L' équipe type 4-5-1

Gardien
...

GardienYves Van der Straeten est le seul titulaire à n'avoir pas eu de passage à vide. Il a constitué une garantie. La défense était de toute façon au point, puisqu'elle est la cinquième du championnat. DéfenseA cause de blessures, le duo central Jonas De Roeck-LaurentFassotte a rarement pu évoluer de concert. A droite, Bertrand Crasson a eu besoin d'un long temps d'adaptation et de l'autre côté, HasanKacic a été bon, arpentant tout son flanc sans se lasser. Sa meilleure saison depuis qu'il est au Lierse. EntrejeuMarius Mitu n'est pas encore assez menaçant mais il est quand même un des meilleurs joueurs du second tour. Il marque aussi, comme MarcSchaessens, que l'âge ne semble pas marquer. StefWils a accusé une baisse de régime à la fin. A droite, LaurentDelorge a achevé la saison en beauté. AttaqueMême durant les quatre premiers matches, que SteinHuysegems a joués, le Lierse se plaignait d'une carence à la finition. Ni GillesDe Bilde ni BjornDe Wilde (meilleur buteur avec cinq goals) n'ont pu apporter de certitude. ArchieThompson n'a pas ménagé sa peine mais il n'est pas un finisseur. 4e journée Stein Huysegems dispute son dernier match au Lierse, qui est battu par le Standard et se retrouve neuvième avec cinq points sur douze. 30e journéeLe Lierse s'impose 0-1 à Beveren et est définitivement sauvé. Il se hisse à la dixième place. 31e journée Anderlecht est champion au Lisp. L'ONSS confisque la recette et le Lierse peut perdre sa licence. Comme le gardien, Yves Van der Straeten, très constant tout au long de la saison, Marc Schaessens a été une garantie de stabilité. A 37 ans, il compte 501 matches en D1. Le médian est dominant, défensivement comme offensivement. Jamais Gilles De Bilde n'a pu prouver qu'Anderlecht avait eu tort. Il a souffert d'un retard de condition, de petites blessures et il n'a été décisif que dans le match contre Mouscron, avec un but et un assist. Il a été titularisé dix fois, est entré au jeu à cinq reprises. Il n'a disputé que quatre matches complets. Le Lierse est-il à sa place, compte tenu de son potentiel sportif ? Nous ne pouvions prétendre à mieux qu'une septième ou huitième place. Parfois, il s'en est fallu de peu. Nous avons réalisé sept nuls blancs. Les problèmes extra-sportifs constituent-ils une excuse ? Non. Plutôt la perte tardive de deux attaquants. Vous êtes le seul à avoir été régulier. Le Lierse possède la cinquième meilleure défense. Il manque peu de chose à l'équipe pour être européenne : un très bon avant-centre. J'ai eu plus de travail que l'an dernier. Dans ces conditions, il est plus facile de se distinguer, mais je préfère le succès collectif de la saison précédente aux compliments de cette année. Avez-vous craint la relégation ? Jamais. J'observe toujours le nombre de buts encaissés. Ce sont les équipes qui prennent beaucoup de buts qui descendent. J'ai été très déçu du match à St-Trond. Nous aurions pu y assurer notre maintien. Vous débordiez de louanges à l'égard de l'entraîneur, il y a un an. Votre opinion n'a pas changé ? Emilio est un entraîneur fantastique. Je ne comprends pas qu'il n'intéresse pas de grande équipe. Il a été meilleur tactiquement cette année. Dans des conditions difficiles, sans attaquant, il a érigé une solide organisation défensive. Comment compenser l'absence d'avants ? Après le départ de Huysegems, Emilio Ferrera n'a cessé de se poser cette question. En fin d'exercice, il a même aligné deux médians en pointe ( Sels, Imschoot). Généralement, il s'est contenté d'un seul avant-centre ( Thompson ou De Wilde). L'organisation défensive a tenu le coup, malgré des blessures dans l'axe central défensif. Ferrera a tenté d'apporter plus de profondeur en renforçant son entrejeu en losange, sans ailiers. Les ambitions du club n'ont pas facilité sa tâche et il n'a plus obtenu ce qu'il souhaitait. Peu après la trêve hivernale, il a appris que le Lierse ne souhaitait pas poursuivre leur collaboration mais il a joui du respect des joueurs clefs jusqu'à la fin. Son plan de carrière a piétiné pendant un an : avec une équipe inchangée, il aurait pu continuer sur sa lancée. Spectateurs : mauvais L'assistance est passée de 7.600 à 7.000. Le nombre d'abonnés a poursuivi son augmentation, de 5.000 à 5.200. Ambiance : moyen Peu après la trêve, le Lierse a annoncé ne pas poursuivre sa collaboration avec Emilio Ferrera la saison prochaine. L'adjoint, Rik Van de Velde, préfère être entraîneur principal en D3. Paul Put va être assisté par Eric Van Meir, qui a remplacé Jean-Michel Lecloux, le coach des Espoirs, en automne. Spectacle : mauvais Le champion des matches nuls (14) n'a gagné que quatre fois à domicile. Le jeu s'est amélioré à partir de janvier, mais les supporters n'ont été contents que contre le Club, Anderlecht et Heusden-Zolder, où le Lierse a réalisé son plus gros score en deux ans. Finances : mauvais Le budget de 5,75 millions a été péniblement bouclé, grâce aux efforts personnels du président Gaston Vets. Adaptation : mauvais Crasson n'a retrouvé son niveau qu'au second tour, De Bilde n'a été déterminant que contre Mouscron. Jamais le départ tardif de Kone et de Huysegems n'a été compensé.