Vu du troisième millénaire, cela peut paraître de l'histoire ancienne et pourtant, certaines expressions du tennis moderne démontrent que cette histoire est toujours très présente. Ainsi, quand un joueur touche une balle avec le cadre de sa raquette et non avec le cordage, on dit qu'il a fait un bois...

Pourtant, les raquettes en bois - qui avaient bien résisté aux assauts de l'aluminium et du métal dans les années 70 - ont disparu au cours des années 1980. Le dernier joueur à avoir remporté Roland-Garros avec un cadre en bois est... Yannick Noah. En 1983, il a pris la mesure de Mats Wilander avec une Coq Sportif Concept 3 Oversize qui, comme son nom l'indique, avait un cadre plus grand que la " normale " et, aussi, un c£ur à trois branches.

Deux ans plus tôt, Björn Borg remportait son sixième French Open avec, comme arme, une Donnay Borg Pro : la mythique raquette en bois, fabriquée du côté de Couvin. C'est d'ailleurs Borg qui sera le dernier vainqueur des Internationaux de France avec un petit tamis en bois puisque, un an plus tard, Wilander triomphera avec une Rossignol F200 dont la particularité est non seulement d'avoir un cadre plus grand - mid-size - mais, aussi, d'être en carbone. Il faut noter que l'apparition du grand tamis est une création de Howard Head en 1976.

Début 80, le bois, comme déjà dit, était donc en train de vivre ses dernières années. Depuis, ce sont les fibres synthétiques et les matériaux composites (carbone, mélange de fibre de verre, graphite, kevlar, titane, etc.) qui se taillent la part du lion. Ces matériaux ont eu pour effet d'améliorer le confort de jeu mais, surtout, la puissance de frappe et la vitesse de balle.

Et, puisque l'on parle de puissance, sachez que Jo-Wilfried Tsonga est venu à Roland Garros avec une raquette Babolat Aero Pro Drive + GT aux couleurs du French. Laquelle a une structure enrichie avec la technologie GT réduisant la torsion à l'impact. Son tamis est de 645 cm2 et son poids de 300 grammes. Pour comparaison, la Borg Pro n'était pas loin de peser 400 grammes pour un tamis d'environ 440 cm2.

Si vous visionnez conjointement un match de Tsonga face à RogerFederer et un autre de Borg contre John McEnroe, vous comprendrez rapidement ce que l'évolution du matériel a apporté au tennis...

Mais, surtout, que l'on arrête d'affirmer que tel joueur - Federer par exemple - est le plus grand de l'histoire. Car nul ne sait comment Borg avec les mêmes armes que le Suisse aurait fait évoluer son jeu...

PAR PATRICK HAUMONT

Vu du troisième millénaire, cela peut paraître de l'histoire ancienne et pourtant, certaines expressions du tennis moderne démontrent que cette histoire est toujours très présente. Ainsi, quand un joueur touche une balle avec le cadre de sa raquette et non avec le cordage, on dit qu'il a fait un bois... Pourtant, les raquettes en bois - qui avaient bien résisté aux assauts de l'aluminium et du métal dans les années 70 - ont disparu au cours des années 1980. Le dernier joueur à avoir remporté Roland-Garros avec un cadre en bois est... Yannick Noah. En 1983, il a pris la mesure de Mats Wilander avec une Coq Sportif Concept 3 Oversize qui, comme son nom l'indique, avait un cadre plus grand que la " normale " et, aussi, un c£ur à trois branches. Deux ans plus tôt, Björn Borg remportait son sixième French Open avec, comme arme, une Donnay Borg Pro : la mythique raquette en bois, fabriquée du côté de Couvin. C'est d'ailleurs Borg qui sera le dernier vainqueur des Internationaux de France avec un petit tamis en bois puisque, un an plus tard, Wilander triomphera avec une Rossignol F200 dont la particularité est non seulement d'avoir un cadre plus grand - mid-size - mais, aussi, d'être en carbone. Il faut noter que l'apparition du grand tamis est une création de Howard Head en 1976. Début 80, le bois, comme déjà dit, était donc en train de vivre ses dernières années. Depuis, ce sont les fibres synthétiques et les matériaux composites (carbone, mélange de fibre de verre, graphite, kevlar, titane, etc.) qui se taillent la part du lion. Ces matériaux ont eu pour effet d'améliorer le confort de jeu mais, surtout, la puissance de frappe et la vitesse de balle. Et, puisque l'on parle de puissance, sachez que Jo-Wilfried Tsonga est venu à Roland Garros avec une raquette Babolat Aero Pro Drive + GT aux couleurs du French. Laquelle a une structure enrichie avec la technologie GT réduisant la torsion à l'impact. Son tamis est de 645 cm2 et son poids de 300 grammes. Pour comparaison, la Borg Pro n'était pas loin de peser 400 grammes pour un tamis d'environ 440 cm2. Si vous visionnez conjointement un match de Tsonga face à RogerFederer et un autre de Borg contre John McEnroe, vous comprendrez rapidement ce que l'évolution du matériel a apporté au tennis... Mais, surtout, que l'on arrête d'affirmer que tel joueur - Federer par exemple - est le plus grand de l'histoire. Car nul ne sait comment Borg avec les mêmes armes que le Suisse aurait fait évoluer son jeu... PAR PATRICK HAUMONT