Le gardien
...

Le gardienSelon toute vraisemblance, Filip De Wilde devrait récupérer la place de numéro 1 qu'il avait dû abandonner, contraint et forcé, à Zvonko Milojevic en raison de sa blessure, puis de son opération à la voûte plantaire au printemps dernier. Jusqu'alors, le routinier des Mauve et Blanc s'était illustré par un keeping sans faille, à l'exception, peut-être, d'une prestation un peu pâlotte à Old Trafford, en Ligue des Champions. Le Zelois se racheta toutefois dans la suite de cette compétition en contribuant, notamment, à la victoire des siens face au PSV, tant au Parc Astrid qu'à Eindhoven, et contre la Lazio Rome, à Bruxelles encore. La seule réserve concernant l'ancien portier des Diables Rouges, c'est sa réceptivité aux bobos, vu son âge (bientôt 37 ans). Car la saison passée déjà, Filip De Wilde avait dû s'effacer au profit du même substitut en raison d'une blessure analogue. Si le mal est récurrent, une autre période d'indisponibilité est peut-être à craindre, qui sait? Dans ce cas de figure, tout porte à croire que Zvonko Milojevic reprendra une fois encore le flambeau. Accablé de tous les péchés suite à ses approximations au Stadio Olimpico de Rome et, surtout, devant l'Excelsior Mouscron, le keeper yougoslave a fait taire les critiques, depuis lors, en réalisant quelques performances de la meilleure veine, notamment lors de l'importantissime déplacement au Club Brugeois. Malgré la réflexion malencontreuse du président anderlechtois Roger Vanden Stock, qui avait soutenu après l'une ou l'autre errances de Milo que son avenir n'était plus du tout au Sporting, les derniers matches ont indéniablement plaidé en faveur de l'ex-titulaire de l'Etoile Rouge de Belgrade qui n'a jamais caché, de son côté, qu'il aimerait rester dans notre capitale. Ce souhait-là ne fait évidemment pas l'affaire de Zeljko Pavlovic, transféré à la hâte, à l'époque où Zvonko Milojevic n'avait pas encore convaincu tout le monde de ses aptitudes, et qui se demande dans quelle pièce il joue. Pour préserver son statut en formation représentative de Croatie, l'intéressé a, bien sûr, tout intérêt à défendre ses chances chaque semaine. Comme cette perspective lui est refusée au Sporting, sa présence sur notre sol ne devrait être que de courte durée et sans doute ira-t-il chercher fortune ailleurs. Derrière Filip De Wilde et Zvonko Milojevic, le troisième homme pourrait être, tout simplement, Tristan Peersman, comme il aurait dû en aller, en toute logique, durant cette campagne déjà. Une intervention au talon d'Achille perturba cependant toute la saison de l'ancien Beverenois. Reste à voir à présent si, comme dans le cas de Filip De Wilde, il sera délivré de ses tourments dans les semaines et mois à venir. La défenseEn dépit des critiques dont ce secteur a fréquemment fait l'objet, il apparaît pourtant, avec 24 buts encaissés, comme le moins perméable de l'élite. Après avoir essayé diverses combinaisons dans l'axe central, l'arrière-garde anderlechtoise a gagné une fois pour toutes en stabilité après qu' Olivier Doll, à coup sûr le meilleur stopper de la maison, y fut couplé à Glen De Boeck. Une autre association avait porté ses fruits aussi, au demeurant : celle de l'impavide Liégeois avec Aleksandar Ilic. Diverses fois, le Yougoslave fut cependant délogé de son poste de prédilection pour pourvoir au remplacement de Didier Dheedene comme latéral gauche. Même si ce choix ne recueillait guère son adhésion, Alex y signa des matches d'excellente facture, contre le Real Madrid par exemple. Compte tenu du départ de Didier Dheedene à Munich 1860, il serait logique que l'ancien Brugeois fût confirmé dans ces fonctions. Du moins, tant qu'un back spécifique ne converge pas vers le Parc Astrid où seul l'infortuné Limbourgeois Davy Oyen présente ce profil-type. Le Sporting s'est, certes, d'ores et déjà doté d'un véritable back gauche : Melvin Fleur, de l'Ajax Amsterdam. A 18 ans, celui-ci semble encore un peu tendre, malgré tout, pour s'illustrer déjà avec bonheur au plus haut niveau. Un autre élément est, lui aussi, objet de sollicitude dans le même registre : Mark Hendrikx, que le coach du RSCA, Aimé Anthuenis, a eu sous ses ordres au Racing Genk. Mais la somme réclamée en échange de sa liberté (près de cent millions) est jugée excessive par les dirigeants anderlechtois. Dans l'attente d'une modération à ce niveau, les responsables mauves ne sont pas demeurés en reste puisque le jeune et talentueux défenseur sierra-leonais du RWDM, Ibrahim Kargbo, a été acquis en prévision des tâches futures. Dans un premier temps, il devrait cependant fourbir ses armes au même titre que Melvin Fleur. L'entrejeuLa seule certitude, dans cette charnière, c'est le remplacement du gaucher Bart Goor (en partance pour Hertha Berlin) non pas par un joueur du sérail, comme dans le cas d'Aleksandar Ilic avec Didier Dheedene, mais par une recrue étrangère dont on ne dit que du bien : l'Egyptien Tarek El Said, un flanc au souffle inépuisable et auteur de 13 buts en 15 rencontres avec son club, le Zamalek du Caire, cette saison. En position centrale, Walter Baseggio et Yves Vanderhaeghe font figure d'incontournables, eux aussi. La seule interrogation, finalement, a trait à Alin Stoica, toujours aussi sibyllin concernant son avenir. Contractuellement, le Roumain est encore lié pendant un an au Sporting et, avec lui, les Mauves disposent évidemment d'un régisseur hors-pair. Le hic, c'est que les responsables du club, le manager Michel Verschueren en tête, veulent à tout prix se garder de vivre la même mésaventure qu'avec Didier Dheedene cette saison. On rappellera que l'Anversois, en fin de bail le mois prochain, avait pu négocier à sa guise son avenir et profiter pleinement des retombées de l'arrêt-Bosman. Cette liberté aura coûté des millions au Sporting, entendu qu'aucune indemnité de transfert n'avait pu être réclamée pour ce joueur. Comme il est de notoriété publique qu'Alin Stoica est promis à un avenir radieux dans le monde du football, les dirigeants anderlechtois souhaitent évidemment monnayer son talent. Dès lors, le maître à jouer des Mauves a le choix : ou bien il rempile pour un an au moins, ou bien il sera placé sur la liste des transferts et un autre meneur de jeu lui succédera. A cet égard, on signalera que le Sporting tient toujours un certain Lukas Zelenka en réserve de la république. Il serait évidemment dommage, pour le club bruxellois, de devoir composer sans le génie d'Alin Stoica, dont les coups de patte auront été autant de ravissements pour l'oeil aussi bien en Ligue des Champions que dans le cadre de notre compétition nationale. Mais il faut comprendre les motivations du club également, qui ne tient pas à se retrouver les mains vides dans ces conditions. Si le bon sens ne l'emporte pas, sous la forme d'une hausse salariale en échange de la précieuse signature du joueur, Alin Stoica sera sans doute appelé à émigrer sous d'autres cieux, au grand dam de ses fervents partisans. Pour autant, son cas ne devrait pas susciter, au Parc Astrid, le même crève-coeur que celui posé par le départ de Pär Zetterberg. Car le Suédois, footballeur-modèle à tous points de vue, faisait bel et bien l'unanimité autour de son nom et de ses prestations, alors que le Roumain, lui, divise toujours son monde. Certains n'apprécient guère, en tout cas, sa tendance à jouer à la carte et à ressentir l'une ou l'autre gêne qui l'empêche constamment de s'entraîner en début de semaine mais qui s'efface toujours, comme par miracle, à l'approche du match suivant. Ce lymphatisme-là n'est évidemment pas de nature à enhardir un joueur qui, en tout et pour tout, n'aura livré qu'une demi-douzaine de matches dans leur intégralité cette saison. C'est assez significatif, même si l'équité commande de dire que le Roumain fut souvent décisif dans ces circonstances. L'attaqueC'est dans cette ligne qu'Anderlecht subira sans nul doute le plus de modifications d'une saison à l'autre puisque deux des trois forwards attitrés sont sur le départ : Souleymane Youla, qui est annoncé au Borussia Mönchengladbach, et Jan Koller, courtisé à la fois par Fulham et Dortmund. Pour le premier, réduit au rôle de réserviste plus souvent qu'à son tour, le Sporting a trouvé un remplaçant en la figure de l'attaquant nigérian du Racing Harelbeke, Ode Thompson, qui avait fait grosse impression au Parc Astrid à l'occasion du premier tour. Dans la foulée, le RSCA vient d'acquérir un deuxième avant, autrement plus percutant encore : Ahmed Hossam, véritable révélation de la saison avec La Gantoise et primé d'ailleurs en tant que tel par la firme Panini. La deuxième recrue égyptienne des Mauves pourrait fort bien remplacer Tomasz Radzinski sur le terrain et dans les coeurs. Car le feu-follet canadien ne fait pas mystère qu'il souhaite quitter le stade Constant Vanden Stock lui aussi, à l'image de ses potes Didier Dheedene et Jan Koller. Samedi passé, Tommy n'a guère apprécié, une fois de plus, d'avoir été rappelé avant terme aux vestiaires par son entraîneur. C'est manu militari que celui-ci dut d'ailleurs le pousser à effectuer un tour d'honneur, alors qu'il n'avait pas daigné participer au début des festivités lors du coup de sifflet final du match. Même si Tomasz Radzinski s'est rattrapé par la suite, sa cohabitation avec Aimé Anthuenis paraît bel et bien compromise. Dans ce cas, un départ est à envisager. Une chose est sûre : ni Ode Thompson ni Ahmed Hossam ne présentent les mêmes caractéristiques de bélier que Jan Koller. Aussi, pour le supplanter, Anderlecht écrème-t-il toujours le marché. Celui qui tient la corde, actuellement, est le centre-avant de l'Iraklis Salonique, Mihalis Konstantinou. Mais son acquisition n'est pas donnée puisqu'il en coûtera, au bas mot, quelque 200 millions au Sporting pour se procurer ses services. Un montant qui s'ajoute aux 150 dépensés déjà par les Mauves pour l'achat d'Ahmed Hossam et aux 50 déboursés dans le cadre du transfert de Tarek El Said. A ce train-là, les millions récoltés pour Jan Koller auront rapidement été dépensés. En bien? Bruno Govers