La Louvière avait déjà acquis une équipe complète avant l'ouverture du championnat. Lors des derniers jours du mercato, ce club a encore fait venir cinq nouvelles têtes: Stefan Teelen (Genk, défenseur), Didier Ernst (Standard, défenseur/médian), Peter Odemwingie (Nigeria, attaquant), Ricardo Magro (RWDM, attaquant) et Ode Thompson (Anderlecht, attaquant). Dans le même temps, trois Loups ont trouvé de l'embauche ailleurs: Steev Yousfi à Alost, Adrian Aliaj à Charleroi et Yves Buelinckx à Strombeek.
...

La Louvière avait déjà acquis une équipe complète avant l'ouverture du championnat. Lors des derniers jours du mercato, ce club a encore fait venir cinq nouvelles têtes: Stefan Teelen (Genk, défenseur), Didier Ernst (Standard, défenseur/médian), Peter Odemwingie (Nigeria, attaquant), Ricardo Magro (RWDM, attaquant) et Ode Thompson (Anderlecht, attaquant). Dans le même temps, trois Loups ont trouvé de l'embauche ailleurs: Steev Yousfi à Alost, Adrian Aliaj à Charleroi et Yves Buelinckx à Strombeek. "Je ne suis pas mécontent du tout des joueurs arrivés au début de l'été", signale Ariel Jacobs. Le fait que nous ayons encore recruté ne veut certainement pas dire que je n'étais pas satisfait de l'équipe qui a disputé le début de championnat. Mais il y a des opportunités qu'on doit saisir. Prenez le cas d'Odemwingie: il est tout proche de l'équipe nationale du Nigeria et a d'ailleurs failli participer à la Coupe du Monde. Il était le 24e joueur du noyau! C'est un attaquant qui peut évoluer dans deux ou trois rôles différents. Anderlecht l'a d'ailleurs testé pendant trois semaines et a longtemps hésité avant de lui annoncer qu'il ne serait pas retenu. Dès qu'il a débarqué chez nous, il a montré de très bonnes choses. Teelen aussi, c'était une bonne affaire. Quand nous l'avons contacté, il était sur le point de signer à Aix-la-Chapelle. Il aurait pu gagner beaucoup plus d'argent là-bas, mais il a privilégié l'aspect purement sportif: il veut continuer à se faire remarquer en D1. Lorsque je l'ai rencontré, j'ai vite remarqué qu'il avait un appétit énorme". L'entraîneur dispose aujourd'hui d'un noyau de 24 professionnels, auxquels s'ajoutent quatre aspirants. Les multiples transferts ont remis en question quelques certitudes. Ainsi, Alexandre Bryssinck, titulaire presque automatique depuis l'accession de La Louvière en D1, vient de vivre deux matches consécutifs sur le banc. "Je lui ai expliqué qu'il n'avait pas sauté à cause de l'arrivée de Didier Ernst mais parce que j'avais constaté, chez lui, une petite baisse de régime", se justifie Jacobs. "Mais il n'est pas impossible que cette baisse de forme soit due à l'arrivée d'une nouvelle concurrence. Pour ma part, je ne changerai pas mon fusil d'épaule: j'alignerai ceux qui tiennent la meilleure forme, et pas les plus grands noms. Le meilleur exemple, c'est Yves Buelinckx. Il faisait partie des meubles dans ce club mais il n'a pas eu beaucoup sa chance lors des quatre premiers matches parce que deux inconnus, deux joueurs venant de nulle part me prouvaient à l'entraînement qu'ils méritaient de jouer: Emmanuël Kenmogne et Manasseh Ishiaku. J'estime avoir fait les bons choix depuis le début de la saison, même si les résultats ne répondent pas à l'attente. Les supporters disent que nous mériterions cinq points de plus. C'est peut-être exagéré. Mais, trois points supplémentaires, c'est sûr. La victoire n'aurait pas dû nous échapper contre St-Trond. Je constate que, même dans notre moins bon match, à Lokeren, nous avons eu au moins cinq occasions de but franches. C'est significatif". Buelinckx, lui, a tiré ses conclusions: il a fait son sac dare-dare et signé à Strombeek. Il quitte donc une nouvelle fois la D1 avec un goût amer en bouche. Ce départ, Ariel Jacobs le sentait pourtant venir: "Dès qu'il a su qu'il ne commencerait pas le premier match, contre Bruges, il m'a avoué qu'il envisageait d'aller voir ailleurs. Il m'a dit qu'il ne voulait pas devenir un nouveau Luciano Djim. J'ai été surpris, je ne comprends pas qu'un joueur tire des conclusions avant que le premier ballon de la saison ne soit mis en jeu. Il aurait dû savoir qu'un footballeur peut voir sa situation changer radicalement du jour au lendemain".