L' équipe type 4-3-3

Gardien

Grand et rapide, Ricky Begeyn a livré un brillant premier tour. Ensuite, le Cercle a joué plus haut, en tenant moins compte de ses qualités. Il a été exclu deux fois. Kurt Mollez a ainsi joué quatre matches, très bien. Il a une bonne vista. Aucun des gardiens n'avait l'expérience de la D1.

Défense

A part DjordjeSvetlicic, les défenseurs n'avaient pas l'expérience de ce niveau mais ont fait du bon travail. Svetlicic, l'arrière droit, s'est déplacé dans l'axe, pour y exploiter sa vitesse, à la place de MilenkoMilosevic, qui a résolu le problème de la récupération du ballon dans l'entrejeu.

Entrejeu

La ligne la plus efficace après la permutation Svetlicic-Milosevic, défensivement comme offensivement : elle a joué plus près du but adverse. On a essayé plusieurs variantes mais VitalBorkelmans a fait bénéficier l'équipe de sa mentalité, HaroldMeyssen de son calme.

Attaque

Nordin Jbari a prouvé qu'il n'avait pas perdu son sens du but. Il a dépassé les attentes au premier tour puis marqué le coup, peut-être parce que son avenir le tracassait trop. KristofArijs, rapide, débutait en D1 et a vécu une saison difficile. AndreasVlahos a eu besoin d'un long temps d'adaptation.

LES Statistiques

6e journée

Exploit contre le Standard (2-0), un grand pas en avant.

20e journée

Première victoire au second tour : 3-2 contre Charleroi.

29e journée

Défaite à domicile contre l'Antwerp (1-2) et stress de la relégation !

33e journée

Le Cercle est sauvé.

LE TOP Djordje Svetlicic

Transféré comme arrière droit, Djordje Svetlicic s'est révélé dans l'axe de la défense. Rapide, il a un bon jeu de position et assez de classe pour récupérer le ballon sans commettre de faute. Il relance rapidement et a permis à l'équipe de défendre plus haut. Il n'a jamais été meilleur que sous Jerko Tipuric.

LE flOP Johnny Nierynck

Des problèmes au genou ont gâché ses retrouvailles avec la D1. Après son adieu au Cercle en décembre, Johnny Nierynck a subi une nouvelle opération en janvier. Il poursuit seul sa rééducation, depuis maintenant un an, dans l'espoir de pouvoir rejouer la saison prochaine, à Ostende.

L'analyse Denis Viane

Que pensez-vous de la saison du Cercle ?

Nous avons atteint notre objectif en championnat tout en réussissant notre campagne en Coupe. Nous avons pris beaucoup de points au premier tour mais nous nous sommes compliqué la vie au second en perdant quelques matches importants. Nous nous sommes appuyés sur notre organisation au début, pour la délaisser quelque peu ensuite. Nous pensions sans doute que nous savions jouer. Ce n'est pas un hasard si nous avons souvent été menés : en essayant de participer au jeu, nous nous sommes exposés à des buts. Il est aussi probable qu'une série de joueurs ont connu un passage à vide après un an et demi d'efforts constants.

Quatre joueurs sont partis en cours de saison. Après le tournoi en salle de Gand, cinq ont eu des problèmes respiratoires et ont sans doute souffert de leur ego après.

Nous avons joué la finale de Gand et nous nous y sommes sans doute livrés trop, alors que nous nous trouvions dans une phase de préparation. Une maladie a fait des ravages dans le vestiaire. Les départs ont diminué la concurrence, ce qui n'est pas idéal. Quant à l'émergence de l'individualisme, elle est courante quand ça va moins bien. On y accorde plus d'importance.

Jerko Tipuric a encore été remis en question et limogé.

Il y a peu de professions qui vous amènent à vous tracasser quand vous travaillez bien et atteignez vos objectifs. Les voies du football sont parfois impénétrables.

Le coach Jerko Tipuric

Il y a un an, il a promu le Cercle, outsider en D2. Maintenant, Jerko Tipuric a assuré son maintien en D1 avec un noyau que d'aucuns condamnaient à la relégation et qui a perdu cinq joueurs en cours de route, sans obtenir un seul renfort. Tipuric réalise de brillantes analyses. En semaine, il place les accents tactiques, les rôde mais s'abstient volontairement d'en parler trop, y compris pendant les matches. Son approche reste ludique. Tipuric est également attentif à l'aspect mental et émotionnel. Son approche est controversée car nouvelle. Il suffit de penser aux chaussures spéciales avec lesquelles les joueurs se sont régulièrement entraînés. Malgré ses bons résultats, l'entraîneur conserve un adversaire de taille au sein du club : l'administrateur sportif, Lieven Verschuere.

les tendances

Spectateurs : très bon

Une moyenne un rien supérieure à 5.000, contre 2.200 la saison précédente. Le nombre d'abonnements est passé de 1.000 à 2.500.

Ambiance : bon

Pas d'élargissement en perspective.

Spectacle : moyen

Le Cercle n'avait pas assez de qualités pour produire du spectacle et a joué intelligemment. Au premier tour, il a tenté de casser le rythme et d'endormir son adversaire.

Finances : bon

Budget de 2,25 millions. Le Cercle a obtenu sa licence sans problème et sans plan de remboursement.

Adaptation : bon

Sur les six nouveaux, cinq (Harold Meyssen, Nordin Jbari, Djordje Svetlicic, Milenko Milosevic et Jimmy De Wulf) étaient titulaires incontestés, le sixième (Andreas Vlahos) a souvent joué au second tour.

GardienGrand et rapide, Ricky Begeyn a livré un brillant premier tour. Ensuite, le Cercle a joué plus haut, en tenant moins compte de ses qualités. Il a été exclu deux fois. Kurt Mollez a ainsi joué quatre matches, très bien. Il a une bonne vista. Aucun des gardiens n'avait l'expérience de la D1. DéfenseA part DjordjeSvetlicic, les défenseurs n'avaient pas l'expérience de ce niveau mais ont fait du bon travail. Svetlicic, l'arrière droit, s'est déplacé dans l'axe, pour y exploiter sa vitesse, à la place de MilenkoMilosevic, qui a résolu le problème de la récupération du ballon dans l'entrejeu. EntrejeuLa ligne la plus efficace après la permutation Svetlicic-Milosevic, défensivement comme offensivement : elle a joué plus près du but adverse. On a essayé plusieurs variantes mais VitalBorkelmans a fait bénéficier l'équipe de sa mentalité, HaroldMeyssen de son calme. AttaqueNordin Jbari a prouvé qu'il n'avait pas perdu son sens du but. Il a dépassé les attentes au premier tour puis marqué le coup, peut-être parce que son avenir le tracassait trop. KristofArijs, rapide, débutait en D1 et a vécu une saison difficile. AndreasVlahos a eu besoin d'un long temps d'adaptation. 6e journéeExploit contre le Standard (2-0), un grand pas en avant. 20e journéePremière victoire au second tour : 3-2 contre Charleroi. 29e journéeDéfaite à domicile contre l'Antwerp (1-2) et stress de la relégation ! 33e journéeLe Cercle est sauvé.Transféré comme arrière droit, Djordje Svetlicic s'est révélé dans l'axe de la défense. Rapide, il a un bon jeu de position et assez de classe pour récupérer le ballon sans commettre de faute. Il relance rapidement et a permis à l'équipe de défendre plus haut. Il n'a jamais été meilleur que sous Jerko Tipuric. Des problèmes au genou ont gâché ses retrouvailles avec la D1. Après son adieu au Cercle en décembre, Johnny Nierynck a subi une nouvelle opération en janvier. Il poursuit seul sa rééducation, depuis maintenant un an, dans l'espoir de pouvoir rejouer la saison prochaine, à Ostende. Que pensez-vous de la saison du Cercle ? Nous avons atteint notre objectif en championnat tout en réussissant notre campagne en Coupe. Nous avons pris beaucoup de points au premier tour mais nous nous sommes compliqué la vie au second en perdant quelques matches importants. Nous nous sommes appuyés sur notre organisation au début, pour la délaisser quelque peu ensuite. Nous pensions sans doute que nous savions jouer. Ce n'est pas un hasard si nous avons souvent été menés : en essayant de participer au jeu, nous nous sommes exposés à des buts. Il est aussi probable qu'une série de joueurs ont connu un passage à vide après un an et demi d'efforts constants. Quatre joueurs sont partis en cours de saison. Après le tournoi en salle de Gand, cinq ont eu des problèmes respiratoires et ont sans doute souffert de leur ego après. Nous avons joué la finale de Gand et nous nous y sommes sans doute livrés trop, alors que nous nous trouvions dans une phase de préparation. Une maladie a fait des ravages dans le vestiaire. Les départs ont diminué la concurrence, ce qui n'est pas idéal. Quant à l'émergence de l'individualisme, elle est courante quand ça va moins bien. On y accorde plus d'importance. Jerko Tipuric a encore été remis en question et limogé. Il y a peu de professions qui vous amènent à vous tracasser quand vous travaillez bien et atteignez vos objectifs. Les voies du football sont parfois impénétrables.Il y a un an, il a promu le Cercle, outsider en D2. Maintenant, Jerko Tipuric a assuré son maintien en D1 avec un noyau que d'aucuns condamnaient à la relégation et qui a perdu cinq joueurs en cours de route, sans obtenir un seul renfort. Tipuric réalise de brillantes analyses. En semaine, il place les accents tactiques, les rôde mais s'abstient volontairement d'en parler trop, y compris pendant les matches. Son approche reste ludique. Tipuric est également attentif à l'aspect mental et émotionnel. Son approche est controversée car nouvelle. Il suffit de penser aux chaussures spéciales avec lesquelles les joueurs se sont régulièrement entraînés. Malgré ses bons résultats, l'entraîneur conserve un adversaire de taille au sein du club : l'administrateur sportif, Lieven Verschuere. Spectateurs : très bonUne moyenne un rien supérieure à 5.000, contre 2.200 la saison précédente. Le nombre d'abonnements est passé de 1.000 à 2.500. Ambiance : bonPas d'élargissement en perspective. Spectacle : moyenLe Cercle n'avait pas assez de qualités pour produire du spectacle et a joué intelligemment. Au premier tour, il a tenté de casser le rythme et d'endormir son adversaire. Finances : bonBudget de 2,25 millions. Le Cercle a obtenu sa licence sans problème et sans plan de remboursement. Adaptation : bonSur les six nouveaux, cinq (Harold Meyssen, Nordin Jbari, Djordje Svetlicic, Milenko Milosevic et Jimmy De Wulf) étaient titulaires incontestés, le sixième (Andreas Vlahos) a souvent joué au second tour.