C'est le branle-bas de combat au Brésil : la Seleção perd contre le Venezuela (amical) mais surtout en Coupe du Monde contre le Paraguay et partage avec l'Argentine. C'est plus qu'il n'en faut pour que l'on réclame la tête du coach, Dunga, jugé trop défensif. LuisFabiano (27 ans), qui a flambé toute la saison avec Séville et a été appelé pour pallier le forfait d' AfonsoAlves, n'a guère été brillant lui non plus. Il s'est d'ailleurs retrouvé sur le banc face à l'ennemi argentin.
...

C'est le branle-bas de combat au Brésil : la Seleção perd contre le Venezuela (amical) mais surtout en Coupe du Monde contre le Paraguay et partage avec l'Argentine. C'est plus qu'il n'en faut pour que l'on réclame la tête du coach, Dunga, jugé trop défensif. LuisFabiano (27 ans), qui a flambé toute la saison avec Séville et a été appelé pour pallier le forfait d' AfonsoAlves, n'a guère été brillant lui non plus. Il s'est d'ailleurs retrouvé sur le banc face à l'ennemi argentin. Apparemment, l'avant semblerait plus préoccupé par un éventuel transfert au Real Madrid ou ailleurs (il a reconnu avoir rencontré les dirigeants de l'AS Rome le 4 mars) que par la situation de son équipe nationale : à sa décharge, il faudrait quand même un fameux concours de circonstances pour que le Brésil ne termine pas dans les cinq premiers du groupe. O Fabuloso dribble tous ceux qui lui parlent de son départ d'Andalousie en répétant invariablement " J'ai encore un an de contrat. Pour l'instant, il n'y a rien de plus. Je n'exclus pas de rester à Séville ". Mais en coulisses, cela bouge pas mal : le joueur aimerait jouer pour un club qualifié en Ligue des Champions et Séville est conscient que c'est maintenant qu'il doit se séparer de son attaquant. Sinon, l'année prochaine, il partira pour rien. Et puis, le centre-avant est actuellement au top de sa carrière. Arrivé à Séville en 2005, le joueur originaire de Campinas s'est rapidement intégré à une équipe en pleine ascension " C'est la meilleure période de ma carrière ", explique Fabiano, qui ne s'était imposé ni à Rennes (2000) ni au FC Porto (2004). " Là, ça ne se passait pas très bien et ma première année à Séville a été une saison d'adaptation ". Les statistiques lui donnent raison : la saison dernière, après 15 journées, il avait déjà fait mieux qu'en 49 matches lors des deux championnats précédents (5 buts en 2005-2006 et 10 en 2006-2007). Il faut remonter à sa période à São Paulo (2001-2004) pour trouver trace de chiffres aussi bons. Et puis, il s'est montré davantage concentré sur son jeu, lui qui connait encore quelques écarts comme l'an dernier avec ce coup asséné à CarlosDiogo, l'arrière uruguayen de Saragosse, qui lui avait valu cinq matches de suspension. Séville n'est pas en position de force dans les discussions. JoséFuentes, le manager du footballeur, rappelle que le joueur n'appartient au club qu'à 35 % et que les 65 % restants sont la propriété de la société GSI (Globa l Soccer Investment), associée à la très discutée MSI (tous les cas litigieux touchant Corinthians et notamment Carlos Tevez), appartenant à l'Iranien Kia Joorabchian. Ce qui explique que la clause libératoire de l'attaquant s'élève à moins de 12 millions d'euros, une somme ridicule pour un attaquant international brésilien performant. On pourrait croire qu'il suffirait qu'un club dépose sur la table un chèque de ce montant pour emporter le morceau. Ce n'est pas le cas : Luis Fabiano a refusé de rejoindre le Shakhtar Donetsk... NDRI ROMARIC, le milieu ivoirien (25 ans), appartient au FC Séville. Selon José Maria Del Nido, le président, le club andalou aurait déboursé 8,5 millions pour les services du joueur du Mans et, jadis, de Beveren. DANIEL ALVES, l'arrière de Séville, a été transféré pour cinq ans au Barça, qui a déboursé 30 millions d'euros mais des bonis en fonction des résultats peuvent faire grimper ce montant jusqu'à 35. Il suit Seydou Keita (M), le médian malien avec lequel il vient de jouer une saison à Séville, ainsi que Martín Cáceres, le défenseur uruguayen de Huelva, et Gerard Piqué, le défenseur espagnol de Saragosse. SAMUEL ETO'O a été condamné par un tribunal de Sardaigne (Italie) à verser une pension alimentaire de 3.000 euros par mois afin de subvenir aux besoins d' Annie, une fille de six ans, dont il serait, selon la justice, le père. Voilà 14 mois, l'attaquant avait déjà été condamné à Majorque mais Marian Pineda et sa maman attendent toujours de voir le premier euro d'un montant s'élevant à présent à 15.000 euros. Des broutilles par rapport au salaire annuel du joueur (8,8 millions), porte-drapeau international pour la protection des mineurs. TOMAS UJFALUSI, le défenseur tchèque en fin de contrat à la Fiorentina, s'est lié pour trois saisons à l'Atletico Madrid. Il y aura pour équipier Florent Sinama-Pongolle, l'attaquant français de Huelva, qui s'est engagé pour quatre ans. En avril, les Colchoneros avaient déjà engagé John Heitinga (D, Ajax Amsterdam). LUIS ARAGONES, le sélectionneur de l'Espagne, a officiellement signé le contrat de deux ans (et trois millions) le liant à Fenerbahçe. L'ESPAGNE a, pour la première fois depuis sa création en 1993, pris la tête du classement FIFA devant l'Italie, l'Allemagne et le Brésil. ZE ANTONIO (31 ans), l'arrière central portugais de Mönchengladbach, a signé pour deux ans à Santander. VILLARREAL a versé 9 millions d'euros à River Plate en échange de la copropriété de sept jeunes joueurs : Matías Abelairas (M, 23 ans), Gustavo Bou (M, 18 ans), Gustavo Cabral (D, 22 ans), Gastón Gauna (G, 21ans), Damián Lizio (M, 19 ans), Maximiliano Olivia (D, 18 ans) et Andrés Ríos (A, 19 ans). Cette opération entre dans le cadre d'une collaboration étroite avec le club argentin. NICOLAS RIBAUDO