équipe type 4-4-2

Gardien
...

GardienAprès des déclarations fortes, Olivier Renard laissa sa place à Andres Espinoza et fut cédé à Malines. Malgré un style assez inhabituel, le Latino a signé un bon deuxième tour et plongé dans la Meuse pour fêter le titre comme promis à Sport/Foot Magazine. DéfenseIl n'y a pas de grandes équipes sans bonne défense. Ce secteur a pris une grande part dans la conquête du titre avec un excellent centreur ( Marcos), une tour ( OguchiOnyewu), un serrurier ( MohamedSarr) et un gaucher dégoulinant de classe ( Dante). EntrejeuC'est une nouvelle vague complémentaire placée sous le capitanat d'une tête blonde bien remplie : Steven Defour. Marouane Fellaini a confirmé, Axel Witsel respire l'élégance, Gregory Dufer a trouvé ses marques à droite où Reginal Goreux dépanne bien. Attaque MPH a exploité le potentiel de ses attaquants pour aligner la meilleure paire offensive. Le duo Milan Jovanovic (vitesse, dribble)- Dieumerci Mbokani (technique, vista) a émergé mais Igor de Camargo (taille, travail) a souvent rendu service avec bonheur. Personne ne sait où il va s'arrêter. Il avait frappé du poing sur la table pour que le Standard améliore son contrat. Sclessin a plié pour garder un médian défensif unique en son genre (présence offensive et défensive) qui ne devrait pas tarder à valoir lourd sur le marché international des transferts.Le flanc gauche israélien était arrivé en Belgique précédé d'une belle réputation de joueur à haute technicité. Sa frappe fit merveille mais le jeu engagé propre à notre D1 et les terrains lourds lui posèrent de gros problèmes en hiver. Manquant de puissance, il rentra dans le rang durant le second tour. 22e journée En gagnant au Club Bruges (1-2), le Standard empêche son ennemi de faire le break et gagne plus que trois points : ce succès renforce la sérénité rouche. 31e journée C'est le grand soir : après 25 ans d'attente, les Rouches prennent la mesure des Mauves (2-0) et s'offrent le titre. La méga fête peut commencer à Sclessin. 32e journée Après 31 matches sans défaite, le Standard s'aligne repu et fatigué face à Charleroi qui met fin à son brevet d'invincibilité (2-1).Après avoir quitté le Club Bruges dans l'indifférence générale, imaginiez-vous que le titre tomberait dans votre escarcelle ? Je n'ignorais pas que l'effectif liégeois possédait des qualités intéressantes. La démonstration en avait déjà été donnée la saison précédente. Des piliers étaient partis mais les jeunes bénéficiaient de la confiance totale du staff. Dès les premiers contacts, j'ai été séduit par les propos et le projet de Michel Preud'homme. Le Standard avait confiance en moi. Je devais me relancer tout en offrant mon vécu aux jeunes. J'ai vite constaté que ce groupe pouvait aller jusqu'au bout. Cette jeunesse insouciante ne vous a-t-elle pas éberlué ? Oui même si je dois préciser tout de suite qu'elle a bien maîtrisé l'importance du moment. Cela n'a pas hypothéqué sa fraîcheur, son envie et la qualité de son travail. Les plus jeunes ont de plus été particulièrement bien entourés. Je songe entre autres à tout ce que le coach leur a apporté : c'est l'idéal quand on se lance à ce niveau. C'est dans la ligne médiane qu'on trouve le plus de jeunes. Il n'y a pas de secteur plus difficile mais cela ne les a pas empêchés de confirmer et de devenir des références de l'élite. Vous avez signé pour deux ans de plus, votre famille s'est agrandie avec une petite Kiara : que rêver de mieux ? Je suis heureux, évidemment. La famille s'est installée à Grivegnée. C'est du bonheur après des moments difficiles. Je reviens de loin et il faudra tout faire pour revivre les mêmes moments de bonheur la saison prochaine.Michel Preud'homme a accompli le rêve d 'Icare : il a réussi à voler avec son équipe, surmontant les épreuves mais sans se brûler les ailes. Petit à petit, il a permis à son effectif d'augmenter la puissance, de préserver tout son calme alors que le Club Bruges avait la main, de forcer son destin contre l'éternel rival anderlechtois. Ce n'était pas un mince exploit car le Standard avait subi une mue très importante durant le dernier été avec le départ d'anciens avantageusement remplacés par des mômes. Ils ont donné le jour à une équipe qui pratiqua le jeu le plus complet de l'élite. Cela a permis à la bande à MPH (qui y est pour beaucoup) de dominer la compétition et tous les observateurs l'ont souligné : cet écusson national leur va si bien. SPECTATEURS (très bon) On se presse en rangs serrés à Sclessin qui afficha régulièrement complet tout au long de la saison. Le cap des 20.000 abonnés a été dépassé avec une moyenne de 25.586 spectateurs. ENCADREMENT (bon) Les Rouches ont exploité les atouts de leur magnifique centre d'entraînement de l'Académie Robert Louis-Dreyfus. Ils rêvent désormais d'un stade moderne à la hauteur de leurs ambitions. SPECTACLE (bon) MPH joue vers l'avant pour mettre la pression dans le camp adverse. L'équipe était bien balancée dans toutes ses composantes : défensives, médianes et offensives. FINANCES (moyen) Le Standard n'est pas le club le plus riche de Belgique. Luciano D'Onofrio a fait un effort pour garder MarouaneFellaini et MilanJovanovic. Il devrait y avoir un petit déficit d'exploitation sur un budget de 16 millions d'euros qui sera revu à la hausse en cas de qualification pour les poules de la Ligue des Champions. INTÉGRATION (bon) Les jeunes ont imprimé le rythme. Ils donnent l'impression de découvrir la D1 sans grand problème. D'autres ont répondu à l'attente : GregoryDufer, LandryMulemo, MarcoIngrao. par Pierre Bilic