L' Équipe type 4-5-1 Gardien

Titulaire, DusanBelic s'est blessé. BramCastro l'a remplacé à la 13e journée et n'a plus quitté l'équipe jusqu'à ce qu'il signe pour Roda JC et ne soit pas blanc sur quelques hauts ballons contre Lokeren (29e journée). Belic, le numéro un la saison prochaine, est alors revenu.
...

Titulaire, DusanBelic s'est blessé. BramCastro l'a remplacé à la 13e journée et n'a plus quitté l'équipe jusqu'à ce qu'il signe pour Roda JC et ne soit pas blanc sur quelques hauts ballons contre Lokeren (29e journée). Belic, le numéro un la saison prochaine, est alors revenu. Le capitaine PeterDelorge a été le facteur de stabilité. LassinaDiabaté est passé à travers sa saison, Dimitri de Condé n'a rien apporté. Le trio Delorge-Van Imschoot- KrisBuvens a équilibré le secteur jusqu'à ce qu'Imschoot soit contraint à reculer. Claude Kalisa, NickyHayen, ThomasCaers, LandryMulemo et SanderDebroux ont été gravement blessés. Le droitier ChristopherBaratto a dépanné partout, le médian TomVan Imschoot a été déplacé à l'arrière gauche. Peu de stabilité. Benjamin De Ceulaer a été trop isolé. Il a parfois joué sur l'aile droite avec JariNiemi ou SamuelIpoua en pointe. La colonie africaine s'est ressaisie en fin d'exercice. MichaëlGoossens (souvent out), StivenRivic (achat raté), MarlinPiana et Guy-BertrandMamoun ont été inutiles. L'éclosion de Benjamin De Ceulaer était inattendue. Il est le seul avant sur cinq (sept après la trêve) à s'être imposé. Il n'est pas un finisseur mais son audace et ses dribbles ont conquis les c£urs, y compris ceux de Feyenoord et, un moment, du sélectionneur national. Il a été champion de France avec Bordeaux et a joué la Ligue des Champions. Il était censé diriger l'équipe depuis la défense ou juste devant mais ses prestations n'ont pas été en rapport avec sa présence verbale sur le terrain et en dehors. Le parfait exemple d'une politique de transferts ratée.8e journée Thomas Caers, l'arrière gauche, vice-capitaine, monument du club, souffre d'arthrose à la hanche. Le jeune groupe perd son leader. 23e journée Défaite 1-0 contre Ostende, sur un penalty dans les arrêts de jeu. Marc Wilmots provoque une bagarre en laissant Benjamin De Ceulaer sur le banc. Le lendemain, il est limogé. 32e journée Un but de De Ceulaer, en fin de match contre Westerlo, assure le maintien.Une difficile. Nous n'avons pas été réguliers. Le pire est que les différentes cultures ne se sont pas unies au sein du groupe. Nous avons toujours valu par notre collectif. Cette saison, il nous a fait défaut. L'entraîneur et les joueurs en sont responsables. Je n'ai pas de boule de cristal. Je ne sais pas si nous nous serions sauvés avec Marc Wilmots. En tout cas, nous avons travaillé différemment, plus dur, plus souvent, sans pitié. Cela a sans doute porté ses fruits. On a aussi insisté davantage sur l'esprit de groupe. Quand St-Trond rate son départ, comme ici avec 1 point sur 15, il vit une saison pénible. Mouscron a signé un 15 sur 15 au début. Sans ces points, il aurait peut-être été relégué. Nous n'avons jamais su nous défaire de la pression. Wilmots a été victime de contretemps avec tous ces blessés en défense et nous n'avons plus pu tenir le nul, ce qui était une de nos spécialités. Nous avons longtemps tâtonné. Le groupe était neuf, nous ne nous connaissions guère. Tout cela a joué un rôle. St-Trond est un club spécial. Il eût mieux valu réaliser quelques bons transferts. J'espère que la direction va en tenir compte. Nos juniors UEFA sont champions : le talent ne manque donc pas. Peut-être allons-nous profiter d'une levée comme la mienne, avec Vrancken, Vangeel, Buvens. Le modèle anglais de Marc Wilmots n'a rien apporté. Après le renvoi de son entraîneur de champ Zoltan Kovacs pour incompétence, le manager, coach, entraîneur, scout, négociateur de contrats, père et sénateur a dû diriger les entraînements. Ils ont souvent été réduits à une séance d'entretien par jour. Eddy Raymaekers, jusque-là entraîneur des gardiens, a dirigé les séances, les analyses vidéo, il a soigné les présentations des matches et s'est souvent chargé des conférences de presse. Peter Voets, engagé comme entraîneur de champ, s'est occupé de l'échauffement, avec sa force tranquille. Guy Mangelschots observait les entraînements, éteignait les incendies et concluait les théories par une série de conversations. C'est lui qui avait le dernier mot dans la composition de l'équipe. SPECTATEURS (MOYEN) St-Trond a 4.200 abonnés, un peu moins que la saison précédente. Il a une assistance moyenne de 7.000 personnes, moins que l'année passée. ENCADREMENT (MAUVAIS)Le staff technique de Marc Wilmots, lui y compris, était trop léger. Peter Voets (adjoint), Eddy Raymaekers (entraîneur des gardiens) et Wilfried Schiemsky (aussi préparateur physique) restent en poste. Guy Mangelschots est de nouveau directeur sportif. SPECTACLE (MAUVAIS)Le STVV a été crispé, suite à son mauvais départ (1/15). On compte le nombre de bons matches sur les doigts de la main. FINANCES (MOYEN) Le club a pris une avance sur le budget de l'été pour ses emplettes hivernales. Il veut se débarrasser de contrats qui pèsent sur son budget et espère que la nouvelle manne TV va permettre d'apurer les dettes, de poursuivre l'aménagement du stade et de renforcer le projet Hesbania pour les jeunes. INTÉGRATION (MAUVAIS) Des onze nouveaux, Sander Debroux, Laundry Mulemo, Tamas Hajnal et Mathieu Béda ont joué leurs matches. Dimitri de Condé est le seul des transferts hivernaux à n'être pas un flop.