plus tard. Gaucher, le citoyen le plus célèbre d'Elewijt (où il a été statufié) commença à concourir à 9 ans en 1875 et fut encore champion du monde par équipes 58 ans plus tard, en 1933 ! Le Bruxellois (64 ans) a marqué son époque et était un magnifique ambassadeur du motocross. Après ses bouquets (5 titres mondiaux en 1971, 72, 73, 75, 76, non moins de 6 Motocross de Nations, etc.), De Coster s'installa en Californie et devint le manager du Team Honda aux Etats-Unis. Même si les années ont filé, son amitié avec Paul Van Himst et Eddy Merckx n'a pas pris une ride. 29 . Raymond Ceulemans Le billard : sport de café ou de haut niveau ? Peu importe. Raymond Ceulemans (73 ans), destiné à devenir footballeur, s'est voué au billard dans un café tenu par des amis. Il a collectionné les titres comme les timbres. On le surnommait Mister 100 mais il s'est adjugé 140 titres, dont 35 mondiaux, le premier en 1962, le dernier en 2002. Son préféré ? Le titre de Sportif de l'Année, en 1978, le seul qui ait échu à un pratiquant de billard. Sportif belge de l'année en 1968 et lauréat du Mérite sportif en 1969, Reding, né en 1941, reste notre plus grand haltérophile. Médaille d'argent en super-lourds aux Jeux de Mexico en 1968, où son duel avec Vassili Alexeiev fit sensation, ce bibliothécaire et multiple recordman du monde trouva une mort mystérieuse à 37 ans, en 1975, à Manille.