équipe type 4-4-2 Gardien

Discuté en début de saison, Olivier Renard n'a pas écouté les hésitations (même de la haute direction) et les rumeurs évoquant l'arrivée d'un portier étranger. Il a bossé comme un fou et signé un deuxième tour qui ne permet plus le doute : ce gardien a bel et bien la taille Standard.
...

Discuté en début de saison, Olivier Renard n'a pas écouté les hésitations (même de la haute direction) et les rumeurs évoquant l'arrivée d'un portier étranger. Il a bossé comme un fou et signé un deuxième tour qui ne permet plus le doute : ce gardien a bel et bien la taille Standard. C'est le secteur où la jeunesse a pris le pouvoir. Steven Defour est venu avec ses 19 ans et a élevé petit à petit son niveau de jeu. Marouane Fellaini y abat un travail de titan. Axel Witsel est la dernière trouvaille. Tous ont tiré profité de la mentalité de Karel Geraerts et du vécu de Sergio Conceiçao. Les Liégeois n'ont pas trouvé facilement leur stabilité dans ce secteur. Après le départ d' Oguchi Onyewu, il a fallu l'arrivée de Dante (ex-Charleroi) afin que tout se mette en place. A gauche, Frédéric Dupré (un droitier) a dépanné avant que le petit Moustapha Oussalah ne prenne ses marques. Si Johan Boskamp rêvait d'un chimérique 4-3-3, Michel Preud'homme est revenu à un 4-4-2 réaliste avec un pivot ( Igor De Camargo ou Ali Lukunku) et un joueur ayant le sens de la profondeur : Milan Jovanovic. C'était du pain bénit pour des centreurs de haut vol comme Conceiçao et Milan Rapaic. A la reprise des entraînements en été, Marouane Fellaini était un inconnu. Le Standard manquait de taille dans la ligne médiane et Lucien D'Onofrio incita JohanBoskamp à aligner le grand gamin en Coupe d'Europe au Steaua Bucarest. Il devint vite indispensable et mérita ses galons de Diable Rouge. L'ancien médian défensif d'Anderlecht n'est pas arrivé au Standard au bon moment. Recommandé par Boskamp, qui le coacha à Stoke City, Junior n'a jamais su se frayer un passage jusqu'en équipe Première. Il était bloque par Fellaini et SiramanaDembele. Son avenir n'est pas liégeois. 4e journée Le Standard a raté son début de saison et sombre face à Zulte Waregem : ce nul (1-1) sera la guillotine de Johan Boskamp. 16e journée Dominé durant une heure, le Standard revient en puissance de 4-1 à 4-4. Cette fin de match dingue fera du bien aux Liégeois. 33e journée C'est contre le Club Bruges (1-0) que le Standard engrange les trois points qui lui offrent la troisième place et la Coupe de l'UEFA. Si la récolte est bonne, c'est d'abord celle d'un groupe. Je sais ce que je dois à ce club : mis en confiance, je me suis donné totalement pour répondre à l'attente de tous. J'ai mon style. Je multiplie les raids et, fatigué, j'ai parfois raté le dernier geste. J'ai envie de prendre part à la Ligue des Champions la saison prochaine. C'est l'objectif de tout joueur ambitieux. Je sais ce que je vaux. A ma place, je suis le meilleur en Belgique. Et de loin. Il faudra que les deux parties y trouvent leur compte. Je sais qu'une signature me lie encore aux Rouches pour deux ans. Mon désir de vivre autre chose n'est pas une façon de douter des acquis, du potentiel et du formidable outil de travail qui est mis à la disposition des joueurs. Ce club est sur la bonne voie, n'a plus gagné de trophée depuis 1993. Je suis heureux de l'avoir aidé. J'ai des contacts, évidemment. Sclessin est unique. Le football, c'est de l'émotion et je ne cache pas mes sentiments sur un terrain. Quand je suis heureux, je partage mon bonheur avec tout le monde. L'ancien directeur sportif a troqué avec succès son costard pour le training d'entraîneur. Ec£uré par ses soucis à la Ligue Professionnelle et à l'Union Belge, il a relevé un autre défi : remplacer Jo han Boskamp qui s'était planté et redresser un Standard qui végétait en bas de classement après quatre journées de championnat. MPH avait un avantage par rapport à son prédécesseur : son don des langues, une parfaite connaissance d'un noyau qu'il contribua à former. S'il est étrange de brasser de la Hoegaarden à Jupille, Michel Preud'homme, en vrai Liégeois, a vite fait mousser le jeu du Standard. Au fil des semaines, le Standard a élevé les degrés de sa production : défense de plus en plus sûre, ligne médiane alliant puissance et technique, attaque très rapide. Le Standard a finalement réalisé son objectif en championnat : se payer un billet européen. Le Standard accueille de plus en plus de monde dans ses installations. Il compte désormais 18.000 abonnés et 22.778 supporters ont suivi les matches à Sclessin. Le changement de staff a été positif. Tous les joueurs soulignent la qualité de l'outil de travail et ils disposeront en plus des installations de l'Académie RLD la saison prochaine. Michel Preud'homme a retrouvé les vieux fondamentaux du football liégeois. Le Standard a varié les coups. Son équipe a enrichi son arsenal technique par un très solide apport athlétique. La direction du Standard gère son budget annuel de 16 millions d'euros en bon père de famille. A Sclessin, on sème pour l'avenir en investissant les économies dans la formation des jeunes. Les ados se sont installés à côté des anciens. Un bémol : le Standard a embrigadé trop de joueurs moyens en début de saison. JohanBoskamp voulait les renvoyer. Finalement, c'est lui qui est parti. par Pierre Bilic