Gardien
...

GardienFabien Carini avait eu du mal à s'installer au Standard. En 2002-2003, il fut l'auteur de quelques bourdes. Lors de la saison qui vient de se terminer, le dernier rempart uruguayen justifia les espoirs placés en lui et fut, sans faire de bruit, un des gardiens les moins passés de l'élite du football belge. DéfenseExcellent comportement de toute la défense du Standard cette saison. Onder Turaci a progressé et est désormais international turc, Joseph Enakarhire fut impeccable et Lalo Sorondo a souvent été un arrière central intransigeant. A gauche, Gonzague Vandooren a définitivement revêtu son costume de back gauche. EntrejeuCe secteur de jeu a trouvé son équilibre quand Roberto Bisconti y installa son aspirateur. Ce chasseur, désormais international, a fourni de bons ballons aux éléments offensifs. Jonathan Walasiak a aussi pris des galons. Ivica Dragutinovic y assume un rôle de leader comme quand il joue en défense. AttaqueEmile Mpenza a marqué un tiers des buts rouches. L'autre frappeur venait de la ligne médiane : Jonathan Walasiak. Excellent joker, Aliyu Datti a marqué des buts décisifs. Sambegou Bangoura et Alexandros Kaklamanos furent discrets. 12e journée Le Standard s'impose à Anderlecht : 1-4. Succès largement mérité chez les Mauves. 15e journée Les Rouches ne laissent aucune chance aux Brugeois : 3-1. 32e journée Les Liégeois ratent leur match à Bruges (1-0) et égarent leur dernière chance de qualification pour la Ligue des Champions.Revenu sur les genoux de Schalke, le moral assez patraque, la flèche noire s'est refait une santé sous la surveillance de tout le staff technique liégeois et du CHU de Liège. Puis, petit à petit, Emile Mpenza retrouva le chemin des filets, ne permettant qu'à Luigi Pieroni de marquer plus que lui. Il y a un an, son transfert de Lokeren au Standard défraya la chronique. Le Guinéen avait réussi de bonnes choses au Daknam mais ne trouva pas ses marques à Liège. Sa complémentarité avec E1000 ne fut pas fameuse. Il eut un sursaut après la CAN mais est resté en dessous de ce qu'on attendait de lui. Le Standard est heureux de retrouver la Coupe de l'UEFA mais pourquoi avez-vous raté la chance de jouer en Ligue des Champions ? Je n'ai pas envie de bouder l'honneur de retrouver l'ambiance européenne via la Coupe de l'UEFA. Quand je vois les joies vécues par les finalistes de cette épreuve, Marseille et Valence, cela vaut la peine d'être vécu. C'est un premier pas dans la bonne direction après des années de vaches maigres. Tout le monde a souligné la qualité de notre premier tour. Le football proposé par notre équipe valait le coup d'£il. C'était un changement de mentalité mais, c'est vrai, la donne changea à l'entame du cycle des matches retour. J'explique cette difficulté par trois paramètres : la blessure de Moreira qui priva la ligne médiane d'idées, la méforme d'Alexandros Kaklamanos, la présence à la CAN de quelques joueurs, le peu de joueurs au caractère bien trempé, si utile quand ça chauffe. Le plus dur ne sera-t-il pas de remplacer Emile Mpenza ? Le signe de la continuité a été donné avec la prolongation du contrat de Dominique D'Onofrio qui a réussi où d'autres ont échoué. Le Standard s'est installé dans le Top 3 belge et doit y rester, y progresser. A mon avis, le Standard engagera deux attaquants afin de remplacer Emile Mpenza qui nous a rendu de grands services. La venue d'Eric Deflandre est une preuve d'ambition. Pour la première fois, Dominique D'Onofrio a géré toute la saison, de la préparation d'été au finish. Il a basé sa vision sur l'offensive avec l'arrivée de nombreux renforts : Alexandros Kaklamanos, Sambegou Bangoura, etc. En cours de saison, il hérita d'autres noms comme Roberto Bisconti, Emile Mpenza, Lalo Sorondo et Miljenko Mumlek. C'est à Anderlecht que les Liégeois furent les plus solides : 1-4 avec un pressing haut. Pourtant, après la trêve, le Standard misa trop sur le jeu long tandis que la construction s'était appauvrie. De nul en nul, le Standard égara son avance sur Bruges et un ticket pour la Ligue des Champions. La troisième place et le droit de militer en Coupe de l'UEFA marquent cependant le retour de l'ambition à Sclessin. Spectateurs : bon Avec 17.035 spectateurs de moyenne, le Standard a abordé une nette croissance par rapport aux 15.549 spectateurs de la saison passée. Ambiance : moyen Excellente au départ, elle fut molle dans l'adversité, ce qui justifia un coup de gueule du capitaine, Drago. Certains ne connaissaient pas bien des équipiers ne parlant pas français. Spectacle : bon De haut vol durant le premier tour, nettement moins attrayant après la trêve hivernale. Finances : moyen Le budget ne sera pas en hausse la saison prochaine et était de 15.000.000 d'euros pour 2003-2004 (sans amortissements). Adaptation : moyen Tous les nouveaux ne se sont pas bien adaptés. Roberto Bisconti et Emile Mpenza connaissaient la maison, c'était un avantage. Lalo Sorondo a vite trouvé ses marques mais ce ne fut pas le cas d' Alexandros Kaklamanos, Sambegou Bangoura ou Miljenko Mumlek.