1 Comment avez-vous vécu le décès de Dani Jarque, le capitaine de l'Espanyol ?

Iniesta : J'en ai été très affecté, car Dani était un bon ami. On a souvent joué ensemble dans les sélections de jeunes, et chaque fois qu'on affrontait l'Espanyol, j'échangeais mon maillot avec lui. Je dois en avoir une vingtaine à son nom à la maison.
...

Iniesta : J'en ai été très affecté, car Dani était un bon ami. On a souvent joué ensemble dans les sélections de jeunes, et chaque fois qu'on affrontait l'Espanyol, j'échangeais mon maillot avec lui. Je dois en avoir une vingtaine à son nom à la maison. Je persiste à croire qu'effectivement, tout est fait pour éviter ces drames, mais la nature reste la plus forte. Lorsqu'elle a décidé d'ôter la vie à quelqu'un, on est impuissant. Jarque était une personne fabuleuse, et qu'il soit parti ainsi me chagrine. Je ressens un mélange de rage et de désespoir. A ce jour, je dois bien avouer que non. Pas toujours, mais je viens à peine de me lancer, et l'exploitation d'un vignoble exige du temps. Lorsque je suis entouré par ma famille, ma fiancée, mes amis... Fuentealbilla au patrimoine mondial de l'Unesco. Le Ballon d'Or peut attendre une autre année. Oh là ! Enormément ! La région d'Albacete reste un fief madrilène, mais j'apprécie énormément ceux qui ont choisi de faire diversion et de supporter le Barça. Justement parce que dans ma région, les supporters du Real Madrid sont plus nombreux que ceux du Barça. Egoïstement, je répondrai non. Mais je ne me considère pas comme étant au top en matière de salaire. C'est vrai. Un jour, alors que je me trouvais dans un bar à Barcelone, une dame s'est approchée de moi en me demandant si j'étais le serveur. J'ai répondu oui, et lorsqu'elle a passé commande, je lui ai révélé la vérité.