La remarque, un peu cynique, a déjà été entendue plusieurs fois depuis le dénouement du championnat. Surtout du côté de Bruxelles. Le Standard est qualifié directement pour les poules de la Ligue des Champions grâce au coefficient de la Belgique qui a surtout été alimenté par Anderlecht au cours des dernières années. Pierre François, le directeur général des Rouches, réagit au quart de tour : " Des scrupules ? Et pourquoi donc ? En faisant une superbe campagne en Coupe de l'UEFA la saison dernière, nous avons aussi participé à l'amélioration du coefficient belge. Il faudrait alors que d'autres clubs s'en souviennent dans quelques années. "
...

La remarque, un peu cynique, a déjà été entendue plusieurs fois depuis le dénouement du championnat. Surtout du côté de Bruxelles. Le Standard est qualifié directement pour les poules de la Ligue des Champions grâce au coefficient de la Belgique qui a surtout été alimenté par Anderlecht au cours des dernières années. Pierre François, le directeur général des Rouches, réagit au quart de tour : " Des scrupules ? Et pourquoi donc ? En faisant une superbe campagne en Coupe de l'UEFA la saison dernière, nous avons aussi participé à l'amélioration du coefficient belge. Il faudrait alors que d'autres clubs s'en souviennent dans quelques années. " Cette qualification directe, on a dit et répété que c'était le jackpot. Le point sur tous les chiffres liégeois de la Ligue des Champions 2009-2010. Les 32 qualifiés pour la phase de groupes touchent une prime de départ de 7,2 millions d'euros. L'UEFA y ajoute un montant calculé en fonction de l'importance du pays concerné sur l'échiquier européen des droits TV. Pour la Belgique, c'est environ 3,5 millions. Si Anderlecht se qualifie pour les poules, le Standard et le Sporting se partageront cette enveloppe : 1,75 million pour chacun. Si le Standard est le seul participant belge, il raflera les 3,5 millions. Autre rentrée assurée : les recettes au stade. Pierre François compte entre 800.000 et 1 million d'euros par match (après déduction des frais comme le nettoyage du stade, le montage de chapiteaux, etc.), à multiplier par 3 : entre 2,4 et 3 millions. Dans le moins bon scénario (Anderlecht qualifié et 800.000 euros de recette par rencontre), le Standard est assuré de 11,35 millions. Dans le meilleur cas (Standard seul participant belge et 1 million par match), on arrive à 13,7 millions. L'UEFA offre les mêmes primes de résultat à tous les clubs participants : 400.000 euros pour un nul, 800.000 euros pour une victoire. Rentrée supplémentaire pour le Standard : entre 0 et 4,8 millions (dans le cas où il remporterait ses 6 matches de poule). Une qualification pour les huitièmes de finale rapporte 3 millions supplémentaires. Des montants qui devront être approuvés par le Comité exécutif de l'UEFA au moment du tirage au sort de la phase de groupes (fin août à Monaco) et qui pourraient être légèrement indexés. Les Rouches ont été gâtés en fin de saison passée : certains joueurs ont touché jusqu'à 100.000 euros pour le titre. Steven Defour, Igor de Camargo et Benjamin Nicaise ont négocié la prime globale (environ 2,5 millions) avec la direction. " Dans ces discussions, ils nous ont surpris par leur maturité ", avoue Pierre François. " Le groupe actuel gère mieux cela que d'autres joueurs beaucoup plus expérimentés qui sont passés par le Standard au cours des dernières années. Nous sommes aussi étonnés par la manière dont ils ont décidé de répartir la prime globale : ils n'ont oublié personne, ils ont même pensé à des gens de l'encadrement de l'équipe. " Les primes de Ligue des Champions n'ont pas encore été négociées. Pierre François : " Il est possible qu'il n'y ait pas de primes de victoires mais seulement une éventuelle prime de qualification pour les huitièmes de finale. "Les frais de déplacement et d'hôtels sont à charge des clubs participants. " Si nous tirons une équipe russe par exemple, ça engendre directement de gros frais ", dit Pierre François. Une délégation du Standard en coupe d'Europe représente une quarantaine de personnes (joueurs, staff sportif, équipe médicale). Il faut y ajouter quelques invités et on arrive généralement à une soixantaine de personnes dont il faut financer le déplacement et le logement. Autres frais à déduire : les taxes à verser à l'UEFA et à l'Union belge, le nettoyage du stade, le personnel temporaire qu'il faut engager à la billetterie, etc. Le directeur général estime l'addition de toutes ces dépenses entre 3 et 4 millions. Les trois sponsors qui figuraient sur le maillot de la saison dernière sont arrivés en fin de contrat : Base, Voo et Eurofinances. Ceux de la campagne 2009-2010 seront dévoilés ce mercredi soir. Y a-t-il l'une ou l'autre prolongation ? En tout cas, le sponsoring maillot des Rouches se négocie à un plus haut prix que l'année dernière (2,5 millions pour l'ensemble des sponsors sur la vareuse ?), vu les deux titres successifs. L'augmentation tourne autour de 25 % ! En Ligue des Champions, un seul sponsor maillot est autorisé. Tous les autres parraineurs du club doivent disparaître : sur les équipements, mais aussi partout dans le stade (tribunes, couloirs, etc). Il est possible que le Standard opte pour un sponsor qui ne s'afficherait sur ses maillots que pour les matches de Ligue des Champions. Réponse ce mercredi. Que ce soit un sponsor différent ou celui qui apparaît en championnat, c'est une recette supplémentaire pour le club. " Nos matches européens seront vraisemblablement diffusés sur RTL TVI, et pas sur Club RTL ", annonce Pierre François. " Pour nous, la différence est importante en termes de visibilité et c'est un argument en plus pour convaincre un gros sponsor. " Sans tenir compte des profits exceptionnels (vente de Marouane Fellaini à Everton pour 20 millions et de Dante Bonfim à Mönchengladbach pour 2,5 millions), le Standard a gagné 1,5 million (en exploitation courante) la saison dernière. Alors que la direction avait misé sur une perte d'environ 3,5 millions -la norme saison après saison. Par rapport aux prévisions, cela fait donc une différence énorme de 5 millions ! " Elle s'explique surtout par notre parcours européen, qui a généré d'importants droit TV ", dit Pierre François. " Au niveau télévisé, c'était difficile de faire mieux puisque nous avons touché les marchés anglais (Liverpool et Everton), italien (Sampdoria), espagnol (FC Séville) et portugais (Braga). Cela a représenté 1,9 million au total. Rien que l'expérience contre Liverpool a rapporté 1,5 million : de gros droits télévisés, un stade sold-out... et pas de prime de qualification à payer aux joueurs. La recette du test-match retour contre Anderlecht a aussi joué son rôle dans ce bon résultat : 800.000 euros. "Le budget (dépenses) la saison dernière était légèrement supérieur à 20 millions. En 2009-2010, il tournera autour des 25 millions. Sans faire de folies. Pierre François : " Nous essayons toujours que la masse salariale du noyau pro, du staff sportif et de l'équipe médicale n'atteigne pas 50 % du total des dépenses. Nous sommes entre 40 et 45 %. "Les recettes sont représentées par 4 postes : -La billetterie (40 %) : la saison dernière, 4 matches seulement n'étaient pas sold-out. -Le business (25 %) : sponsoring, location de sièges business, activités diverses comme le Rond Central (meetings pour hommes d'affaires essentiellement). -Les droits TV (25 %). -Le merchandising (environ 10 %). Si le Standard ouvre demain ses guichets pour les matches de Ligue des Champions, toutes les places seront sans doute déjà parties après-demain ! Mais les fans devront attendre le tirage des poules, prévu fin août. " Parce que c'est mieux d'attendre pour proposer des prix en rapport avec le niveau des adversaires ", explique Pierre François. " Tirer Barcelone, l'Inter Milan et la Juventus, ce n'est quand même pas la même chose que Séville, Donetsk et le Besiktas. Nous ne voulons certainement pas plumer nos supporters. Pour le test-match contre Anderlecht, nous aurions pu augmenter nos prix de façon spectaculaire et notre stade aurait quand même été comble, mais nous ne l'avons pas fait. "Une chose est déjà sûre : les abonnés pour les matches de championnat auront une priorité pour la Ligue des Champions. Le prix des abonnements pour les trois matches de poule devrait osciller entre 200 et 280 euros. Sclessin peut accueillir près de 27.000 personnes. Pierre François sourit en se souvenant du nombre d'abonnés lorsqu'il est devenu directeur général du club, en 2003 : 8.500. La saison dernière, il y en avait 21.500. Pour le cru 2009-2010 du championnat, on en comptera près de 22.000. Un nombre plafonné " parce que notre stade ne peut pas devenir un cercle fermé ". Le prix par match reste inchangé par rapport à l'année dernière. Un abonnement pour la saison régulière (15 matches) oscille entre 125 et 335 euros. Pour la phase des playoffs (5 matches), entre 40 et 115 euros. Le Standard peut atterrir dans un groupe de la mort (voir encadré). Interrogé sur son tirage idéal, Pierre François avance deux options : " Manchester United, le Real Madrid de Kaká et Cristiano Ronaldo, et Marseille. Ce tirage-là, c'est pour le prestige. Si je dois choisir un groupe qui nous donnerait plus de chances d'accéder aux huitièmes de finale, je dirais Séville, le Sporting Lisbonne et le Panathinaikos. " " Aucun ", clame Pierre François. Mais Robert Louis-Dreyfus met quand même des billes dans les deux clubs et ils vont disputer la même compétition européenne ? Incompatible selon les règlements de l'UEFA ! Le directeur général lâche : " L'UEFA s'est déjà intéressée aux cas du Standard et de l'OM il y a un an. Car nous aurions pu nous retrouver ensemble en Ligue des Champions. A deux minutes près à Anfield Road, c'était le cas... La Fédération européenne a mené son enquête et conclu que tout était en ordre. Les deux clubs ont des gestions tout à fait distinctes. Robert Louis-Dreyfus possède du capital de la holding qui détient le Standard et met de l'argent à l'OM mais ce n'est pas pour ça qu'il gère le club. Pour l'UEFA, le fait de simplement injecter de l'argent dans deux clubs qui disputent la même compétition n'est pas un problème. Et notre président, Reto Stiffler, a abandonné depuis longtemps sa fonction de président du conseil de surveillance de l'OM. " par pierre danvoye