"Le championnat IRL ( Indy Racing League), équivalent US de la Formule 1, est entré dans une période chaude : trois courses en juin, trois en juillet, on y verra plus clair dans deux petits mois. Les 500 Miles d'Indianapolis ont de nouveau donné droit à un spectacle de haut niveau. Indianapolis, c'est le rendez-vous de la saison, c'est à l'IRL ce que Monaco est à la F1. Et c'est Sam Hornich qui a finalement tiré les marrons du feu après une course aux multiples rebondissements qui s'est décidée dans les dernières centaines de mètres. Ce 11 juin, on peut à nouve...

"Le championnat IRL ( Indy Racing League), équivalent US de la Formule 1, est entré dans une période chaude : trois courses en juin, trois en juillet, on y verra plus clair dans deux petits mois. Les 500 Miles d'Indianapolis ont de nouveau donné droit à un spectacle de haut niveau. Indianapolis, c'est le rendez-vous de la saison, c'est à l'IRL ce que Monaco est à la F1. Et c'est Sam Hornich qui a finalement tiré les marrons du feu après une course aux multiples rebondissements qui s'est décidée dans les dernières centaines de mètres. Ce 11 juin, on peut à nouveau attendre un tout grand show au Texas car cet anneau est très particulier avec son banking à 20 degrés d'inclinaison. 20 degrés, c'est énorme. La première fois qu'une course était programmée là-bas, il avait d'ailleurs fallu... l'annuler après les essais car ils avaient failli tourner à la catastrophe. Des pilotes avaient dû s'arrêter, certains avaient des maux de tête, d'autres souffraient de problèmes de vision et il y avait eu un nombre incroyable d'accidents. Rouler sur une piste pareille à 400 km/h, c'était dépasser les limites physiques de l'homme ! L'IRL, c'est un sport extrêmement stratégique. Avant le dernier drapeau jaune de neutralisation, on ne peut jamais prévoir le vainqueur parce que toutes les voitures qui restent dans le même tour gardent une chance. Connaissez-vous les moyennes en course ? Entre 360 et 380 km/h ! C'est près de 100 mètres à la seconde ! Ce sont des courses à dimension supersonique. C'est très spectaculaire, chaque fois un show à l'américaine avec un côté strass et paillettes. Les stratèges de l'équipe ont une importance énorme : ils décident quand et comment ravitailler, c'est une donnée essentielle de la course. Les patrons de teams s'épient, ils essayent de scanner les liaisons radio de la concurrence, ça a un petit côté James Bond... Les grands noms de l'IRL jouissent d'une popularité énorme aux Etats-Unis. Il y a l'incomparable Brésilien Helio Castro Neves, du team Penske. C'est le beau-fils d' EmersonFittipaldi. Après chaque victoire, il s'agrippe aux grillages. Il y a aussi le Britannique Dan Wheldon (Ganassi), vainqueur du championnat 2005 et aussi des 500 Miles l'année dernière. Les Américains sont aussi fous de Marco Andretti, petit-fils de Mario et fils de Michael. Une vraie dynastie, ces Andretti. Marco est un rookie, c'est le petit jeune qui monte. Il n'a que 19 ans et vient de terminer deuxième des 500 Miles. Sam Hornich, le vainqueur d'Indianapolis, a été évoqué plus haut. Lui aussi fait battre les c£urs. Mais le champion toutes catégories en ce moment est... une championne : DanicaPatrick, 25 ans, hyper mignonne, et ce qui ne gâte rien, elle est aussi rapide que les hommes. Une première à ce niveau. Elle est devenue un véritable phénomène aux States. Elle a fait la couverture du magazine Sports Illustrated et participe aux plus grands talk-shows. Je termine sur les 24 H du Mans, les 17 et 18 juin : BeTv les retransmet dans leur intégralité ! Les abonnés seront au c£ur de la course pendant un double tour d'horloge ". AVEC PIERRE VAN VLIET