1. Paul Van Himst

Désigné Footballeur belge du XXe siècle, Paul Van Himst (67 ans) figure à juste titre en tête. Son talent de numéro 10, il l'a mis pendant 16 ans au service d'Anderlecht (1959-75) avant de prendre la direction du RWDM, puis de l'Eendracht Alost. Bardé de distinctions collectives (8 titres et 4 victoires en Coupe de Belgique) et individuelles (4 Souliers d'Or), il n'aura toutefois jamais connu la gloire européenne à la tête d'une génération 60 pourtant considérée comme la plus talentueuse de tous les temps au Parc Astrid. Il s'est rattrapé comme entraîneur pour emmener le RSCA à son dernier grand succès continental : la Coupe de l'UEFA 83. Conjointement avec le Lierrois Bernard Voorhoof, Popol est toujours, aujourd'hui, le recordman du nombre de buts chez les Diables Rouges... dont il fut aussi l'entraîneur : 30 en 81 sélections.
...

Désigné Footballeur belge du XXe siècle, Paul Van Himst (67 ans) figure à juste titre en tête. Son talent de numéro 10, il l'a mis pendant 16 ans au service d'Anderlecht (1959-75) avant de prendre la direction du RWDM, puis de l'Eendracht Alost. Bardé de distinctions collectives (8 titres et 4 victoires en Coupe de Belgique) et individuelles (4 Souliers d'Or), il n'aura toutefois jamais connu la gloire européenne à la tête d'une génération 60 pourtant considérée comme la plus talentueuse de tous les temps au Parc Astrid. Il s'est rattrapé comme entraîneur pour emmener le RSCA à son dernier grand succès continental : la Coupe de l'UEFA 83. Conjointement avec le Lierrois Bernard Voorhoof, Popol est toujours, aujourd'hui, le recordman du nombre de buts chez les Diables Rouges... dont il fut aussi l'entraîneur : 30 en 81 sélections. De tous les Néerlandais actifs sur nos pelouses, Pieter-Robert Rensenbrink (63 ans), Robbie pour les intimes, fut le plus doué. La classe mondiale ! Surnommé l'Homme- serpent en raison de son style ondoyant, il fit le bonheur du Club Bruges mais surtout d'Anderlecht qu'il conduisit à ses premiers succès européens : les Coupes des Coupes 1976 et 78. Dans la foulée, il permit aussi au Sporting d'engranger deux Supercoupes : face au Bayern Munich d'abord, où il ridiculisa le Kaiser Franz Beckenbauer en personne, puis devant le FC Liverpool du légendaire manager Bill Shankly. Compagnon d'âge du célèbre Johan Cruijff, il contribua également à écrire les plus belles pages de la sélection oranje au cours des seventies avec deux finales de la Coupe du Monde : 1974 et 78. Avec 96 sélections à son compteur entre 1977 et 91, celui que l'on a surnommé le Caje (53 ans) s'impose toujours comme le Diable Rouge le plus capé. Attaquant au long cours du Club Bruges, avec qui il remporta trois titres et deux Coupes de Belgique dans les années '80, il fut sacré à trois reprises, durant cette même décennie, Footballeur Pro de l'Année et Soulier d'Or. Dynamo infatigable du Standard surtout, Wilfried Van Moer, dit Kitchi (65 ans), permit aux Liégeois de mettre fin à l'hégémonie anderlechtoise (5 titres de rang de 1964 à 68) grâce à un triplé entre 1969 et 71. Lauréat du Soulier d'Or en 1966, 69 et 70, son rappel chez les Diables en 79, après quatre ans d'absence, fut un coup dans le mille car sous sa conduite les Belges brillèrent tant à l'EURO 80 qu'au Mundial 82. Il reste, à ce jour, le seul Belge (56 ans) à avoir remporté la C1 comme joueur. C'était avec le PSV en 1988. Auparavant, comme back droit, il s'était essentiellement distingué avec le Standard (deux titres en 1982 et 83) et les Diables Rouges (86 sélections entre 1975 et 91, qui en font le dauphin de Jan Ceulemans, ex-aequo avec Franky Van der Elst). Vainqueur du Soulier d'Or 1982.Créateur de génie (55 ans), il présente la particularité de ne jamais avoir goûté à la moindre sélection. Ni dans son pays natal, l'Espagne, ni chez nous, suite à une procédure de naturalisation avortée. A défaut de caps, cet Anversois d'adoption aura eu le mérite de décrocher la Coupe de l'UEFA 83 avec Anderlecht. Il fut aussi proclamé Footballeur Pro en 1987, année où il fut victime d'un tackle assassin de la part du défenseur de Waregem, Ivan Desloover. Cet attaquant racé du Beerschot (décédé en 1978 à 71 ans) peut être considéré comme le plus beau fleuron de notre football durant l'entre-deux-guerres. Au même titre que l'Unioniste Louis Van Hege, parti tenter sa chance à l'AC Milan dans les années 20, l'Anversois mit le cap sur le Sparta Prague la décennie suivante. Avec succès puisqu'il remporta la Mitropa Cup, l'ancêtre des coupes d'Europe. Au cours des années 80, Jean-Marie Pfaff (56 ans) aura été avec Eric Gerets l'un de nos meilleurs produits d'exportation. Ce qui n'est pas rien quand on sait que pendant six ans, il fut l'indiscutable n°1 au Bayern Munich. Il aurait d'ailleurs pu devenir le premier Belge à brandir la fameuse Coupe des Champions si une talonnade de l'attaquant de Porto, Rabah Madjer, n'en avait décidé autrement.Né en Belgique de parents italiens (44 ans), il célébra comme il se doit le titre mondial obtenu par la Squadra Azzurra en Espagne en 1982. Quatre ans et une naturalisation belge plus tard, c'est lui qui, à la tête d'une équipe rajeunie, amena la Belgique à la 4e place au Mexique. Par la suite, il participa encore aux phases finales en 1990, '94 et '98. Un honneur qu'il partage avec Franky Van der Elst. Au Standard, MPH (51 ans) a perpétué au tout début des années 80 la tradition des gardiens hors normes des Rouches entamée par Jean Nicolay puis Christian Piot. Au point d'être sacré, au crépuscule de sa carrière Meilleur Gardien du Mondial 94 où il s'était mis tout particulièrement en évidence lors d'un match dantesque face aux Pays-Bas. Il avait fini par dégoûter Dennis Bergkamp en personne. Enfant terrible, dribbleur et artiste hors norme, cet Anversois fort en gueule (80 ans, 47 caps et 21 buts), inaugure le palmarès du Soulier d'Or en 1954 mais moins brillant comme coach du Beerschot, Club Bruges, etc.) s'adonne d'abord au hockey sur glace avant de découvrir les joies du foot sur la plage de Sète durant l'exode de 1940. Il a joint le geste à la parole en décrochant trois fois le titre de meilleur buteur en 1952, 53 et 55.Son palmarès est magnifique avec comme joueur, trois Ligues des Champions (Ajax Amsterdam), une Coupe Intercontinentale, deux Coupes des Coupes (Anderlecht), quatre Supercoupes d'Europe (deux avec Anderlecht), une finale de Coupe des Coupes perdue (Standard), deuxième de la Coupe du Monde en 1974 et 78, etc. Ce médian (61 ans) doté d'une frappe exceptionnelle roule sa bosse avec le même succès en tant que coach. Le Hesbignon (41 ans) est le bras droit de Leekens en équipe nationale. On y apprécie le sens du travail qui lui avait permis de progresser et de donner l'exemple dans tous les clubs qu'il a connus : Saint-Trond, Malines (un titre), Standard (une Coupe), Schalke (une Coupe UEFA), Bordeaux. Sénateur libéral, l'ancien Diable Rouge (70 caps) ne resta que quelques mi-temps sur les terrains de la politique avant de retrouver un prétoire lui convenant mieux : le foot.Avec son formidable pied gauche et un centre banane unique, Frankie Vercauteren (53 ans) a fait merveille à Anderlecht (4 titres, une Coupe, deux Coupes des Coupes, une Coupe de l'UEFA, deux Supercoupes européennes, etc.) à Nantes et au RWDM où il a achevé sa carrière qui compte aussi 63 présences en équipe nationale. Il a entamé sa carrière de coach avec les jeunes du CS Brainois et du FC Malines avant de devenir T1 à Malines, à Anderlecht (2 titres) et à Genk.Pro à 17 ans, Vincent Kompany (24 ans) se distingue par son élégance et sa classe dès ses débuts en D 1, le 9 août 2003. Hannu Tihinen dirige cet arrière central qui chausse le Soulier d'Or en janvier 2005. Sacré Footballeur Pro en 2005, il s'offre le titre en 2006, file à Hambourg où ce bilingue, fils d'un Congolais et d'une Ardennaise, Zinneke de Bronze (trophée attribué au meilleur ambassadeur de Bruxelles), vit des hauts et des bas avant d'éclater à Manchester City. Est-il notre plus grand arrière central de tous les temps ? Probablement. Formé à l'AS Ostende, Lorenzo (27 ans) est épatant de technique et d'audace quand un accident de la route à l'entrée de la Reine des plages l'enlève à l'affection des siens, d'Anderlecht et des amoureux du beau jeu. Chroniqueur de Sport/Foot Magazine, le Lutin d'Ardooie (45 ans) a un avis qui compte et il en allait déjà ainsi quand ce Soulier d'or et ancien attaquant international (63 caps) faisait tourner adroitement le marquoir du Club Bruges, Anderlecht, Sheffield Wednesday, PSV, Gand, Germinal Beerschot. En 1942, Anderlecht a acquis le Bombardier (un de ses meilleurs attaquants de tous les temps) à Tubantia Borgerhout pour la somme record de... 3.125 euros. Ce puncheur est à la base de la conquête du premier sacre des Mauves en 1947. Il a décroché sept titres (trois fois meilleur buteur) et est décédé en 1996 (73 ans). Le magicien moluquois avait 40 ans quand il quitta la D 1 belge (409 matches et 71 buts de 1980 à 99 pour le Standard, Beerschot, Germinal Ekeren). On retiendra tout spécialement les brillantes campagnes (deux titres, une Coupe) quand cet ex-Ajacide né en 1956 servait la cause du Standard Né en 1937, Jef Jurion, organisateur du jeu d'Anderlecht (neuf titres nationaux, une Coupe, un Soulier d'Or, 64 caps) mérita son surnom de Mister Europe quand, en 1962, son but (1-0 après le 3-3 en Espagne) précipita la première élimination du Real Madrid en Coupe des Champions. Il était si explosif que ses muscles ne le suivaient pas toujours. Les blessures forment le fil rouge de la carrière du courtois Brugeois (65 ans), qui a joué 18 ans pour le Club et mène une vie sobre. Souvent, le Club était confronté à une question : Lambert serait-il fit ? Même en méforme, il faisait souvent la différence mais tous ces efforts lui ont notamment coûté la finale de la Coupe des Champions à Wembley en 1978. Vandenbergh (51 ans) a récemment confié qu'il éprouvait un regret : n'avoir pas quitté le Lierse pour Barcelone et avoir préféré Anderlecht. Un buteur pur : sacré six fois meilleur réalisateur de notre championnat et meilleur buteur européen en 1980, avec une moyenne de plus d'un but par match. Le goal qu'il a marqué lors du premier match du Mondial 1982 reste dans l'histoire : il a permis à la Belgique de vaincre l'Argentine, championne du monde en titre.S'il a débuté au libéro, Van der Elst (49 ans), un gars simple et nature, s'est mué en médian central, véritable aspirateur devant la défense, doté d'une vista remarquable. Il avait initialement choisi le Club parce que, pendant leurs négociations, Anderlecht, s'était montré hautain. Fort à la récupération du ballon, il trouvait également des solutions footballistiques et était toujours bien placé.Constant Vanden Stock lui disait : " Les entraîneurs vont et viennent, les joueurs restent ", mais Mulder (65 ans) s'en est allé. Quand on demandait à feu CVDS quels joueurs il préférait, il répondait : " J'ai toujours admiré Mulder et je suis convaincu qu'il aurait également brillé dans le football moderne. Il jouait déjà un football d'avenir. " Mulder relativise : " J'étais un bon avant mais pas de classe mondiale. " De Mos avait jugé que son diabète n'était pas compatible avec le sport de haut niveau et il avait écarté le Suédois. Prêté à Charleroi, Zet (40 ans) a été si convaincant qu'Anderlecht l'a repris. Il a remporté neuf titres, deux Souliers d'Or et a été élu Footballeur Pro à trois reprises. Il a aussi réussi ce que peu de grands joueurs font : arrêter en pleine gloire, avec un titre gagné lors du dernier match. Le Danois avait jeté son dévolu sur Bruges parce que la ville lui avait fait forte impression lors d'un voyage scolaire. Jensen (59 ans) possédait du talent et de la personnalité. Selon lui, son meilleur match a été la finale de la Coupe des Champions, perdue à Wembley contre Liverpool. Il avait écarté tous les ballons imaginables mais il avait quitté le terrain frustré. En 2006, quand Boussoufa (26 ans) a gagné son premier Soulier d'Or et a été élu Footballeur Pro, tout le monde avait oublié que quelques années plus tôt, les clubs belges auxquels il avait été proposé l'avaient tous refusé : Westerlo ne voulait pas de lui et même Ostende. Seul Leekens lui offrit une chance, à Gand. Quelques années plus tard, il était le transfert le plus onéreux d'Anderlecht.Le médecin qu'il avait consulté à Liège lui avait demandé s'il ne voudrait pas jouer pour le Standard. Quatre ans plus tard, Jovanovic (29 ans) a quitté Sclessin par la grande porte. En forme, Jova est capable de se jouer de toutes les défenses. Et il impressionne tout le monde en dehors du terrain aussi. Son charisme a fait de lui une des grandes personnalités du foot belge de la dernière décennie. " En fait, j'étais un jeune Limbourgeois modeste ", se décrit Vandereycken (57 ans) à son arrivée au Club Bruges. " Mais avec Happel, il fallait être agressif pour survivre. J'ai appris à serrer les dents. " Ses plus grandes qualités étaient sa connaissance de lui-même, son intelligence footballistique et, surtout, son calme. " Je jouais souvent à la limite mais j'avais tout pensé. "Décédé en 1982 (41 ans), il a été élu Footballeur du siècle du Standard alors que beaucoup de jeunes supporters qui avaient voté par internet ne le connaissaient que par les récits de leurs parents. Attaquant doué, Roger La Honte vivait à 100 à l'heure, aimait la poésie, adorait le genièvre, aurait donné son dernier franc à un mendiant, pilotait les plus belles autos, a tâté de la prison et condamné ses entraîneurs au désespoir.