ANALYSE: BART GOOR

Nous avons perdu des plumes, comme les autres grandes équipes, alterné bonnes et mauvaises prestations. Nous avons souvent évolué en dessous de notre niveau, sans constance. Or, un favori doit être régulier.
...

Nous avons perdu des plumes, comme les autres grandes équipes, alterné bonnes et mauvaises prestations. Nous avons souvent évolué en dessous de notre niveau, sans constance. Or, un favori doit être régulier. Je me le demande aussi. La plupart des clubs ont peur de nous à domicile mais sinon, ils sentaient la victoire à leur portée. Ainsi, à Gand, nous avons souffert. A la longue, cela finit par trotter dans la tête de certains joueurs. Or, pour être performant, il faut avoir l'esprit libre. Cela ne peut pas arriver à Anderlecht mais il semble que nous avons encore beaucoup à apprendre sur le plan mental. Avec lui, dans les situations difficiles, nous pouvions user de longs ballons, ce qui n'était pas possible auparavant. Après un début hésitant, nous avons souvent réussi à préserver nos filets au second tour. C'est important car nous savons que si nous marquons, nous allons gagner. Nous avons répondu présent quand il le fallait. Le problème, c'est que souvent, une ou deux semaines plus tard, nous avons gaspillé des points contre des formations plus faibles. Mais nous avons quand même été les plus réguliers des ténors. Daniel Zitka a obtenu la préférence en début de saison. Silvio Proto est devenu le numéro un dès la sixième journée et jusqu'à sa blessure avant le match contre le Standard. Le Tchèque a donc achevé la saison. Suite au glissement d' AnthonyVanden Borre dans l'entrejeu, Marcin Zewlakow est devenu titulaire à droite. A gauche, ce rôle était dévolu à OlivierDeschacht. Après la blessure de VincentKompany et de RolandJuhasz, MarkDe Man a pris place dans l'axe à côté de HannuTihinen. Depuis le match à domicile contre Genk, les anciens YvesVanderhaeghe (défensif), PärZetterberg (offensif droit) et Goor (gauche) sont devenus les valeurs sûres. Quand Vercauteren optait pour un quatuor en losange, ChristianWilhelmsson devenait médian droit. Mbo Mpenza a immédiatement conquis ses galons de titulaire, tandis que NenadJestrovic et SerhatAkin se disputaient une place en pointe. Une fois Jestrovic parti, NicolasFrutos est devenu avant-centre avec Grégory Pujol en alternative et Mpenza n'a plus été titulaire incontesté. Anderlecht réalise un nul à Genk et perd sa première place. Premier revers de ce championnat, à Westerlo. La crise couve après la défaite au Germinal Beerschot mais la direction surprend tout son monde en réaffirmant sa confiance en Frankie Vercauteren. Quelques jours plus tard, Anderlecht prend la mesure de Genk 4-1. Anderlecht bat le Standard 2-0 dans le match de l'année et reprend la tête du classement.V ercauteren voulait fondre des talents individuels en équipe. Il n'y est parvenu qu'après la trêve hivernale, grâce aux performances de NicolasFrutos et au départ de NenadJestrovic. Jusque-là, Vercauteren a pratiqué la rotation, modifiant chaque semaine son occupation de terrain. Cela a suscité des remous et n'a pas contribué à la beauté du jeu. Cela pouvait encore aller à domicile, en 4-3-3, parfois en 3-4-3, mais en déplacement, les Bruxellois n'ont jamais été dominants. A partir du match contre Genk, Vercauteren a aligné la même équipe, à quelques nuances près, jouant généralement en 4-3-3 au Sporting et en 4-4-2 à l'extérieur, en s'appuyant toujours sur l'efficacité de Frutos, l'avant-centre que désirait l'entraîneur depuis si longtemps. Dix matches, neuf buts et deux assists : quand il était en bonne santé, NicolasFrutos a pesé lourd sur la défense adverse. Sans sa blessure, Anderlecht eût sans doute été sacré champion bien plus tôt. Diable Rouge en début de saison, AnthonyVanden Borre est passé de l'arrière droit au médian droit puis au banc, qu'il n'a plus quitté. Il doit se ressaisir la saison prochaine, se ressourcer et serrer les dents. L'assistance a légèrement augmenté passant de 23.680 à 24.090 spectateurs. Après le Germinal Beerschot, Vercauteren a été remis en cause. Il a obtenu un adjoint supplémentaire pour la revalidation, Olivier Beuckelaers. Le club a aussi engagé un employé à plein temps pour Frutos : c'est une première. Anderlecht a choyé son public à domicile mais n'a pas impressionné en déplacement. Il a cependant gagné les affiches, à l'exception de son déplacement au Standard. Le club a consenti un gros effort pour conserver Kompany et Wilhelmsson, a réalisé son transfert le plus onéreux avec Frutos (2,5 millions) mais doit aménager son stade pour générer des rentrées supplémentaires et augmenter son budget. Proto est devenu une valeur sûre et conserve une marge de progression. Goor s'est imposé sans peine, Akin a soufflé le chaud et le froid, Frutos a été un coup dans le mille mais n'était pas en parfaite santé. Pujol et Juhasz ont apporté un plus par moments. GEERT FOUTRÉ