équipe type 4-5-1 Gardien

Jurgen Sierens n'est revenu dans le but que fin septembre, après une opération à l'aine qui a nécessité cinq mois de repos. Il a eu la chance de préserver ses filets contre le Lierse - la première fois que Roulers y parvenait. Il transmet sa rage de vaincre, il est fort sur sa ligne et sur les hauts ballons. Sa doublure, WouterBiebauw, n'a pas eu de bol : il l'a remplacé à Mons et s'est retrouvé sous un feu nourri.
...

Jurgen Sierens n'est revenu dans le but que fin septembre, après une opération à l'aine qui a nécessité cinq mois de repos. Il a eu la chance de préserver ses filets contre le Lierse - la première fois que Roulers y parvenait. Il transmet sa rage de vaincre, il est fort sur sa ligne et sur les hauts ballons. Sa doublure, WouterBiebauw, n'a pas eu de bol : il l'a remplacé à Mons et s'est retrouvé sous un feu nourri. Frederik Vanderbiest reste le premier chasseur. Il n'a guère pu profiter du soutien d' YvesVanderhaeghe, qui s'est rapidement blessé. Koen De Vleeschauwer a souvent été décisif, en marquant des buts ou en délivrant des assists. Davy Oyen a apporté de la profondeur sur le flanc gauche. Tom Peeters et Steve Barbé étaient en concurrence. Martijn Monteyne (à droite) a tapé dans l'£il de Genk grâce à son fanatisme dans les duels. A gauche, Chemcedine El Araichi ne baisse jamais les bras non plus. BjornSmits a pris place dans l'axe, JamesLahousse n'offrant pas assez de sécurité à ce secteur. Au premier tour, il a bien organisé la défense et dirigé DaanVaesen. Sébastien Dufoor déborde de talent mais il n'est pas toujours un modèle de professionnalisme. Paul Kpaka a du mal à saisir le fil du jeu, Sami Allagui doit encore mûrir à ce niveau et KevinOris est trop léger. WagneauEloi reste imprévisible. En fin de saison, il a eu quelques éclairs de classe. Il a longtemps hésité : allait-il rempiler pour une saison ou retourner à Mouscron ? L'arrivée de ses vieux amis Yves Vanderhaeghe et Stefaan Tanghe, jointe à l'effort financier du club, l'a incité à rester. Il continue à avaler les kilomètres. Il a une excellente vision du jeu et a parfaitement dirigé Martijn Monteyne. Il est le meilleur buteur de son équipe ! Son manque de maturité et son style de vie peu professionnels sont déplorables. Il a complètement pété les plombs, faisant même un doigt d'honneur à ses propres supporters. Il était trop occupé par l'espoir de réaliser un transfert lucratif et n'a pas réussi à se motiver suffisamment.2e journéeRoulers bat le Club Bruges 3-2. Avec deux buts, Daan Vaesen est le joueur du match. 6e journéeSpectacle au Schiervelde : mené 1-2, Roulers revient et réalise un nul 3-3 face au RC Genk. On loue la rage de vaincre de l'équipe. 32e journéeAprès le 6-2 essuyé au FC Brussels et le revers 0-5 à domicile contre Anderlecht, nouveau blâme, à Mons cette fois : 6-1. Tout s'est bien passé jusque début mars. Les derniers matches étaient manifestement de trop. L'explication est simple : nous nous appuyons depuis deux saisons sur notre caractère. À un moment donné, les accus sont vides. Nous devons le reconnaître : nous manquons de qualités. Nous avons compensé cette carence par notre mentalité aussi longtemps que nécessaire mais une fois le maintien assuré, ce défaut est apparu cruellement. Nous ne pouvons gagner de match grâce à notre expérience. Nous avons profité de notre réputation à domicile, heureusement, car en déplacement, ce ne fut pas mirobolant. Il nous faut au moins deux renforts par ligne. Une concurrence plus vive affûtera tout le monde. Il faut agir sans tarder, surtout si Roulers veut devenir un pensionnaire du ventre mou. Non car cette tactique nous a réussi au premier tour. Evidemment, elle est plus risquée mais ce n'est pas là le problème. Je ne comprends pas comment Wagneau Eloi, qui ne s'est pas entraîné convenablement pendant plus de six mois, a marqué deux buts à Beveren. Il y a de quoi raccrocher pour les autres attaquants. Je ne parviendrais pas à faire taire ma frustration, en tout cas. Je continuerai à me poser des questions.Il a eu besoin d'un temps d'adaptation à la D1. Il a effectué ses débuts parmi l'élite avec beaucoup d'enthousiasme mais a modéré ses propos après le faux-pas européen contre les Cypriotes du FC Ethnikos Achnas. Il n'a jamais attaqué ses joueurs en public pendant la fin de saison, pourtant dramatique, et il a un bon contact avec le noyau. Ses entraînements sont variés. Il insiste sur la possession du ballon et la recherche d'un partenaire démarqué. Il dirige un groupe très calme. Il aurait sans doute souhaité être l'ami de ses joueurs, comme dans les divisions inférieures. Il aurait dû être plus sévère et ne pas les surprotéger car les footballeurs professionnels sont comme les enfants : il faut les traiter avec justice et sévérité, sans tolérer d'exceptions. Le club a écoulé 3.798 abonnements contre 2.400 la saison précédente et loué 670 sièges. L'assistance moyenne est de 5.700 fans, soit une hausse de 200. La saison prochaine, Roulers aura des skyboxes et le Club 120. Alors qu'ils ne seront disponibles qu'en janvier, 70 places ont déjà été réservées. Ambiance Le staff technique reste identique, avec Dirk Geeraerd, flanqué de son fidèle assistant, DirkAzou. PatrickVanVeirdeghem quitte la sélection des - 16 ans au profit du Club Bruges. Roulers conserve sa réputation à domicile, sans être resté aussi spectaculaire qu'en début de saison. Le Club et Genk ont perdu des plumes au Schiervelde, mais Gand, le Standard et Anderlecht s'y sont imposés. Le budget va passer de 4,5 à 4,75 millions grâce aux services fournis aux sponsors et aux VIP. Oyen, Vanderhaeghe et Peeters ont prouvé leur valeur. Allagui et Velghe doivent mûrir. Kpaka et Oris ne se sont pas imposés, Raeymaeckers est passé à travers sa saison. Devinck, Vonck, Dequevy et Lacroix n'ont pas dépassé le statut de réserves. par Frédéric Vanheule