L' équipe type 4-4-2 Gardien

Les capacités athlétiques de Barry BoubacarCopa avaient fait impression il y a un an. Cette fois, des blessures ont contrarié sa saison. L'homme du second tour est MarcVolders. Le jeune espoir Davino Verhulst a passé sa saison dans l'ombre, n'étant pas encore prêt pour l'élite.
...

Les capacités athlétiques de Barry BoubacarCopa avaient fait impression il y a un an. Cette fois, des blessures ont contrarié sa saison. L'homme du second tour est MarcVolders. Le jeune espoir Davino Verhulst a passé sa saison dans l'ombre, n'étant pas encore prêt pour l'élite. Les artistes s'expriment mieux ballon au pied. Dans ce registre, Beveren n'a pas son pareil mais au fil de la saison, ses adversaires l'ont pressé haut, sans lui laisser d'espaces, en procédant par de longs ballons, enrayant la mécanique et posant des problèmes à la récupération. Le tendon d'Achille de l'équipe. Elle a été remaniée l'été dernier et ça s'est remarqué. Beveren est faible sur les centres et les phases arrêtées, surtout sans Emmanuel Eboué (Arsenal). Le manque de gabarits et la faiblesse dans les duels sont d'autres points faibles. En faisant reculer les médians KanteBadjan et MohammedDiallo, Beveren a induit des problèmes tactiques. Constant Kaiper, blessé, a raté sa saison mais Moussa Sanogo a repris son rôle à l'avant-centre et marqué régulièrement, comme N'dri KoffiRomaric. Les autres n'ont pas trouvé le chemin des filets. La plupart des buts sont venus d'une action individuelle ou d'un long ballon. Il accusait une surcharge pondérale en début de saison mais il est le plus talentueux. En forme, il fait partie du top cinq en Belgique, à condition de le vouloir. Il a été le meilleur défenseur, médian et avant. Il a un bel avenir et un superbe pied gauche. Tout comme Traoré Secreto, il a déçu comme successeur d'Emmanuel Eboué. Trop fougueux, il n'a jamais su se contrôler et jouer un rôle exemplaire. Au cours de la saison, il a perdu le brassard de capitaine. 10e journée Après sa raclée contre le VfB Stuttgart, Beveren doit se ressaisir. Le Cercle en fait les frais : 5-1. 17e journée Moussa Sanogo marque le but de la victoire contre le G. Beerschot. Emmanuel Eboué peut partir. Beveren est 11e. 33e journée Il assure son maintien très tard. Depuis le Nouvel An, il n'a pris que dix points. Le bilan n'est guère positif. Nous avons disputé le premier tour UEFA et c'était chouette en soi mais nous avons encaissé de lourdes défaites. Nous n'avons jamais été en mesure d'atteindre l'objectif fixé, soit une place parmi les cinq premiers en championnat. Je ne pense pas que nous avions le matériel requis, même si Eboué était resté toute la saison et si Marco Né, Diabis et Constant Kaiper avaient été épargnés par les blessures. Nous avons assez de qualités pour faire mieux mais nous avons commis trop d'erreurs : manque d'agressivité dans la couverture, nonchalance... On pensait trop souvent qu'un autre allait régler le problème. Nous avons affiché des déficits que n'ont pas des joueurs de Promotion. Pas du tout. Tout était clair, on n'a cessé de répéter qu'il fallait rester près de son adversaire direct mais quand un joueur n'a pas encore ce réflexe après 50 problèmes, un entraîneur a de quoi désespérer. Au début, on nous a laissé jouer mais ensuite, les autres équipes ont usé de longs ballons et nous ont posé problème. Nous n'avons pas assez de leaders. Il n'y en a pas trois comme N'dri Romaric en Belgique mais malheureusement, il n'a pas toujours atteint le niveau requis. Il nous faut des joueurs expérimentés, un leader. De bons défenseurs centraux. Il faut aussi évoluer vers un mélange de Flamands et d'Ivoiriens. Individuellement, ceux-ci sont de bons footballeurs mais ils n'ont pas ce qu'apporte un Kristof Lardenoit : ce fanatisme, qui n'est pas nécessairement beau mais qui est efficace. Il faut mettre le pied, parfois faire mal. Beveren et Herman Helleputte mettent fin à une collaboration de trois ans, pendant lesquels le coach a sans problème amené à mi-classement une équipe qui changeait souvent de visage, sans oublier la finale de la Coupe l'année dernière. Cette saison, Helleputte a qualifié Beveren pour les matches de poule en UEFA mais n'a plus su remettre son équipe sur les bons rails au second tour. Le directeur général et responsable sportif, Jean-MarcGuillou, veut que les joueurs évoluent, même si la qualité a baissé. Un jeune Français va essayer de faire mieux que Helleputte. Les qualités de celui-ci : calme, aptitude à gérer la mentalité africaine, souplesse. Mais peut-être n'a-t-il pas été assez dur. SPECTATEURS (MOYEN)L'euphorie européenne a induit une légère augmentation ; en revanche, les mauvais résultats de 2005 ont eu l'effet contraire. AMBIANCE (MAUVAIS)Qui sera le nouvel entraîneur ? A l'étage au-dessus, Jean-Marc Guillou et le vice-président Georges De Colfmaeker s'entendent comme chien et chat. Le Français a d'ailleurs mis son veto à la nomination de celui-ci à la présidence. SPECTACLE (MOYEN) Il n'y a eu de véritable spectacle et d'émotion que dans les matches de qualification pour l'Europe. Sinon, Beveren a soufflé le chaud et le froid. FINANCES (BON) Les matches européens ont engendré des bénéfices. La masse salariale restant basse, le club est plus sain. Il attend le feu vert de la Ville pour rénover le Freethiel. INTéGRATION (MAUVAIS) Les nouveaux Ivoiriens avaient théoriquement plus d'expérience mais ils n'ont pas les qualités de leurs prédécesseurs. Marc Volders a agréablement surpris, Traoure Secreto a déçu. Diabis Diawara promettait en défense mais s'est fracturé la jambe. Alexandre Tokpa a peiné physiquement.