Le 30e Mémorial Van Damme aura lieu vendredi au Stade Roi Baudouin. Une nouvelle fois, Wilfried Meert a réussi à attirer à Bruxelles quelques noms prestigieux. Côté international : Kenenisa Bekele (recordman du monde des 5.000 et 10.000 m), Jeremy Wariner (champion olympique et champion du monde du 400 m) ou Marion Jones (triple championne olympique). Côté belge : Kim Gevaert et Tia Hellebaut, toutes fraîches championnes d'Europe en sprint et à la hauteur. Car alors qu'on parlait encore de crise voici quelques mois, l'athlétisme national traverse une période euphorique. " Il faut nuancer ", précise toutefois Patrick Stevens, à la retraite depuis un an mais toujours recordman de Belgique du 200 m. " Hormis Kim et Tia, il n'y a pas grand-chose de positif à écrire au sujet des derniers championnats d'Europe. Kristof Beyens mérite un huit sur dix pour sa quatrième place et Veerle Dejaeghere s'est très bien comportée mais le reste est insuffisant ".
...

Le 30e Mémorial Van Damme aura lieu vendredi au Stade Roi Baudouin. Une nouvelle fois, Wilfried Meert a réussi à attirer à Bruxelles quelques noms prestigieux. Côté international : Kenenisa Bekele (recordman du monde des 5.000 et 10.000 m), Jeremy Wariner (champion olympique et champion du monde du 400 m) ou Marion Jones (triple championne olympique). Côté belge : Kim Gevaert et Tia Hellebaut, toutes fraîches championnes d'Europe en sprint et à la hauteur. Car alors qu'on parlait encore de crise voici quelques mois, l'athlétisme national traverse une période euphorique. " Il faut nuancer ", précise toutefois Patrick Stevens, à la retraite depuis un an mais toujours recordman de Belgique du 200 m. " Hormis Kim et Tia, il n'y a pas grand-chose de positif à écrire au sujet des derniers championnats d'Europe. Kristof Beyens mérite un huit sur dix pour sa quatrième place et Veerle Dejaeghere s'est très bien comportée mais le reste est insuffisant ". Patrick Stevens : Juste ! Dommage qu'autant de compatriotes aient été éliminés au premier tour. Je trouve dommage qu'ils ne font pas un effort pour tenter de boucher le trou avec le reste de l'Europe. La différence entre les bons et les moyens, c'est 5 %. Les Belges se contentent trop vite d'un rôle anonyme. Leur contrat sera prolongé, leur année est réussie et ils s'en satisfont. Ce n'est pas ça, le sport de haut niveau. Tom Compernolle se classe dixième sur 5.000 m et on dit que c'est bien pour un amateur mais il est dommage de justifier son manque d'ambition par un statut. Pareil pour les études. Pourquoi empêcheraient-elles de s'entraîner plus dur. Ces gens sont placés dans de l'ouate, tout est beaucoup trop facile pour eux. Je ne veux pas jouer les anciens combattants mais ça m'énerve qu'on ne comprenne pas qu'en athlétisme, la méthode douce ne mène à rien. Kim et Tia nous ont sauvés et j'espère que leur professionnalisme fera tâche d'huile. L'honnêteté m'oblige aussi à dire que la plupart des pays européens se portent mal. La France, les Pays-Bas et l'Angleterre se sont plantés, l'Italie a terminé derrière la Belgique ! C'est dû à l'internationalisation de l'athlétisme. Pour les Européens, il est de plus en plus difficile de briller dans les grands tournois. C'est démotivant. Seuls les pays de l'ancien bloc de l'Est obtiennent encore des résultats au niveau mondial. Oui, mais on ne peut plus obtenir de résultat sans être suspecté. A ce niveau, les Belges sont hypocrites : quand Mohammed Mourhit s'est mis à gagner, personne n'a rien dit alors qu'un aveugle aurait pu voir ce qui se passait. Le problème du dopage, c'est que les autorités ont toujours une guerre de retard. J'ai tout de même l'impression qu'on a pris le taureau par les cornes, y compris aux Etats-Unis. Depuis l'affaire Balco, de grands noms sont tombés et ça va faire réfléchir. Les jeunes Américains doivent s'en frotter les mains car ils ont suffisamment de talent pour dominer le sprint sans se doper. On peut prétendre qu'elle est passée entre les mailles du filet mais il faut bien dire qu'elle est toujours là. Elle a couru le 100 m en 10''91. On est encore loin de 10''65 mais c'est tout de même la deuxième performance mondiale de l'année. Je ne dis pas qu'elle n'a jamais rien pris mais maintenant, elle est clean, son corps n'est plus une boule de muscles. L'an prochain, elle sera candidate au titre de championne du monde. J'aime sa mentalité : elle dit qu'elle est la meilleure et elle le prouve, avec ou sans dopage. Je pense qu'on va assister à une belle compétition car les non-Européens ont eu un break et seront en pleine forme. Les sprints seront très intéressants et je parie qu'Asafa Powell, le Jamaïcain, va battre le record du monde du 100 m. Je suis sûr qu'il en est capable et Bruxelles arrive au bon moment. Il faudra juste avoir un peu de chance avec le temps car Powell aime la chaleur. Elles ont déjà atteint leur objectif et il serait normal qu'elles décompressent un peu mais le public en aura pour son argent. Je crains juste que les gens n'attendent trop d'elles. On ne peut pas imaginer que Tia va à nouveau battre son record de Belgique. 2,03 m, ce n'est pas rien mais je sais ce qu'on dit : elle n'est jamais qu'à 6 centimètres du record du monde... Soyons donc raisonnables : Tia doit veiller à ne pas se blesser et à recharger ses batteries pour l'an prochain. J'ai eu la même impression mais, à cette hauteur, chaque centimètre est un mur. Il faut lui laisser le temps de battre d'autres records. En principe, oui. Il y a trois ans, je n'aurais pas dit cela car elle perdait son temps en heptathlon, une discipline où elle n'avait aucune chance au niveau international. Heureusement, elle a compris. Je n'ai jamais rien remarqué. En stage, elle était toujours un modèle de discipline et de travail. Elle a peut-être commis quelques erreurs de jeunesse mais je n'en sais rien. Et mieux valait avant que maintenant. C'est vrai, mais cela n'enlève rien à la valeur de son titre. Pas plus que l'absence de Christine Arron , recordwoman d'Europe et médaillée de bronze du Mondial à Helsinki. Ce qui compte, c'est d'être là le jour J. Après avoir été le seul Européen de la finale du 200 m aux JO 1996, je me suis dit que je serais champion d'Europe les doigts dans le nez l'année suivante mais je me suis cassé le pied et j'ai dû déclarer forfait. Cela ne veut pas dire que celui qui a gagné ne le méritait pas. Il était là, moi pas. Si les Américaines manquent le bus l'année prochaine et que Kim est la seule à disputer la finale, elle méritera d'être championne du monde aussi (il rit). Sur 100 m, son record est de 11''04 et elle peut descendre à 10''98, voir un peu plus bas. Sur 200 m, il ne faut plus trop attendre d'elle. 22''20, ce n'est que 12 centièmes de plus que son record du 100 m multiplié par deux. Mais j'espère me tromper car Kim nous a déjà surpris. (Il éclate de rire). Pourquoi pas sur 800 m ? Elle pourrait alors battre tout le monde au sprint. C'est n'importe quoi ! Elle est double championne d'Europe, que demander de plus ? Il ne faut pas prendre ces analyses théoriques au sérieux. Les athlètes connaissent eux-mêmes la discipline qui leur convient le mieux. Théoriquement, elle pourrait disputer un bon 400 m mais il est impossible de combiner l'entraînement avec le 100 ou le 200 m. Evidemment. A ma belle époque, c'était l'inverse et je ne vois pas pourquoi les hommes seraient subitement moins forts. Mais ce n'est pas la première fois qu'on tente d'analyser des choses banales. JEF VAN BAELEN