L' équipe type 4-3-3 (4-5-1) Gardien

En proie à une crise de confiance, RickyBegeyn a perdu sa place au profit de PeterMollez à la fin du premier tour. Il est revenu avant de jeter l'éponge. Il veut partir. Mollez est devenu le numéro un. Il supporte mieux le stress et gère bien son rectangle.
...

En proie à une crise de confiance, RickyBegeyn a perdu sa place au profit de PeterMollez à la fin du premier tour. Il est revenu avant de jeter l'éponge. Il veut partir. Mollez est devenu le numéro un. Il supporte mieux le stress et gère bien son rectangle. Slobodan Slovic (à droite) et AndreasVlahos (à gauche) ont fait profiter les flancs de leur bagage au premier tour. Ensuite, FrederikBoi et Dieter Dekelver ont insufflé plus de vitesse, d'abattage et de profondeur au secteur. ChristopheGrondin a été utile à la récupération, HaroldMeyssen ballon au pied. Milenko Milosevic a trop souvent quitté son poste et trop porté le ballon. Denis Viane (à droite) a été stable défensivement. ToniVan Mol a apporté trop peu. Il a des problèmes de rythme et de mobilité. Dans l'axe, JimmyDe Wulf, lent, et DjordjeSvetlicic, révélations de la saison passée, ont souffert au premier tour, le football offensif de leur équipe laissant beaucoup de brèches. Stijn De Smet est la révélation du premier tour. Il a ensuite accusé le coup mais a de l'avenir. PaulusRoiha a de la classe mais trop peu d'engagement. Darko Pivaljevic a été irrégulier. Dekelver a atteint un rendement élevé de la gauche et a été décisif du flanc gauche. Dieter Dekelver, souvent réserve au premier tour, a été l'homme du second, Harold Meyssen celui de la saison. Il est important sur les phases arrêtées, dans l'approvisionnement des avants et des flancs. Harm van Veldhoven a réussi à garder affûté un joueur qui se repose parfois sur son talent. Ricky Begeyn, au sommet de son art il y a un an et demi sous la direction de Jerko Tipuric et Danny Van de Velde, a été très affecté par le grand nombre de buts encaissés au premier tour. Le gardien a estimé n'avoir plus d'avenir au Cercle d'Harm van Veldhoven. 4e journée Un sur neuf : le Cercle bat Westerlo 1-2 grâce à un but chanceux de Harold Meyssen en fin de match. 14e journée 5-1 à Charleroi, le premier match qui suit le décès de Nele, l'amie du capitaine Denis Viane, et le début d'une période difficile. Le Cercle perd le match suivant contre Mouscron 6-0. 22e journée 2-3 au Germinal Beerschot. En cas de revers, le Cercle aurait eu des problèmes. 23e journée 1-2 contre le Club, défaite malheureuse puisque le Cercle a longtemps mené 1-0. Quand une équipe comme le Cercle prend 40 points, vous n'entendrez pas de plaintes. Au début, nous avons allié un football attractif à un bon rendement. Ce fut moins bon après la trêve mais l'essentiel est que nous n'ayons jamais été menacés et que nous ayons conquis une place convenable au classement. Il a fallu s'y faire en début de saison mais nous y sommes bien parvenus. Je trouve sain de changer d'entraîneur entre deux saisons, de temps en temps. Les joueurs enrichissent ainsi leur bagage car chaque entraîneur place ses propres accents. Cette saison, nous avions les qualités requises pour penser en termes offensifs. Le noyau était un rien plus étoffé et plus talentueux qu'après la montée de D2. Les seuls chiffres qui comptent, ce sont les points. Nous avons encaissé énormément de buts en novembre mais tout le monde sait pourquoi. Cela a commencé avec l'élimination en Coupe par l'Olympique Charleroi, quand Nele était mourante. Le groupe a vécu une période très pénible. Sans cela, tout le monde est d'accord pour dire que nous aurions sans doute plus de points mais moi, je pense que le groupe est sorti plus fort de cette épreuve. Or, le Cercle s'appuie sur son collectif. J'espère que nous pourrons nous renforcer et confirmer les résultats de cette saison.Harm van Veldhoven a marqué le Cercle de son empreinte, sur le terrain et en dehors. Il a promis de développer un football plus offensif et a tenu parole. Il a tenté d'imprimer un pressing très haut, ce qui lui a permis de se créer plus d'occasions et de marquer plus mais l'a exposé à beaucoup de buts. Au premier tour, son équipe a évolué en 4-4-2 avec un losange médian. Les matches ont parfois été brillants mais cette tactique le rendait aussi fragile. Par la suite, il a préféré le 4-3-3 avec deux médians défensifs et des hommes rapides sur les flancs. Cette approche lui a valu pas mal de points en déplacement car elle permet de passer vite de la défense à l'attaque mais à domicile, contre des équipes attentistes, elle a été stérile. SPECTATEURS (BON)Le nombre de spectateurs payants est passé de 3.800 à 4.250, dont 2.617 abonnés (+279). ENCADREMENT (MOYEN) Le Cercle compte surtout sur des bénévoles. Il a engagé un responsable commercial à temps plein en cours de saison. SPECTACLE (BON)Le Cercle a parfois été très spectaculaire, surtout au premier tour. Il a beaucoup marqué et encaissé. Le spectacle a été meilleur que la saison passée et le Cercle a aussi pris plus de points. FINANCES (BON)Le Cercle boucle son budget de trois millions, contre 2,25 la saison précédente. Il a obtenu sa licence sans problème ni plan de remboursement. INTéGRATION (BON) Le compartiment offensif du Cercle était nettement plus fort cette année grâce à l'engagement de Paulus Roiha, Dieter Dekelver et Darko Pivaljevic ainsi qu'à l'éclosion de Stijn De Smet. L'arrivée en hiver de Christophe Grondin, athlétique, a mieux équilibré l'équipe. Les Blackburn Rovers, avec lesquels le Cercle collabore, n'ont encore envoyé aucun élément qui apporte une réelle plus-value.