Voilà. Comme à l'habitude, je suis seul juge, vous ne bronchez pas si mes solutions (parfois doubles, voire davantage) ne sont pas les vôtres. J'accorde ma considération à tous ceux qui auront trouvé au minimum 80 des 100 mots/mystère. Vous déchaînez mon admiration si vous avez titillé les 90 %... vu que moi-même, en essayant de retrouver MES mots à la parution du magazine, j'ai calé 8 fois ! Vous restez convenables si vous avez atteint les 70 % et, sous 60 %, je me pose des questions sur vos motivations réelles. Moins que 5 0 %, non seulement vous êtes pétés comme à l'école, mais en sus vous n'appartenez pas au monde des footeux : stoppez dès à présent d'acheter Sport/ Foot Magazine, c'est à se demander pourquoi vous le...

Voilà. Comme à l'habitude, je suis seul juge, vous ne bronchez pas si mes solutions (parfois doubles, voire davantage) ne sont pas les vôtres. J'accorde ma considération à tous ceux qui auront trouvé au minimum 80 des 100 mots/mystère. Vous déchaînez mon admiration si vous avez titillé les 90 %... vu que moi-même, en essayant de retrouver MES mots à la parution du magazine, j'ai calé 8 fois ! Vous restez convenables si vous avez atteint les 70 % et, sous 60 %, je me pose des questions sur vos motivations réelles. Moins que 5 0 %, non seulement vous êtes pétés comme à l'école, mais en sus vous n'appartenez pas au monde des footeux : stoppez dès à présent d'acheter Sport/ Foot Magazine, c'est à se demander pourquoi vous le lisez... La SAISON 2007-2008, lourde de CONSEQUENCES, avait débouché sur ce que Roger, le PRESIDENT, espérait n'être qu'un an de PURGATOIRE en 2e division. Mais aujourd'hui, MARQUEZ pas de chance !, le destin semblait repasser les PLATS : malgré son ETIQUETTE de favori à l'ENTAME de 2008-2009, ce n'était pas demain la VEILLE que le club, attendu au TOURNANT, serait enfin sur de bons RAILS et redorerait son BLASON. Car l'infirmerie ne DESEMPLISSAIT pas. Dimanche, au terme d'une prestation en demi-TEINTE, c'était Nicolas qui l'avait rejointe, VICTIME d'un épanchement de SYNOVIE après une DEFAITE à plate COUTURE qui allait empêcher de PASSER l'hiver au CHAUD. Surtout que le noyau était ETRIQUE : suite à la TOURNURE des événements, des problèmes de TRESORERIE (LIQUIDITES) avaient contraint le comité à DEGRAISSER l'effectif. Sec, ce 6-0 ! Et cette SECHERESSE du score était imputable à Ariel le COACH, ADEPTE d'une défense à PLAT tentant de défendre HAUT, alors que les deux centraux, Marcin et Nemanja, n'avaient pas la CARRURE internationale. C'étaient deux rentre-DEDANS, deux vrais BOURRINS (BOUCHERS), davantage TAILLES pour le bon vieux CATENACCIO d' HELENIOHerrera que pour jouer la ZONE. Dès le premier match, Marcin avait laissé ses équipiers REDUITS à DIX. Pris de VITESSE par l'attaquant de POINTE adverse lors d'un APPEL dans son DOS, il avait COMMIS un penalty FLAGRANT, gros comme une maison : second AVERTISSEMENT pour l'agresseur, tandis que sa VICTIME, dotée d'un FAMEUX (SOLIDE) coup de PATTE, avait trompé le gardien en l'AJUSTANT posément, exécutant la SENTENCE sans états d'AME. Quant à Nemanja, selon Herman le MANAGER général, c'était un joueur de métier, CHEVRONNE donc, mais venu cette saison de Dieu sait où, sur seule base de CASSETTES VHS présentées par son AGENT : pour ainsi dire un TRANSFUGE de nulle part, cassé de partout et devant jouer à l'ECONOMIE, mais dont l'expérience devait STABILISER (CONSOLIDER, EQUILIBRER) l'AXE central. Nemanja ne s'était toutefois jamais hissé au DIAPASON de ses équipiers, Herman avait acquis un CHAT dans un SAC : en fait, Nemanja était une brute, un TUEUR, sa spécialité était le MATRAQUAGE, il ne s'AVOUAIT certes jamais BATTU... mais il essuyait systématiquement ses CRAMPONS sur tout DRIBBLEUR émérite tentant de lui JOUER un tour PENDABLE ! Ses expulsions à REPETITION avaient fini par provoquer les QUOLIBETS (CRITIQUES) des supporters : ce fut même un jour une véritable BRONCA, qui poussa Ariel à CHAMBOULER toute l'équipe : durant un mois, Nemanja fit BANQUETTE et ne joua plus que les UTILITES, s'EPANCHANT même dans la presse sur les qualités moindres de son SUBSTITUT (SUPPLEANT), ce qui ne CALMA pas le jeu... Ce dimanche pourtant, il avait REINTEGRE le onze : grosse erreur de CASTING d'Ariel, puisque ce fut la BERESINA ! Surtout, l'équipe était nulle away, elle s'EXPORTAIT mal. Elle devait en conséquence faire le PLEIN à la MAISON pour s'extirper de la BOUTEILLE à encre. Il faudrait pour cela le RETABLISSEMENT rapide de Nicolas, son enfant TERRIBLE (PRODIGUE) en même temps que son buteur PATENTE (ATTITRE, VEDETTE, FETICHE, DESIGNE), doté d'une belle PRESENCE dans le jeu AERIEN. C'était un joueur collectif, partisan de l'attaque à OUTRANCE, faisant preuve d'abnégation et même d'ALTRUISME, tout le contraire d'un INDIVIDUALISTE ! Il adorait jouer un peu en retrait, en DECROCHAGE, en NEUF et demi, sans jamais oublier d'ABATTRE (ASSUMER) sa part de BOULOT en RECONVERSION défensive. Seule OMBRE au TABLEAU : sa fragilité !par bernard jeunejean