Après une dernière vague de transferts que rien ne semble endiguer, on est entré dans l'ultime ligne droite de la phase classique du championnat de Belgique. Septante-et-un nouveaux joueurs ont été enrôlés lors du récent mercato, ce qui porte à 226 le nombre de transferts réalisés cette saison. La palme revient à Waasland Beveren (25 acquisitions), suivi du Beerschot (21) et du Lierse (20). Le week-end dernier, 26 de ces 71 nouveaux joueurs étaient alignés dès le coup d'envoi.
...

Après une dernière vague de transferts que rien ne semble endiguer, on est entré dans l'ultime ligne droite de la phase classique du championnat de Belgique. Septante-et-un nouveaux joueurs ont été enrôlés lors du récent mercato, ce qui porte à 226 le nombre de transferts réalisés cette saison. La palme revient à Waasland Beveren (25 acquisitions), suivi du Beerschot (21) et du Lierse (20). Le week-end dernier, 26 de ces 71 nouveaux joueurs étaient alignés dès le coup d'envoi. Au regard de ces chiffres, les discours prônant la stabilité et la continuité sont ridicules. Le fait que les clubs luttant contre la relégation se montrent les plus actifs démontre bien qu'on cherche surtout à colmater les brèches. Cinquante-et-un des septante-et-un joueurs arrivés cet hiver débarquent de l'étranger. Là aussi, difficile d'y voir une ligne de conduite car, on a encore pu s'en apercevoir l'an dernier à Westerlo, l'effet est souvent restreint. D'ailleurs, des 43 joueurs arrivés en janvier 2012, 24 ne jouent déjà plus chez nous aujourd'hui. On peut se demander quand les clubs vont enfin soigner la formation des jeunes. Zulte Waregem a un projet ambitieux en ce sens. Il y a quelques mois, Patrick Decuyper, un homme d'affaires, n'avait pas hésité à bousculer le monde du football en parlant du titre et d'une participation à la Ligue des Champions. Aujourd'hui, Decuyper est rentré dans le rang et, au Gaverbeek, on effectue un travail de base. Mais il n'est pas impossible que le club prenne bientôt part au bal des champions. Zulte Waregem forme un bloc homogène et reste solidement accroché à la deuxième place. Il a également pu conserver le jeune Junior Malanda, que l'on voyait transféré un peu partout. Mais le garçon a été tellement porté aux nues qu'il ne lui sera pas facile de garder les pieds sur terre et de rester lui-même. De tous les clubs qui ont participé au marché des transferts, seul Anderlecht a donné l'impression de travailler en fonction de l'avenir. En faisant venir Demy De Zeeuw et Samuel Armenteros, il a anticipé le mercato d'été. Il n'est pas courant qu'Anderlecht loue des joueurs, comme il l'a fait avec De Zeeuw, mais chez les champions en titre, on estime que ce n'est pas le moment de toucher aux automatismes. Dimanche, face au Standard, aucun des renforts n'était aligné au coup d'envoi. Le Standard, qui a acquis 18 joueurs cette saison, n'en a aligné que trois au coup d'envoi, dont le seul Reza est issu du mercato d'hiver. Il est de plus en plus clair que chez les Rouches, le renouveau se situe plutôt dans l'excellent travail effectué par Mircea Rednic. Dimanche, le Standard a pratiqué un football intelligent, rapide et frais qui le rendait nettement meilleur qu'Anderlecht. Les clubs aiment entamer leur préparation suffisamment tôt afin d'avoir du temps devant eux pour imbriquer les différentes pièces du puzzle mais ils doivent le faire de plus en plus souvent en plein championnat. Ce n'est pas normal. Samedi, face au Beerschot, La Gantoise alignait un tout nouvel entrejeu tandis que le Club Bruges se cherche encore. Dimanche, il a joué avec un nouveau duo de défenseurs centraux et deux médians défensifs qui n'avaient encore jamais évolué ensemble. A Bruges, on avait pourtant dit qu'après la trêve, l'équipe évoluerait comme Juan Carlos Garrido le souhaitait. Mais après une prestation lamentable contre La Gantoise, les Brugeois ont démontré à Genk qu'ils manquaient de puissance et de talent. C'est inquiétant. Au Club, on affirme pourtant qu'on envisage de prolonger le contrat de Garrido. C'est peut-être un moyen de conserver un certain degré de motivation chez les joueurs. Ce qui est clair, c'est qu'après avoir effectué l'inventaire, l'Espagnol n'a pas encore trouvé la bonne formule et l'arrivée de nouveaux joueurs retarde encore ce processus. Il faudra voir si les quatre transferts apportent une plus-value et si le Club présente un meilleur bulletin que l'été dernier. Car dimanche, à Genk, aucun des cinq joueurs acquis avant le début du championnat n'était sur le terrain. ?PAR JACQUES SYSIl n'est pas normal qu'un club doive encore travailler les automatismes en plein championnat.