ANALYSE: FREDERIK VANDERBIEST

Les connaisseurs se sont trompés ! La façon dont nous nous sommes implantés dans le ventre mou est fantastique. Jamais nous n'avons été directement menacés. C'est incroyable, surtout compte tenu de nos modestes moyens.
...

Les connaisseurs se sont trompés ! La façon dont nous nous sommes implantés dans le ventre mou est fantastique. Jamais nous n'avons été directement menacés. C'est incroyable, surtout compte tenu de nos modestes moyens. Une bonne organisation, la mentalité des joueurs qui se sont toujours livrés à fond, sans réticence. Nous sommes réputés pour notre power play, jamais nous ne nous sommes adaptés. Certainement pas à domicile, où nous avons développé notre propre football, sauf contre le Club Bruges et Anderlecht. Son départ est un coup dur. On ne peut rien lui reprocher. Il doit saisir sa chance, comme Jamaïque Vandamme. IL serait intéressant que le nouvel entraîneur lui ressemble. Il doit être au-dessus du groupe, veiller à la discipline, ne laisser personne se relâcher, nous rappeler à nos devoirs sans arrêt et faire en sorte que tout le noyau se sente concerné. C'est le point fort de van Wijk. Nous devons pouvoir conserver notre 4-4-2, ne pas redouter de jouer sur notre puissance et dégager le ballon dans la tribune s'il le faut. Assurer le maintien le plus rapidement possible en prenant 36 ou 37 points. Le reste est un bonus bienvenu. Confirmer cette saison sera difficile. Jurgen Sierens a eu des débuts hésitants, couronnés par de la poisse à Charleroi, avec le but gag de François Sterchele, mais s'est ressaisi. Wouter Biebauw l'a remplacé trois matches, quand il était blessé, et a été brillant contre le Standard. Martijn Monteyne est un battant, qui apporte de la force dans les duels et de la profondeur au jeu. Le duo central James Lahousse- Daan Vaesen a été fort tandis qu'à gauche, le droitier Chemcedine El Araichi (vif et agressif) a écarté Bjorn De Coninck de l'équipe. Le capitaine Frederik Vanderbiest s'est lancé dans la bagarre physiquement et verbalement. Jamaïque Vandamme est devenu plus constant. Koen De Vleeschauwer, Steve Barbé (après une longue revalidation) et Björn Smits ont apporté leur bagage footballistique. Wagneau Eloi a été un cauchemar pour beaucoup de défenseurs mais le Français a craqué mentalement suite aux accusations portées à son égard dans l'affaire de corruption. Sanharib Malki et Sébastien Dufoor ne l'ont pas remplacé adéquatement. Roulers emporte sa première victoire parmi l'élite grâce à un but de Wagneau Eloi contre Beveren. Le soulagement est grand. Mouscron découvre l'enfer de Roulers : 5-0. Les joueurs locaux exploitent parfaitement leur avantage du terrain. En déplacement, ils sont parfois trop naïfs. Jamaïque Vandamme marque l'unique but de la partie contre le Cercle. Roulers a assuré son maintien en D1. Amstellodamois fort en gueule, il est le sauveur de Roulers. Il y a trois ans, il a préservé le club de la rétrogradation en D3 et a commencé à travailler selon ses principes. En tête, puissance et travail. Roulers est devenu une formation soudée, difficile à démanteler, qui s'appuie sur sa mentalité et joue en kick and rush. Une fois qu'elle mène, elle galvaude rarement son avantage. Dennisvan Wijk est un volcan, sur la ligne de touche. Il parvient à insuffler un surcroît d'énergie à ses joueurs même quand ils sont au bout de leurs forces. Ils doivent mouiller leur maillot. Il quitte le club au profit de Willem II, où il a signé pour deux ans avec option pour une troisième saison. On le prétendait limité pour la D1. James Lahousse est un footballeur de caractère qui a énormément progressé en une saison. Aux côtés de Daan Vaesen dans l'axe défensif, il a été très difficile à passer. Le duo se distingue par sa puissance dans les duels. La communication et le coaching mutuel sont perfectibles. Le styliste français ne convenait manifestement pas au jeu auquel Dennis van Wijk pensait. Il n'a pas été assez acharné dans les duels, n'a pas couru assez pour devenir titulaire. Le brillant technicien, transféré d'Ostende, n'a été titularisé qu'à neuf reprises. La saison passée, le club n'avait écoulé que 150 abonnements et loué 250 business seats. Ses débuts en D1 lui ont valu une progression spectaculaire, avec 2.400 abonnements et 700 sièges. Assistance moyenne : 5.500 personnes contre 1.000 il y a un an. Dennis van Wijk rejoint Willem II. Le club veut continuer à jouer la carte de la jeunesse. La ville aménage un tout nouveau complexe pour les jeunes, qui vaut 3,25 millions. L'équipe a gâté son public à domicile avec des victoires plantureuses comme le 5-1 contre le Germinal Beerschot et le 5-0 contre Mouscron. Le budget de trois millions va être augmenté grâce aux recettes TV. L'intérêt des sponsors croît sensiblement aussi. Malki, Vaesen, Eloi et Smits ont fait leurs preuves. De Vleeschauwer et Dufoor peuvent mieux. De Coninck, fragile, Vlaeminck, à court de rythme, et Joly (choix tactique) n'ont pas eu beaucoup l'occasion de se montrer. FRÉDÉRIC VANHEULE