Au départ de la saison, on n'attendait pas vraiment ce titre, car si les transferts avaient été nombreux, ils n'avaient pas été très spectaculaires. Toute la légion néerlandaise avait déserté le Nou Camp, sauf l'entraîneur FrankRijkaard qui avait été critiqué en fin de saison dernière, et l'arrivée de joueurs comme JulianoBelletti, LudovicGiuly, GiovannivanBronckhorst, HenrikLarsson ou même Deco n'était, à priori, pas de nature à faire douter les...

Au départ de la saison, on n'attendait pas vraiment ce titre, car si les transferts avaient été nombreux, ils n'avaient pas été très spectaculaires. Toute la légion néerlandaise avait déserté le Nou Camp, sauf l'entraîneur FrankRijkaard qui avait été critiqué en fin de saison dernière, et l'arrivée de joueurs comme JulianoBelletti, LudovicGiuly, GiovannivanBronckhorst, HenrikLarsson ou même Deco n'était, à priori, pas de nature à faire douter les autres ténors de la Liga. D'autant qu' Edmilson, arrivé de Lyon, se blessa gravement en tout début de saison. Mais la sauce a rapidement pris, et le FC Barcelone développa d'emblée un football très attractif, et de surcroît très efficace, puisqu'il creusa un écart important avec les autres candidats au titre. Ironie du sort : c'est l'attaquant camerounais SamuëlEto'o, cédé par le... Real Madrid où il n'avait pas sa place, qui se révéla comme le principal détonateur de l'envolée catalane. Et puis, il y a toujours le génial Ronaldinho, qui dispute sa deuxième saison chez les Blaugranas. Parfois déplacé sur le flanc gauche, en raison de l'arrivée de Deco en position de régisseur, il réalisa un premier tour mi-figue mi-raisin, mais ses coups de patte ont malgré tout fait la différence à plus d'une reprise et ses prouesses techniques ont continué à régaler le public. " On le voit peut-être moins que la saison passée, mais c'est parce qu'à l'époque il était seul alors qu'aujourd'hui il est épaulé par d'autres grands joueurs comme Eto'o, Deco ou Xavi ", estime le journaliste FerranCorreas, de El 9Desportiu. " Il a su se montrer assez humble pour se mettre au service de l'équipe ", renchérit l'entraîneur Jorged'Alessandro, consultant de la revue DonBalon. " Il est meilleur que jamais : l'an passé, c'était un acrobate ; cette année, c'est simplement un joueur extraordinaire ". (D. Devos) BARCELONE aura, pour la première fois, un sponsor maillot. Le président JoanLaporta s'est rendu en Chine afin de conclure un accord avec le gouvernement chinois. Le Barça fera, notamment, de la publicité pour les Jeux Olympiques de Pékin en 2008. Cet accord rapportera 20 millions d'euros par an : cela valait bien une petite entorse à la tradition. RèGLEMENT : En Espagne, en cas d'égalité de points, c'est le double affrontement entre les clubs ex-aequo qui est pris en considération. Comme le FC Barcelone avait battu le Real Madrid 3-0 au Nou Camp, mais perdu 4-2 au stade Santiago Bernabeu, il a l'avantage. COUPEDUROI : la finale opposera le Betis Séville (qui a éliminé Bilbao aux tirs au but après deux 0-0) et Osasuna (qui a éliminé l'Atletico Madrid 1-0 et 0-0). BUTEURS 1. Eto'o (Barcelone) 24 buts ; 2 Oliveira (Betis) 21 ; 3 Ronaldo (Real), Forlan (Villarreal) 20 ; 5 Baptista (Sévilla) 18 ; 6. Torres (At. Madrid) 16. D.Devos