équipe type 3-4-3 Gardien

Titulaire en début de saison, Daniel Zitka a dû céder sa place à Davy Schollen, suite à une fracture de la cheville subie à Dender (14e journée). Après une entame hésitante, où sa responsabilité fut notamment engagée lors de la défaite contre le Cercle, il a grandi progressivement dans son rôle.
...

Titulaire en début de saison, Daniel Zitka a dû céder sa place à Davy Schollen, suite à une fracture de la cheville subie à Dender (14e journée). Après une entame hésitante, où sa responsabilité fut notamment engagée lors de la défaite contre le Cercle, il a grandi progressivement dans son rôle. Marcin Wasilewski à droite et Roland Juhasz dans l'axe auront été les incontournables à leur poste respectif. Le Hongrois a été flanqué tantôt d'OlivierDeschacht, tantôt d' Arnold Kruiswijk, tantôt encore de Victor Bernardez. Jelle Van Damme a commencé la saison à gauche mais a avancé d'un cran à partir du sommet contre le Club Bruges. Il est passé de 3 à 4, et même 5 éléments. Au départ, Lucas Biglia formait la pointe d'un triangle renversé avec Guillaume Gillet et Jan Polak. Chemin faisant, Jelle Van Damme s'est ajouté à ce trio, le Sporting passant alors du 4-3-3 au 3-4-3. Voire au 3-5-2 quand un des ailiers, comme Mbark Boussoufa ou Thomas Chatelle décrochait. Anderlecht a patienté jusqu'à l'arrivée de Tom De Sutter en janvier, pour compenser l'absence de Nicolas Frutos. Kanu et Suarez s'étaient révélés trop légers. Idem pour Dmitri Bulykin, qui commença très fort contre Courtrai mais s'éteignit très vite. La seule valeur sûre aura été Mbark Boussoufa, épaulé par Jonathan Legear au premier tour et Thomas Chatelle au deuxième. Couronné pour la deuxième fois Footballeur Pro et Soulier d'Ebène, le Marocain a éclaboussé les pelouses de son talent, non seulement dans les rencontres faciles mais également lors des matches à enjeu. La preuve par ses buts au Club Bruges et contre le Standard au Parc Astrid. Avec 11 buts et 12 assists, il s'est imposé comme le Mister 50 %. Engagé pour combler l'absence de Nicolas Frutos, l'attaquant russe avait commencé fort en signant d'emblée deux buts lors de son maiden match contre Courtrai (3e journée). Il en est finalement resté à ce seul coup d'éclat. Anderlecht ne désire pas le retenir, au même titre que Hernan Losada, autre déception de la saison. 6e journée Malgré une défaite de justesse au Standard (2-1), Ariel Jacobs marque les imaginations en opérant avec Mbark Boussoufa comme faux-attaquant. 20e journée Le Sporting livre sa plus mauvaise prestation de la saison face à Mons. Menés 0-2, les Mauves parviennent toutefois à renverser in extremis la vapeur (3-2). 32e journée Les Mauves ne réussissent pas à profiter du faux-pas du Standard à Zulte Waregem, pour se hisser en tête du classement. Ils sont accrochés à Tubize (1-1). Samedi passé, j'étais déçu, au même titre que mes partenaires, d'avoir échoué si près du but. Depuis lors, j'ai fait la part des choses. Je me dis que la chance que nous avons eue en fin de match à Tubize, avec le but égalisateur de Marcin Wasilewski dans les arrêts de jeu, le Standard l'a éprouvée de la même façon à Gand grâce au sauvetage de Sinan Bolat sur le penalty de Bryan Ruiz. Je rétorquerai que si on tient en ligne de compte les matches de championnat que nous avons livré cette saison face aux Standardmen, nous avons un ascendant aussi, sur le plan des chiffres, vu que nous l'avons emporté 4-2 chez nous, tout en n'étant battu que 2-1, de justesse, à Sclessin. Au décompte final, on peut dire que c'est nous qui présentons le meilleur rapport. Elle aura été placée sous le signe des regrets et des occasions ratées. Jamais nous n'aurions dû être éliminés par BATE Borisov, jamais nous n'aurions dû être évincés de la Coupe de Belgique à Malines, et jamais nous n'aurions dû en arriver aux test-matches. Le championnat aurait dû être plié avant la dernière journée. Une défaite au premier tour, comme celle enregistrée chez nous contre Lokeren, peut toujours être résorbée. Mais deux points perdus à Tubize, lors de l'emballage final, ce n'est pas permis. Ces unités-là auront pesé de tout leur poids dans la balance. Les épreuves de coupe ne lui auront guère réussi cette saison puisque le RSCA fut éliminé d'entrée de jeu par BATE Borisov sur la scène européenne et par le FC Malines sur notre sol. En championnat, par contre, le suspense aura été beaucoup plus long. Ariel Jacobs s'est signalé par sa souplesse tactique. Avec lui, le Sporting est passé tour à tour du 4-3-3 au 4-2-3-1, puis du 3-4-3 au 3-5-2. Il a surtout marqué les imaginations au Standard, avec un Mbark Boussoufa évoluant comme faux attaquant et contre Bruges, où il se prononça pour la première fois en faveur du 3-4-3. Jouissant de l'estime de tous, il devrait logiquement coacher les Mauves la saison prochaine encore. MAUVAIS : Spectateurs 23.656 spectateurs de moyenne : c'est 1.099 de moins que la saison précédente (24.755). Longtemps leader, le Sporting est dépassé par le Club Bruges (26.282) et le Standard (26.130). BON : Encadrement Ariel Jacobs a été épaulé par Daniel Renders et Besnik Hasi comme T2 et par Filip De Wilde comme entraîneur des gardiens. La saison prochaine, le préparateur physique Eric Dehaeseleer sera à son tour secondé par Mario Innaurato. MOYEN : Spectacle Au premier tour, les spectateurs sont restés un peu sur leur faim malgré quelques scores-fleuve comme le 7-1 contre Malines ou le 5-1 face à Tubize. Après la trêve, les Mauves déployèrent par moments un football-régal. Contre le Standard (4-2) et le Club Bruges (1-0) notamment. MOYEN : Finances Le RSCA a dû vendre ( Roland Lamah au Mans, Cheikh Tioté au FC Twente et Nicolas Pareja à l'Espanyol Barcelone, pour un total de 10 millions) afin de compenser sa non-participation en phase des poules de la Ligue des Champions. Son budget est resté de l'ordre de 40 millions. MAUVAIS : Intégration Si Tom De Sutter s'est fondu immédiatement dans le collectif, ce n'était pas le cas pour Hernan Losada, Dmitri Bulykin et Nemanja Rnic. On attend confirmation pour Matias Suarez. par Bruno Govers