L' Équipe type 4-4-2

Gardien

Heusden-Zolder a employé trois portiers : Michel Vercruysse a souffert de la pression et n'a pas atteint le niveau requis, Logan Bailly a pris sa place mais s'est blessé contre Lokeren et Gert Doumen est devenu le dernier rempart. C'est Bailly qui a été le plus impressionnant. Il retourne à Genk.

Défense

Blessures et suspensions ont ôté toute constante dans ce secteur. Aerts, Vanbeuren, Delbroek, Matoukou, Teelen, Souza Guedes, Leenders,... En plus, Heusden-Zolder a dû laisser Matoukou, son meilleur homme en défense, à Genk. Atsou, nouveau venu, n'a pas convaincu, Camara oui.

Entrejeu

De Condé est la plaque tournante incontestée de l'entrejeu, que celui-ci évolue à cinq, à trois, à quatre en ligne ou en losange. En plus, il marque. L'entraîneur Balette a dû faire appel à Haeldermans, Barka, Origi, Janssens, Euvrard, Yildiz, Suzuki pour le reste.

Attaque

Igor De Camargo, qui est travailleur, a progressé et est devenu le meilleur buteur de l'équipe, il devance nettement Takayuki Suzuki, Kurt Morhaye, parti rapidement, et Souleymane Oulare, arrivé plus tard.

LES Statistiques

7e journée

Heusden-Zolder s'incline 2-4 face à Anderlecht, mais marque ses premiers buts en D1.

10e journée

Heusden-Zolder s'impose 4-2 face au Club Brugeois. C'est son plus beau succès de la saison.

34e journée

Heusden-Zolder est condamné à la relégation.

LE TOP Dimitri de Condé

A obtenu ce qu'il espérait depuis des années : un rôle central dans une équipe dépourvue d'ennuis financiers. Il a marqué des buts et délivré des assists. Plaque tournante de l'équipe, il a su imprimer de la vitesse à son jeu. La saison prochaine, il devra refaire la preuve de ces bonnes dispositions à Genk.

LE flOP Anders Nielsen

Après neuf minutes de championnat, il s'est déchiré les ligaments de la cheville contre le Cercle, ce qui lui a pratiquement coûté toute la saison. Il devait combler la lacune de Heusden-Zolder au milieu gauche mais n'a fait quelques réapparitions brèves qu'en fin de championnat.

L'analyse Igor De Camargo

La relégation était-elle évitable ?

Quand on repasse les images, on relève des fautes individuelles évitables. Nous avons manqué de chance à la finition, dans l'entrejeu et en défense et nous avons eu recours à trois gardiens. Il y avait toujours quelque chose. Je retiens surtout la qualité de notre football, cependant. Nous avons souvent mérité mieux.

Pourquoi avez-vous marqué trop peu de buts ?

Nous avons surtout marqué trop peu en début de championnat et parfois, nous n'avons pas entamé le match à 100 %. Du coup, nous avons été rapidement menés à la marque et nous avons dû courir après l'égalisation.

Trouver l'équilibre entre attaque et défense a peut-être posé problème aussi ?

Nous avons oscillé entre trop et trop peu mais à domicile, il fallait miser sur les trois points et défendre plus en déplacement. En début d'exercice, j'étais seul devant. Pendant la trêve, Oulare m'a rejoint et tout a été plus facile : je n'ai plus été l'objet unique de l'attention et nous nous sommes partagé le travail. Oulare sait conserver un ballon et combiner. Avec deux avants et de Condé en soutien, je n'ai plus été poursuivi par deux défenseurs.

Heusden-Zolder descend mais vous restez en D1, à Genk.

J'estime avoir progressé. La saison précédente, j'ai fait banquette à Genk. Maintenant, je connais la Division Un belge. Je vais donc me battre pour une place de titulaire.

Le coach Peter Balette

Pour sa première saison comme entraîneur de D1, Peter Balette a fait preuve d'une motivation telle qu'il a souffert d'insomnie. Comme il l'avait annoncé, il s'est montré souple tactiquement. Un, deux ou trois attaquants, trois, quatre ou cinq médians : la composition de l'équipe a fréquemment changé, en fonction des blessures et suspensions comme de l'adversaire. Il a toujours tenté de développer un football offensif, basé sur des combinaisons. Son style de jeu lui a valu des louanges, parfois des froncements de sourcils, quand il alignait trop d'éléments offensifs. Jamais il n'a été remis en cause par la direction. Il n'a pas toujours été en mesure de contrôler ses émotions pendant les matches mais a prouvé sa compétence et a donné une analyse réaliste de la situation.

les tendances

Spectateurs : mauvais

5.000 personnes en moyenne ont assisté aux matches de Heusden-Zolder, et encore le club a eu recours à plusieurs actions de promotion.

Ambiance : moyen

Heusden-Zolder compte surtout sur le président, StinHusson et Genk. L'équipe cherche toujours un stade pour la saison prochaine.

Spectacle : très bon

Compte tenu de son classement, Heusden-Zolder a parfois développé un football brillant.

Finances : moyen

Le club a bouclé son budget de 2,5 millions mais pour rester sain, il dépend beaucoup trop de Genk.

Adaptation : moyen

Oulare a apporté trop peu, comme on le craignait, mais son transfert était dénué de risque financier. Le transfert de Wamfor et de Soley a échoué in extremis, Atsou a déçu, Camara a plu. La volée de joueurs issus de Genk n'a pas suffi à maintenir Heusden-Zolder parmi l'élite.

GardienHeusden-Zolder a employé trois portiers : Michel Vercruysse a souffert de la pression et n'a pas atteint le niveau requis, Logan Bailly a pris sa place mais s'est blessé contre Lokeren et Gert Doumen est devenu le dernier rempart. C'est Bailly qui a été le plus impressionnant. Il retourne à Genk. DéfenseBlessures et suspensions ont ôté toute constante dans ce secteur. Aerts, Vanbeuren, Delbroek, Matoukou, Teelen, Souza Guedes, Leenders,... En plus, Heusden-Zolder a dû laisser Matoukou, son meilleur homme en défense, à Genk. Atsou, nouveau venu, n'a pas convaincu, Camara oui. EntrejeuDe Condé est la plaque tournante incontestée de l'entrejeu, que celui-ci évolue à cinq, à trois, à quatre en ligne ou en losange. En plus, il marque. L'entraîneur Balette a dû faire appel à Haeldermans, Barka, Origi, Janssens, Euvrard, Yildiz, Suzuki pour le reste. AttaqueIgor De Camargo, qui est travailleur, a progressé et est devenu le meilleur buteur de l'équipe, il devance nettement Takayuki Suzuki, Kurt Morhaye, parti rapidement, et Souleymane Oulare, arrivé plus tard. 7e journéeHeusden-Zolder s'incline 2-4 face à Anderlecht, mais marque ses premiers buts en D1. 10e journéeHeusden-Zolder s'impose 4-2 face au Club Brugeois. C'est son plus beau succès de la saison. 34e journéeHeusden-Zolder est condamné à la relégation.A obtenu ce qu'il espérait depuis des années : un rôle central dans une équipe dépourvue d'ennuis financiers. Il a marqué des buts et délivré des assists. Plaque tournante de l'équipe, il a su imprimer de la vitesse à son jeu. La saison prochaine, il devra refaire la preuve de ces bonnes dispositions à Genk.Après neuf minutes de championnat, il s'est déchiré les ligaments de la cheville contre le Cercle, ce qui lui a pratiquement coûté toute la saison. Il devait combler la lacune de Heusden-Zolder au milieu gauche mais n'a fait quelques réapparitions brèves qu'en fin de championnat.La relégation était-elle évitable ? Quand on repasse les images, on relève des fautes individuelles évitables. Nous avons manqué de chance à la finition, dans l'entrejeu et en défense et nous avons eu recours à trois gardiens. Il y avait toujours quelque chose. Je retiens surtout la qualité de notre football, cependant. Nous avons souvent mérité mieux. Pourquoi avez-vous marqué trop peu de buts ? Nous avons surtout marqué trop peu en début de championnat et parfois, nous n'avons pas entamé le match à 100 %. Du coup, nous avons été rapidement menés à la marque et nous avons dû courir après l'égalisation. Trouver l'équilibre entre attaque et défense a peut-être posé problème aussi ? Nous avons oscillé entre trop et trop peu mais à domicile, il fallait miser sur les trois points et défendre plus en déplacement. En début d'exercice, j'étais seul devant. Pendant la trêve, Oulare m'a rejoint et tout a été plus facile : je n'ai plus été l'objet unique de l'attention et nous nous sommes partagé le travail. Oulare sait conserver un ballon et combiner. Avec deux avants et de Condé en soutien, je n'ai plus été poursuivi par deux défenseurs. Heusden-Zolder descend mais vous restez en D1, à Genk. J'estime avoir progressé. La saison précédente, j'ai fait banquette à Genk. Maintenant, je connais la Division Un belge. Je vais donc me battre pour une place de titulaire.Pour sa première saison comme entraîneur de D1, Peter Balette a fait preuve d'une motivation telle qu'il a souffert d'insomnie. Comme il l'avait annoncé, il s'est montré souple tactiquement. Un, deux ou trois attaquants, trois, quatre ou cinq médians : la composition de l'équipe a fréquemment changé, en fonction des blessures et suspensions comme de l'adversaire. Il a toujours tenté de développer un football offensif, basé sur des combinaisons. Son style de jeu lui a valu des louanges, parfois des froncements de sourcils, quand il alignait trop d'éléments offensifs. Jamais il n'a été remis en cause par la direction. Il n'a pas toujours été en mesure de contrôler ses émotions pendant les matches mais a prouvé sa compétence et a donné une analyse réaliste de la situation. Spectateurs : mauvais 5.000 personnes en moyenne ont assisté aux matches de Heusden-Zolder, et encore le club a eu recours à plusieurs actions de promotion. Ambiance : moyen Heusden-Zolder compte surtout sur le président, StinHusson et Genk. L'équipe cherche toujours un stade pour la saison prochaine. Spectacle : très bon Compte tenu de son classement, Heusden-Zolder a parfois développé un football brillant. Finances : moyen Le club a bouclé son budget de 2,5 millions mais pour rester sain, il dépend beaucoup trop de Genk. Adaptation : moyen Oulare a apporté trop peu, comme on le craignait, mais son transfert était dénué de risque financier. Le transfert de Wamfor et de Soley a échoué in extremis, Atsou a déçu, Camara a plu. La volée de joueurs issus de Genk n'a pas suffi à maintenir Heusden-Zolder parmi l'élite.